Bienvenue sur Moonlight Rises !
N'hésitez pas à participer à l'évènement d'horreur !
FORUM DÉCONSEILLÉ AUX MOINS DE 16 ANS
Merci de privilégier les loups-garous, vampires et chasseurs pour avancer le contexte actuel !
De nombreux Postes Vacants & Scénarios sont très attendus !

Partagez| .

[HOT & GORE] Tears of Revenge ▬ Roxara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar


ADMINISTRATRICE
STUCK BETWEEN THE SHADOWS




"The call of the light is more powerful than anything. I'm not a killer."



"I'm a fighter against the destruction buried deeply in the heart of men "





Célébrité : Olivia Wilde


Messages : 85


Date d'inscription : 19/02/2013




MessageSujet: [HOT & GORE] Tears of Revenge ▬ Roxara Dim 9 Mar - 19:05


   
Roxanne & Lara
we often deny the existence of our angels. but yet they exist.

   
Suspendue dans les airs, Lara bougeait, dansait et se tortillait. Elle entendait le bruit flou de la musique du chapiteau, et voyait grâce à la lumière des projecteurs spectateurs qui l’observaient, silencieux. Elle faisait des mouvements brefs, sensuels et fluides, retenue uniquement par le ruban suspendu qui s'emmêlait entre ses jambes. Puis, elle se laissa tomber en arrière, retenue au tissu par l'unique force de ses jambes. Un murmure approbateur s'éleva dans la foule stupéfaite, et ils l'applaudirent. Comblée de bonheur et sentant son cœur battre à toute allure, la jolie accrobate regardait son publique la tête en bas, dans sa jolie tenue bleue. Ils applaudissaient. Elle souriait. Puis ses yeux se posèrent malencontreusement sur quelqu'un, à demi-caché derrière les rideaux au fond. C'était son patron. Complètement déstabilisée, la jeune demoiselle n'eut pas le temps de crier garde que ses jambes commencèrent à trembler et se détendirent, la laissant tomber dans le vide. Elle poussa un cri de stupeur, les spectateurs en poussèrent aussi. Elle tenta de se retenir au ruban qui défilait sous ses yeux en vain, et termina sa chute sur le sol, dans un grand craquement sourd. Deux artistes sur les côtés se jetèrent sur la jeune femme et la portèrent dans les coulisses tandis que la musique s'était arrêtée. A ce moment-là, elle ne voyait plus rien. Sa vue se brouillait, sa tête tournait. Elle ne sentait plus ses membres. Sa tête saignait, et son bras gauche lui faisait atrocement mal. Une fracture ? C’était douloureux. Oh oui, très douloureux. On la déposa sur un matelas et le médecin de la troupe arriva. Alors, la vue totalement brouillée, la sorcière fini par fermer les yeux et s'endormir.

Lara ouvrit doucement les paupières, et commença à s'étirer doucement avant de se résigner, face à la douleur atroce partout sur ses membres. Elle observa autour d'elle, et se rendit compte qu'elle était dans le noir, dans sa caravane. Elle avait donc dormir jusqu'au soir ? Elle se leva tant bien que mal, et traversa le terrain afin de rejoindre la caravane des douches. Elle alluma le robinet et se pencha vers lui, puis elle joignit ses mains sous l’eau et s’appliqua doucement l’eau sur le visage, histoire de bien se réveiller. Les plaies la tiraillaient toujours ! Pour contempler les dégâts, elle tourna dos au miroir et remarqua avec stupeur que son omoplate était parsemée d’hématomes. A cette heure-ci, tout le monde devait dormir... Alors, elle plaça sa main au dessus de son épaule et, avec une grande concentration, atténua les plaies. Elle n'était pas encore très experte dans le soin, mais cela la soulageait déjà beaucoup ! Mais quand elle se retourna pour aller prendre une douche, une grande silhouette se retrouvait face à elle et elle plaqua ses mains contre sa bouche pour ne pas hurler. Son patron, une bouteille a la main… Il la questionna sur le pourquoi de son erreur débile du spectacle de ce soir. Sans qu’elle puisse finir d’expliquer le fait qu'elle avait eu des vertiges, il la saisit par les cheveux et lui tapa le front contre le bord de levier. Elle afficha une mine sonnée, complètement déconnectée tant la douleur était forte. Pourtant ne cria pas, ne voulant pas réveiller Heyllin et les autres de la troupe. Elle resta repliée sur l’évier et tenta de lui donner un coup de pied arrière, mais celui-ci retint sa jambe. Il tira une nouvelle fois les cheveux pour relever sa tête, plaquant le dos de la jeune femme contre son torse. Il la regardait à travers le miroir. Lara soutenait le regard de son agresseur, et était déterminée à lui tenir tête. Pourtant, lorsqu’elle vit son front ensanglanté, la seule chose dont elle eut envie était de fuir. Fuir loin, très loin d’ici. Son crane la tiraillait, comme si on lui resserrait le cerveau. Il lui parla si près qu’elle sentit le souffle chaud sur son oreille et eut un mouvement de dégout. Il la relâcha violemment contre le lavabo auquel elle se rattrapa avec peine, après lui avoir caressé les hanches. Il s’en alla alors en ricanant. Lara se regarda une nouvelle fois dans la glace, essayant de rincer tant bien que mal la plaie. Le moindre contact lui faisait la sensation d’être tiraillée dans tous les sens. Elle était littéralement incapable d'utiliser ses pouvoirs face à son tyran tellement il l’effrayait ! Elle essaya de soigner son front, mais elle était bien trop épuiser pour réussir quoique ce soit. Elle allait devoir dire qu’elle s’était faite ça toute seule. Une seule personne ne la croirait pas. Heyllin. Mais elle ne pouvait rien dire et ce, jusqu’à ce qu’elle puisse enfin partir. Et pour partir, il fallait qu’elle fasse chacun des désirs de son supérieur. Lara entra alors dans la cabine de douche, et alluma l’eau.



C’était le week-end, enfin ! Lara n'en pouvait plus. Elle avait passé la semaine entière assise sur sa chaise de bureau, devant son ordinateur, à inspecter le moindre site internet suspecté de se produire dans le téléchargement illégal. Il était évident qu'elle et ses deux autres collègues, Natasha & Samaël, en avaient trouvé plusieurs. Mais le plus difficile dans cette histoire, était de différencier, pour un stupide sondage de journalisme que les gens allaient à peine lire, ces sites des réelles compagnies de téléchargement. Enfaite, c'était un boulot méga barbant et ennuyeux à mourir que le patron leur avait donné cette semaine. Et en plus, c'était leur semaine de test ! Comment Lara allait-elle bien pouvoir obtenir une promotion, si elle travaillait sur des trucs aussi mortifiants ?

Bref ! Ce matin, Lara avait dû retrouver Samaël son collègue de bureau, pour lui remettre des photocopies d'un papier qu'il avait égaré. Cet homme était un véritable boulet ! Avoir égaré son formulaire d'évaluation, quand même... Mais bon ! Le bon côté des choses, c'est qu'au lieu de dormir jusqu'à deux heures de l'après-midi et ainsi rater la moitié de la journée; elle s'était bougée hors de son lit et pouvait profiter pleinement et surtout tranquillement de sa journée. Une fois avoir donné ses papiers à Samaël et lui avoir passé un gros savon, la jeune Sorcière blanche déambula de nouveau sur les trottoirs, en cherchant en vain une occupation. Puis, son visage s'illumina finalement quand elle vit, sur le trottoir d'en face; un stand de hot dogs !

Tandis qu'elle s'appretait à traverser la route avec des étoiles dans les yeux en pensant au fabuleux met qu'elle allait engloutir en deux bouchées, la jeune sorcière se figea cependant au moment de traverser, et fit un pas en arrière sur le trottoir. Elle se frotta les yeux avant de les plisser pour mieux voir. Là-bas en face, devant le stand de nourriture, se trouvait un homme bien enrobé. Jusque là, tout était plutôt normal et sans interêt. Oui mais... cette silhouette lui rapellait quelque chose! Et pour cause ! De dos et entre milles elle aurait pû le reconnaître ! Cet homme, grand et gros, au nez droit et aux petits yeux perçants. Tétanisée et surprise, elle sentit son poul s'accélérer mais tenta tout de même de rester calme. Si elle s'agitait trop, il pourrait la voir ! Alors, elle se mordit les doigts et comme si de rien était traça quelques mètres sur le trottoir, avant de se mettre à courir dès qu'elle fut assez loin, jusqu'à ce qu'elle se trouve un taxi pour rentrer.

Une fois chez elle, elle ouvrit la porte en trombe et la referma en s'appuyant contre elle. Lara souffla enfin, s'appuyant contre le mur pour enlever ses talons sans perdre l'équilibre et le chien de sa colocataire vint lui faire la fête. Elle lui grattouilla un peu le menton puis alla se faire cuire des pâtes, affamée. Elle avait si faim qu'elle pourrait manger un éléphant ! Bah ouais pour le coup, le hot dog c’était raté ! Une fois le repas prêt, elle déposa l’assiette de pâtes sur la table et s’assit tout en arrangeant sa robe noire. Un repas qu’elle engloutie en dix minutes puis elle déposa l’assiette par terre pour que le chien finisse les restes. Si sa maîtresse lui donnait n’importe quoi, elle ne voyait aucun problème à faire de même ! Mais elle repensa à sa rencontre... C’était troublant d’avoir vu son bourreau de toujours qu’elle peinait encore à oublier aujourd’hui même après deux ans, à New york même, dans son quartier. Elle frissonna. Heureusement, il ne l’avait pas vue… Puis qu’aurait-il pu lui faire devant tout ce monde ? Non, ce n’était rien. Elle secoua la tête et se leva.

Une heure passa, la sorcière était avachie dans un petit fauteuil entrain de regarder la télé, un paquet de pop corn dans une main et la télécommande dans l'autre, en zappant les chaines à la vitesse de l'éclair dans l'espoir de trouver un programme intéressant. Puis, la sonnette se déclencha. Éteignant la télé elle sortit du fauteuil, tandis que Brutus se mit à aboyer frénétiquement.  Une vraie calamité ce chien ! Elle attrapa son collier de sa main libre, pour l’enfermer dans la salle de bain. La fâcheuse habitude qu’avait l’animal à sauter sur tout le monde faisait souvent peur aux gens ! La sonnerie retentit une nouvelle fois, mais cette fois en continu. La personne derrière la porte était morte contre le mur où quoi ?!

« Une minute ça va ! »

Elle s’attacha à l’arrache les cheveux avec un crayon et tourna la clef dans la serrure puis entrouvrit la porte en mettant sa tête dans l’encadrement. Elle n’eut même pas le temps de parler ni de regarder la personne que soudainement, la porte s’ouvrit d’un seul coup sec et avec force,  projetant Lara au sol carrelé dans un grand bruit sourd, faisant au passage virevolter le paquet de pop-corn qui se déversa entièrement un peu plus loin.

   
© EKKINOX

_________________

« DROWN ME INTO THE DARKNESS WITH YOU FOREVER »
Roxy&Lara ▬ If you loose your mind, if you drown yourself in the dark night, please just hold my hand and drown me with you because i'm tired, tired to try, i just want to be by your side forever no matter what and i couldn't support to live if you're not by my side. Take my soul take me all, babe I don't care if we are going to hell
   

(c) Myuu.BANG!

   


Dernière édition par Lara C. Whiteley le Ven 2 Mai - 22:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


ADMINISTRATRICE
A GENOUX DEVANT MOI !




“My soul is black.
I'll never be rid of it all before I die, but it won't be because I'm a bad person but because I was a frightened one.”





Célébrité : Rihanna


Messages : 34


Date d'inscription : 15/03/2013




MessageSujet: Re: [HOT & GORE] Tears of Revenge ▬ Roxara Ven 25 Avr - 19:42


   
Roxanne & Lara
we often deny the existence of our angels. but yet they exist.

   
Rio de Janeiro, le soleil commence à se coucher dans un quartier non loin des Favelas, un petit groupe de touristes s’amasse autour d’une silhouette virevoltante. Ils semblent amusés par les rires d’une enfant qui danse, pieds nus dans la rue dans sa robe blanche salie par la poussière et la terre, des ecchymoses à vif sur ses genoux. Elle semble se soucier de rien et tournoie sur elle-même, faisant cliqueter ses bracelets et souriant aux passants comme si de rien n’était. Comme si la misère dans laquelle elle vit l’importe peu, mais ce n’est pas le cas. Elle a beau rire et danser, elle sait que si elle ne le fait pas, personne ne lui donnera de l’argent. Ce n’est pas du spectacle ni du divertissement qu’elle leur offre, c’est de la pitié, de la compassion,  la Brésilienne mendie dans la rue. Les touristes sont gentils la plupart du temps, ils lui offrent de la nourriture ou de l’argent mais ils ne peuvent se douter pour les plus crédules que la petite métisse fait partie d’un réseau et que de toute manière la majorité de ce qu’elle peut gagner en un jour – et c’est peu –  ne serait même pas pour elle. Mais elle continue de danser et à chaque fois qu’elle a fini, son public l’applaudit et elle se remet de nouveau à danser comme une de ces ballerines que l’on trouve dans ces boîtes à musique.

Une vingtaine de minutes plus tard et un policier de la ville commence à rôder autour du quartier, il la surveille. La jeune fille qui se prénomme Thaïs commence à paniquer. Cela fait longtemps que les autorités cherchent à coffrer son patron, celui qui est à la tête du réseau auquel elle appartient. L’enfant des favelas pourrait leur dire mais elle a plus peur de ce que pourrait lui faire son patron plutôt que de la police, alors elle ne leur dit rien et reste silencieuse. Mais le policier agit de manière plus oppressante, il la fixe d’un regard insistant et commence à s’approcher d’elle. Thaïs saisit alors sa coupole de pièce et prends la fuite dans les ruelles de Rio, le policer à ses trousses. Elle court pieds nus dans la rue, sans s’arrêter, poussant quelques personnes au passage. Son agilité lui permet de prendre de la vitesse et d’escalader plus facilement, ayant grandi dans les bidonvilles, elle sait ce que c’est que courir pour survivre. Elle s’apprête alors à escalader la façade d’un bâtiment, mais lorsqu’elle saisit le rebord de la fenêtre, elle sent quelqu’un lui tirer la cheville. C’est le policier, ici ils ne sont pas tendres, il cherche à faire descendre Thaïs mais la jeune fille est déterminée à lui échapper, elle donne des coups de pied au hasard dans le vide et finit par le frapper. L’homme tombe alors en arrière, arrachant au passage un bracelet à la cheville de la gamine, elle gémit de douleur mais avec courage, se hisse sur le toit de l’immeuble et continue de courir et de sauter de toit en toit, boitillant légèrement. Désormais, elle a atteint les favelas, le policier n’a plus aucune chance de l’attraper, elle connaît ces quartiers absolument par cœur.

Ralentissant son rythme, elle s’aperçoit que la moitié de l’argent qu’elle a gagné est tombé durant la course et la peur commence à saisir ses membres fragiles. Elle tremble. Thaïs sait que l’homme pour qui elle travaille ne va pas être ravi. Elle peut partir mais si elle le fait, il s’en prendra à sa grand-mère, la seule famille qui lui reste mais la doyenne est bien trop malade et âgée pour quitter les favelas alors sa petite-fille mendie dans la rue pour gagner de l’argent. Son patron n’a pas de limites, c’est un homme, enfin pas vraiment, un monstre plutôt. Thaïs l’a vu plusieurs fois planter ses longues dents aiguisées dans le cou de ses victimes et aspirer leur sang.
Serpente qu’elle l’appelle dans sa langue natale, le portugais. En effet, ses deux yeux rouges lui ont toujours rappelé la fourberie du serpent. Elle le déteste, le craint. Elle n’est pas la seule à travailler pour lui, d’autres enfants ou même adultes mendient ou se prostituent également afin de lui faire gagner de l’argent ou de lui permettre d’assouvir sa soif. Sa gamelle tremblant entre ses mains, elle se retrouve désormais face au Serpente qui la fixe de ses deux iris rouges. Il regarde l’argent que lui tend Thaïs. Voyant le peu qu’elle lui ramène, il s’emporte et de sa force surnaturelle frappe la pauvre enfant qui s’effondre plus loin au sol. Elle se relève, tousse et crache du sang. Serpente l’empoigne alors par le bras et la jette violemment dans un placard minuscule où il fait noir et où Thaïs ne peut s’assoir ni bouger le moindre membre. Blessée, sale, larmoyante, elle semble s’étouffer dans ses propres larmes, le noir la fait devenir hystérique. Ce n’est pas la première fois qu’elle est enfermée dans cet espace confiné et elle l’y sera probablement pendant deux heures ou trois suivant l’humeur de son patron. Un goût de rouille saisit les papilles de la petite fille avant de savoir que c’est son propre sang qu’elle avale. Elle essaye de se calmer mais continue de haleter et de pleurer, désormais, elle ne sourit plus.

▲▼▲

Roxanne marchait tranquillement dans les rues du Bronx. Pour une fois elle s'était réveillée tôt au lieu de dormir toute la matinée comme elle adorait le faire. Elle avait enfilé un large débardeur blanc avec un short en jean un peu déchiré. Désormais elle marchait les mains dans les poches, son casque autour du cou, chantonnant une chanson de Bob Marley. Quelques passants la regardaient étrangement dans la rue mais elle n'avait que faire d'eux, après tout qui étaient-ils pour se permettre de la fixer de la sorte? Si elle le voulait, elle pourrait très bien cramer leurs vêtements ou rendre invisible une partie de leur anatomie.

Roxanne avait toute la journée devant elle mais elle s'ennuyait et ne savait pas quoi faire. Le soir elle irait certainement danser en boîte mais maintenant à part chanter dans la rue en faisant traîner ses vieilles Vans... Elle aurait peut-être dû prendre Brutus avec elle mais cet imbécile de chien aurait encore voulu courir derrière le moindre gamin inoffensif à vélo. Elle alluma donc une clope et continua à marcher en dansant légèrement.

Après une demi-heure à se balader dans les rues du Bronx elle se décida finalement à aller au cinéma afin de voir un film qui avait l'air sympa. Une fois devant, elle commença à fouiller dans son sac aux motifs péruviens mais elle se rendit compte au bout de cinq minutes à fouiller dedans en grommelant toutes les insultes de la terre qu'elle avait oublié son porte-monnaie. Elle fit un sourire gentil à l'accueil en demandant si pour une fois elle pourrait entrer gratuitement mais de toute évidence cela ne marcha pas! Elle quitta le bâtiment énervé puis décida d'appeler Lara avec son portable, mais malheureusement celle-ci ne répondit pas. Elle ne répondait jamais! Qui allait lui apporter son porte-monnaie maintenant?!

Elle reprit le chemin de la caserne afin de prendre son porte-monnaie mais sa frustration semblait s'être amplifiée sur le chemin, elle aurait voulu tout frapper sur son passage mais ça aurait sans doute été exagéré. Alors elle shoota dans une canette de Coca pendant sa longue marche, énervant les gens sur son passage avec le vacarme qu'elle faisait mais remarque, dans le Bronx le vacarme était omniprésent! Une fois arrivée devant chez elle, Roxy donna un dernier coup dans la pauvre canette qui vola jusqu'au trottoir d'en face. La brunette sortit alors ses clés qui tombèrent de ses mains. Elle se baissa pour les ramasser et se retrouva en face d'une porte déjà ouverte. Mais que s'était-il passé? Lara ne pensait donc jamais à rien?! Son portable, la porte... Ce n'était pas comme si elles habitaient dans le quartier le plus dangereux de New York! Roxanne poussa la poignée exaspérée et s'exclama sur un ton hargneux:

« Hého! T'es marrante toi! Et la porte c'est pour les chiens? »

La métisse soupira et entra à l'intérieur de la caserne, fermant derrière elle. Elle se dirigea alors vers la cuisine et posa son sac sur le plan de travail.

   
© EKKINOX

_________________
- Darkness Becomes Me -
“Darkness cannot drive out darkness: only light can do that. Hate cannot drive out hate: only love can do that.”  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


ADMINISTRATRICE
STUCK BETWEEN THE SHADOWS




"The call of the light is more powerful than anything. I'm not a killer."



"I'm a fighter against the destruction buried deeply in the heart of men "





Célébrité : Olivia Wilde


Messages : 85


Date d'inscription : 19/02/2013




MessageSujet: Re: [HOT & GORE] Tears of Revenge ▬ Roxara Dim 15 Juin - 1:42


 
Roxanne & Lara
we often deny the existence of our angels. but yet they exist.

 
Elle resta allongée au sol quelques secondes, sonnée par le fracas de la porte contre sa tête. Elle venait de se prendre un sacré coup ! S'appuyant sur ses coudes, la jeune sorcière se redressa légèrement et vit à travers le rideau de cheveux devant ses yeux, une silhouette imposante sur le pas de la porte. Une silhouette que, même après tout ce temps, elle pouvait reconnaitre entre mille.

"...Vous ?! Non ! Non non non !" s'exclama-t-elle paniquée.

Il avança de quelques pas et poussa la porte derrière lui. Lara tenta de reculer mais ses membres étaient pétrifiés par la peur et son agresseur en profita pour lui saisir les cheveux et la redresser. Comme il avait eut l'habitude de le faire. Elle cria, et remua dans tous les sens pour se dégager. Voyant que cela ne fonctionnait pas, elle donna un coup de pied dans l'entre-jambe du vieil homme et se précipita vers la cuisine pour s'emparer du couteau sur le comptoir. Elle le pointa vers lui quelques instants avant de lui foncer dessus, mais il intercepta sa main avec une force déconcertante et lui tordit le bras pour la forcer à se retourner. Il balança le couteau sur le sol, et colla son visage contre la nuque de sa victime.

"Au Secours ! Aidez-moi ! Je vous mmh-" Elle n'eut pas le temps de finir qu'il plaqua sa grosse main sur sa bouche. Mais Lara continuait de crier même si cela ne servait à rien. Il la dirigea jusqu'au salon, et la plaqua contre le mur d'un seul bras en faisant claquer sa tête contre le platre. Suffoquant par une pression telle à son cou, elle tenta de se dégager mais il était bien trop fort.

A ce moment précis, elle avait totalement oublié qu'elle possédait des pouvoirs. Cet homme, vicieux et gras comme un ours l'avait traumatisée pendant sept ans. Pendant sept ans, il eut été son patron quand elle travaillait alors au cirque. Et dès son premier jour, même si elle n'avait jamais bien compris les intentions de l'homme, elle en devint sa marionnette. Heureusement, il n'était jamais parvenu à ses fins, elle avait toujours trouvé un moyen d'y échapper. Et ses amis l'aidaient aussi. Mais ce gros porc avait presque tué son petit ami de l'époque et l'avait renvoyé, s'en fut trop pour la jeune Whiteley qui décida de partir définitivement du cirque avec le peu d'économies qu'elle avait. Et apparemment, il n'avait pas apprécié cela.

Elle donnait des coups, gesticulait dans tous les sens afin de se libérer. Mais plus elle bougeait, plus il resserrait sa prise autour de son cou. Et quand elle voulu crier une nouvelle fois, il la souleva et lui fit balayer le mur; renversant tous les cadres, les décorations accrochées. "Ta gueule ! Fermes-là j'te dis !" hurla-t-il. L'homme chauve au regard vicieux se rapprocha ensuite de la sorcière, et commença à l'embrasser dans la nuque. Ne pouvant se retenir d'avantage, Lara fondit en larmes. Il était collé contre elle, et elle ne pouvait rien faire pour se dégager ! Elle sentait son souffle chaud et humide contre sa peau. Il était si serré à elle qu'elle pouvait percevoir les battements de son coeur. Elle était plus que répugnée, et avait si peur qu'elle ne parvenait pas à retrouver une respiration calme. Elle était plaquée contre un mur sans aucune échappatoire.

Soudainement, une idée fusa dans son esprit. Elle saisit le crayon qui nouait encore ses quelques mèches de cheveux tirés, et releva lentement la main. Mais tandis qu'elle s’apprêtait à lui planter l'objet dans l'épaule, il rattrapa une nouvelle fois sa main et serra tellement fort qu'il lui brisa littéralement le poignet. Lara regarda sa main et hurla de douleur. Un cri à vous glacer le sang. Elle avait mal ! Oh ca oui, elle avait mal ! Et il n'y avait personne à la maison. Le Boxer était enfermé dans la salle de bain beaucoup trop loin d’ici, Roxanne était partie et au combien même où elle aurait voulu utiliser ses pouvoirs, elle aurait été incapable de réciter -intérieurement ou non- la moindre formule entière. Elle avait tout oublié. Il fourra la tête dans les cheveux de la journaliste et commença à lui caresser la hanche, remontant jusqu'à sa poitrine. Il relâcha finalement son emprise, la laissant s'écrouler par terre sur les décombres. On aurait dit un vieux sac de patate qu'on venait de balancer d'un étage ! Lara était en sueur, pleine de coupures et la robe abimée. Au moment où elle se recroquevilla elle-même en se tenant fermement le poignet, il se plaça devant elle comme une grosse ombre. Elle se replia encore plus sur elle-même, tirant légèrement sa robe vers le bas.

"Lara... quelles retrouvailles ! Après tout ce temps, tu m'as beaucoup manqué tu sais !" dit-il mielleusement. Il était tellement infect ! Pourquoi n'avait-il simplement pas abandonné ? Pourquoi était-il revenu après deux ans pour la rechercher ? L'individu sorti discrètement un révolver de sa ceinture, et continua de parler calmement en déambulant devant elle. Il comptait faire quoi avec ça ?! "Nous avons tous été attristés par to départ si... soudain. Tu ne nous a même pas prévenu ! Nous aurions pû te faire un cadeau d'adieu ! Mais pendant qu'avec les autres on cherchait une explication, une personne ne semblait pas du tout surprise par cela." L'ex accrobate releva la tête d'un seul coup. "Heyllin... Qu'est ce que tu lui a fait salopard ! " Heyllin avait été sa meilleure amie du cirque. Dès son premier jour, elle l'avait accueilli et épaulée. Elle l'avait aidé à s'intégrer, et l'avait redirigée. Elle avait trouvé en elle une véritable amie et une confidente, qui avait bien remarqué les agissements du patron à son égard. C'était d'ailleurs elle qui l'avait poussée à s'enfuir suite à l’événement avec Matthew et l'agression dans la caravane. Et elles avaient dû par sécurité, couper tout contact. Se refaire une vie n'avait pas été facile, mais aujourd'hui elle avait retrouvé en Roxy ce qui lui avait manqué. "Et bien disons que... j'ai dû lui faire passer un petit interrogatoire." Un sourire malsain aux lèvres lui apparut. Il fit un pas sur le côté en scrutant le bout de son flingue, et en mettant le doigt sur la détente.

Lara écarquilla les yeux, la respiration haletante et dans un élan de rage et d'adrénaline se jeta sur lui tant bien que mal en hurlant et lui mordit l’avant-bras qui tenta de la retenir. Alors, il cria de douleur et lui tint les cheveux depuis la racine, histoire d’avoir une meilleure prise. Elle cria une nouvelle fois. Elle avait peiné à se lever, et s’était ramassée plusieurs fois sur elle-même.

"Espèce d'ordure ! Tu ne m'auras jamais !" lui cracha-t-elle au visage. Elle courut comme elle put à l'étage en ratant à moitié les marches, et s'enferma dans les toilettes. Mais quelle idiote ! Pourquoi n'avait-elle pas libéré le chien ! Il n'arrêtait pas d'aboyer ! Elle se blottissait contre la porte essayant tant bien que mal de la bloquer. Lui se jetait dessus pour la défoncer. Lara savait qu'elle ne résisterais pas longtemps, que ce n'était qu'une question de temps avant qu'il défonce la porte sur elle. Mais de son vivant, jamais elle n'abandonnerait. Si il y a bien quelque chose qu'elle ne voulait pas perdre, s'était sa dignité ! Elle tremblait de tout son être et elle perdait contrôle sous la peur. Les coups se répétèrent régulièrement, comme les aiguilles d'une horloge. Plaquée contre la porte, elle tenta de réciter une formule magique mais seul des bégaiement moururent sur ses lèvres. Cela dura bien cinq minutes, puis il réussi enfin à péter la porte, projetant Lara contre la cuvette qui se brisa. La porte s'était décrochée elle aussi. Il lui prit les cheveux et le bras, puis lui fit redescendre les escalier. N'avait-il donc pas d'autre méthode de transport ?!

Alors, la tirant violemment, il la balança sur le sofa en rangeant aussitôt son arme dans sa ceinture. Au passage, elle tenta de s’accrocher à ce qu’elle pouvait, provoquant un énorme fracas de verre et d’objets tombants au sol. Un vrai bordel. Elle se retint à la table basse qui se retourna à l’envers, les pieds en l’air. A bout de souffle et de force, elle finit par se laisser entrainer sur le canapé, à détendre tous ses muscles. C’était comme si elle était devenue un légume qui ne répondait plus. Elle avait réussi à refaire sa vie loin de lui, à se trouver un emploi, une maison et des amis. Et malgré tout sans qu'elle ne sâche comment, il l'avait retrouvée. Et il était entrain de gagner. Il avait gagner. Lara n'en pouvait plus, il était trop fort. Ses coupures la brulaient, son poignait la brulait. Elle était là, allongée sur le canapé comme une ivre morte tombée d'un toit. Qu'allait dire Roxy quand elle allait rentrer et voir tout se désastre ? Où serait-elle d'ailleurs à ce moment-là ? Sa pauvre colocataire humaine qui ne savait même pas qu'elle avait des pouvoirs. Est-ce qu'il savait qu'elle ne vivait pas seule ?! Elle avait peur, elle ne voulait pas qu'il arrive quelque chose de mal à Roxanne ! Le chien aboyait de plus belle, tentant désespéramment d'ouvrir la porte.

Tenant fermement Lara, il se précipita sur elle et pressa ses lèvres contre les siennes. Elle contracta son visage de dégout, et lui mordit la lèvre. "AH ! SALOPERIE !" cria-t-il en lui donnant une gifle monumentale. Elle voulu se débattre, mais elle ne pouvait plus bouger avec un corps comme le sien sur elle. Un corps énorme et gras, qui l'écrasait au fond du canapé et l’empêchait de bouger. Pour la première fois, il allait atteindre son but. Elle sentit soudainement des mains froides sur ses jambes remonter lentement le long de son corps, jusque sous sa robe noire. La pauvre sorcière gémit de dégout, et des larmes sortirent de ses yeux fatigués pour venir s'écraser sur ses joues. La gifle qu'elle avait reçu l'avait complètement assommée et elle ne pouvait plus bouger, comme paralysée. C'était fini. Son maquillage noir avait coulé sur tout son visage, ses yeux étaient rouges, ses cheveux en batailles, mouillés par la transpiration se collaient à son front comme si elle venait d’émerger de l’eau. Son énorme corps sur le sien l’essoufflait encore plus, et elle se demandait bien si ses os allaient résister à une telle pression. "Je vous en supplie, laissez-moi... laissez moi..." Il lui déchira alors son décolleté et posa ses lèvres gercées et mouillées une nouvelle fois sur le corps de la jeune femme en lui tenant le buste, faisant des allés retours lents entre sa nuque et le milieu de sa poitrine. Mais une chose avait changé. Un objet était là où il ne l'était pas tout à l'heure, là où il ne doit pas être. En effet, il y avait un sac, sur le comptoir de la cuisine. Un sac coloré et en tissu léger. Roxy.

 
© EKKINOX

_________________

« DROWN ME INTO THE DARKNESS WITH YOU FOREVER »
Roxy&Lara ▬ If you loose your mind, if you drown yourself in the dark night, please just hold my hand and drown me with you because i'm tired, tired to try, i just want to be by your side forever no matter what and i couldn't support to live if you're not by my side. Take my soul take me all, babe I don't care if we are going to hell
   

(c) Myuu.BANG!

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [HOT & GORE] Tears of Revenge ▬ Roxara

Revenir en haut Aller en bas

[HOT & GORE] Tears of Revenge ▬ Roxara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Dream ticket :Obama/Gore
» LA SCENE GORE DU MOIS
» Tears of my Hearth... [0/3] Celesty is there!!!!!! :P
» 07. My tears dry on their own
» J1 - run till you're dead (viha/gore)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moonlight Rises ::  :: Home sweet home :: Houses :: Roxanne Scott & Lara Whiteley, Bronx-