Bienvenue sur Moonlight Rises !
N'hésitez pas à participer à l'évènement d'horreur !
FORUM DÉCONSEILLÉ AUX MOINS DE 16 ANS
Merci de privilégier les loups-garous, vampires et chasseurs pour avancer le contexte actuel !
De nombreux Postes Vacants & Scénarios sont très attendus !

Partagez| .

One night to remember one day it will all just end. ✖ Zachariah&Harleen.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar


FIRE & ICE
Tear my heart appart.






Célébrité : Arden Cho


Messages : 43


Date d'inscription : 29/07/2014




MessageSujet: One night to remember one day it will all just end. ✖ Zachariah&Harleen. Sam 23 Aoû - 19:55


Whatever you do, don't be afraid of the dark.
   feat. Zack & Harley
Rise, I'll rise, I'll rise! 30STM
En tant qu'étudiante New-Yorkaise indépendante, Harleen faisait partie de la grande majorité des jeunes qui ne se contentaient pas simplement de l'université mais qui occupait aussi ses journées avec un petit boulot. Il fallait bien subvenir à ses besoins... Dans son cas, le job constituait à faire la barmaid dans un bowling. Si ces lieux n'étaient pas vraiment réputés pour avoir besoin de barmans, celui dans lequel Harleen travaillait était différent : situé dans le Bronx, le bowling était fréquenté par les gens du coin... À savoir des personnes pas vraiment fréquentables, ou encore des gens qui venaient là pour faire n'importe quoi sans risquer de se faire démasquer par leurs connaissances ! Du coup, cela correspondait à un lieu de débauche du Bronx comme un autre, et Harleen n'avait jamais l'occasion de s'ennuyer lorsqu'elle était au travail !

La nuit commençait à tomber lorsque la jeune femme quitta son poste. Travailler ne la dérangeait pas, au contraire, mais le quartier était loin d'être sûr et Harleen ne pouvait pas vraiment dire qu'elle s'y sentait rassurée lorsqu'elle finissait tard... Où à n'importe quel moment de la journée, d'ailleurs ! Pas depuis tous les massacres qui avaient lieu en ville et que l'étudiante choisissait d'attribuer à un psychopathe visiblement très en colère contre la société. Oh, il y avait bien la thèse du "gros chien" qui circulait mais Leen n'y croyait pas du tout. Pourquoi un animal attaquerait subitement en ville tant de gens en si peu de temps ? Comment pouvait-il échapper aux autorités ? Non, cela ne pouvait qu'être l'oeuvre d'un humain, pas besoin d'avoir un cerveau de génie pour s'en rendre compte.

Harleen arpentait d'un pas résolu les rues du Bronx. Elle n'était pas suicidaire au point de prendre les petites ruelles, même si elles constituaient des raccourcis, et demeurait sur les grandes allée, quoique cela ne voulait pas dire pour autant que la rue était sans danger. C'était horrifiant de constater à quel point la violence avait redoublé en ville, et surtout dans ce quartier ! Les malfrats les plus téméraires sévissaient même en plein jour, cela avait de quoi donner des sueurs froides à la demoiselle... Sur ses gardes, elle avait appris à se faire discrète, ou du moins à ne pas attirer l'attention des gens lorsqu'elle déambulait seule, et serrait fermement sa bombe lacrymogène dans sa poche.

Cela aurait pu être une soirée ordinaire. Harley Quinn, comme l'appelaient certains, aurait pu suivre sa route jusqu'à la résidence universitaire sans encombres et regagner sa chambre sans avoir eu à déplorer le moindre retard... Cependant, les choses étaient déjà mal parties. Déjà, le collègue qui l'escortait habituellement sur la majeure partie du chemin n'était pas venu travailler aujourd'hui, du coup elle se retrouvait seule. Et l'absence de l'employé du bowling se faisait ressentir, car celle qui portait le même nom que l'acolyte psychopathe du Joker avait pour habitude de discuter en chemin, cela l'aidait à oublier un peu l'environnement pesant du Bronx, mais il lui était impossible de le faire ce soir-là. Sortir son téléphone attirait beaucoup trop l'attention, aussi avait-elle renoncé à cette option. Elle qui passait toujours tout le trajet à étaler sa science et débattre avec son collègue se sentait bien seule ! Enfin...

Avoir l'impression d'être seule et l'être réellement étaient deux choses bien distinctes. Harleen s'interdisait de divaguer dans ses pensées pendant le trajet, elle ne voulait pas se faire prendre de court par un potentiel agresseur. Cela ne faisait pas pour autant d'elle une fille particulièrement attentive à ce qui se passait autour : la légère panique qui enserrait son cœur l'empêchait de se concentrer correctement. Ainsi, la native de Séoul demeura un long moment sans s’apercevoir qu'elle était suivie, et comment aurait-elle pu le deviner ? Son poursuivant avait bien pris soin de rester discret !

La demoiselle ne remarqua que plus tard que quelque chose clochait. Fronçant les sourcils, elle s'obligea à maintenir une allure constante, histoire de ne pas signaler à son potentiel agresseur qu'elle l'avait repéré. Elle ne savait pas trop d'où lui venait tout ce sang froid concernant sa façon d'agir alors que son cœur battait la chamade. Elle se disait que, peut-être, elle imaginait des choses et elle se trouvait en réalité seule, mais elle n'osait pas regarder en arrière pour vérifier. Harleen se mordit la lèvre, elle était somme toute encore assez loin des zones plus sûres de la ville et elle ne supportait pas l'idée de continuer son chemin avec une incertitude pareille. Inspirant un grand coup, elle finit par tourner dans une ruelle, elle qui s'était jurée de ne jamais faire de chose aussi stupide, et s'arrêta au bout de quelques mètres.

Se retournant doucement, elle distinguait une silhouette masculine à l'embouchure de la rue mais il n'y avait pas assez de lumière pour qu'elle puisse voir à quoi l'homme ressemblait. Harley grimaça. Pourquoi s'était-elle isolée alors qu'il lui aurait suffi de continuer jusqu'à atteindre un quartier plus réputé ? La jeune femme s'insultait mentalement de tous les noms, à la fois en anglais et en coréen. Bon, puisqu'elle avait causé sa propre perte, autant ne pas faire durer le suspens... « Qui êtes-vous ? » demanda-t-elle sur un ton qui transpirait l'appréhension et la panique. Son cœur galopait tellement vite dans sa poitrine que ça l'assourdissait à moitié. « Que... Qu'est-ce que vous me voulez ? »
© Gasmask    

_________________


i see the bad moon rising


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


ADMINISTRATEUR
Kneel before your alpha !




Buddy you're a young man hard man
Shoutin' in the street gonna take on the world some day
You got blood on yo' face
You big disgrace
Wavin' your banner all over the place





Célébrité : Jared Leto


Messages : 69


Date d'inscription : 29/10/2013


Localisation : Hell, probably...





MessageSujet: Re: One night to remember one day it will all just end. ✖ Zachariah&Harleen. Jeu 4 Sep - 22:15


Cover your eyes, the devil's inside
 feat. Harley & Zack
Rise [...] high up above it and see 30STM
La journée avait mal commencé. L'absence de bêta dans la meute avait forcé Zachariah à désigner d'autres loups pour les tâches normalement effectuées par son second et l'annonciateur des mauvaises nouvelles se mettait à bégayer quand il était nerveux... Heureusement, Sia avait pris les choses en main et renvoyé le messager avant que Zach ne lui arrache ses cordes vocales. Sia était une des rares personnes qui pouvait tenir une conversation avec l'alpha Blackwood. Il l'aurait bien promue si elle n'avait pas été si jeune et occupée. Elle tenait à continuer ses études pour entrer dans la police criminelle et aider à cacher les bavures de la meute. Même si la petite blonde avait plus l'air d'une pom-pom girl que celui d'un inspecteur de police, il la laissait faire. La chef Teller travaillait dans la médecine légale, il pouvait bien compter une flic dans ses rangs.

En tout cas, l'annonce de la présence d'une fille d'alpha dans la ville n'était pas des plus plaisantes. Même s'il réussissait à la mettre sous ses ordres, ses pouvoirs d'alpha seraient moins efficaces et elle pourrait se retourner contre lui. Il avait repéré la jeune louve depuis un moment déjà mais elle ne lui avait pas semblé d'un grand intérêt. Apparemment, il aurait dû mieux la surveiller. Cette nouvelle obligea Zachariah à accélérer le recrutement des quelques cibles qui lui résistaient encore. Seth restait aussi buté qu'au premier jour mais Calypso ne mettrait plus longtemps à craquer. Le solitaire la suivrait et ce serait enfin un poids de moins sur les épaules de l'alpha. Ensuite, il y avait Drake Macktey. Son cas serait vite réglé, il était terrifié par le monde qui l'entourait. La meute offrait sécurité et stabilité, après tout. Nessa Williams, une solitaire froide et difficile à approcher. Sa solitude était sa faiblesse. Anabielle Footkrutch, malgré son manque de force physique, montrait un contrôle total de son loup en dehors des pleines lunes. Si son fils était menacé et que Zach se se trouvait être la solution, alors peut-être...

Le lycanthrope projeta son verre de whisky contre le mur pour se retenir de crier. Sia se bougea pas d'un centimètre, assise sur le bord du lit où son chef était censé dormir. Aucun ne pourrait devenir bêta. Ils étaient tous trop effacés, trop jeunes ou trop impulsifs. Ils allaient devoir chercher du côté des humains et les transformer eux-mêmes...

« J'ai une candidate, si ça vous intéresse. »
« Louve ? »
« Humaine. »

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

L'alpha rôda sur son territoire toute la journée avec pour seul but d'atteindre la tombée de la nuit le plus rapidement possible. L'humaine dont il était question travaillait dans le Bronx mais ne semblait pas y vivre, aussi devait-il se contenter de l'observer sur son lieu de travail : un bowling. La jeune femme, brune, d'apparence asiatique et d'une taille acceptable, jouait les barmaids. Elle ne riait pas aux éclats dès qu'un des gagnants se tournait vers elle, mais elle restait professionnelle et tentait de sourire naturellement. Parfois, ses muscles se tendaient pendant une fraction de seconde, sans pour autant qu'elle explose. Dommage, si elle avait explosé, cela lui aurait prouvé qu'elle possédait la même rage que si peu d'entre eux arrivaient à dompter. Bien sûr, il ne s'attendait pas à un spécimen aussi spécial que Drake Macktey mais une bonne surprise n'aurait pas été de trop.

Quand elle eut terminé son service et que la boîte se prépara à fermer, Zachariah indiqua à son agent posté un eu plus loin la cible qu'il devait suivre. Un autre test qui ne mènerait peut-être à rien mais faire peur aux races inférieures n'était pas vraiment une corvée...

Elle ne tarda pas à s'apercevoir que quelqu'un la suivait ; maligne, donc. Par contre, s'engouffrer dans un amas de ruelles quand on soupçonne un inconnu d'intentions peu louables, n'était assurément pas l'idée du siècle. A moins qu'elle n'ait en tête de se défendre violemment avec risque de blessure voire mort éventuelle de l'agresseur. Dans ce cas, peut-être Sia avait-elle eu raison de placer cette femme sous son radar. Elle avait bien spécifier qu'elle n'incarnerait pas la bêta parfaite mais que ses connaissances scientifiques et son esprit organisé pourraient sans aucun doute bénéficier à la meute, même en tant que simple membre.

« Qui êtes-vous ? Que... Qu'est-ce que vous me voulez ? »

Questions précises, cœur qui bat à la chamade, léger tremblement dans la voix. Il avait vu pire. Elle n'était ni couverte de sueurs froides, ni tétanisée. Sa réaction était normale, presque courageuse pour un être humain. Après tout, même si elle ne le savait pas consciemment, c'était un loup-garou qui se tenait devant elle, et l'un des meilleurs combattants de la meute. Il y avait de quoi en perdre ses moyens.

« Eddy. »

Le lycan se retourna pour faire face à son alpha. D'un geste de la tête, il lui indiqua que sa mission était terminée et il se mit en marche vers son propre appartement au-dessus de son salon de tatouages. Zachariah porta son attention sur Harleen, un léger sourire sur le visage - même s'il n'était pas sûr qu'elle puisse le voir. Ses mains restèrent coincées dans les poches de son manteau noir, histoire d'avoir l'air sans défenses. C'était peine perdue mais il pouvait tout de même atténuer l'effet qu'il avait habituellement sur les races inférieures.

« Veuillez l'excuser, il ne pouvait pas vous répondre. Il ne parle pas. »

L'alpha fit une brève analyse de la femme qu'il avait devant lui. Elle ne s'était pas enfuie, ni n'avait tenté de l'attaquer. Soit elle ne savais pas du tout quoi faire, soit elle attendait d'en apprendre plus sur la situation dans laquelle elle se trouvait. La deuxième option était préférable, mais il ne pouvait trop en espérer d'une humaine, et aussi jeune, qui plus est. Enfin, il était vrai qu'elle possédait... Quelque chose. Comme l'avait stipulé Sia, c'était assez difficile à décrire. On avait l'impression qu'elle s'en sortirait dans n'importe quelle situation. Ce n'était pas le genre à se sacrifier pour un inconnu ; à première vue. Bon point. Sa loyauté devait aller à la meute, pas à l'ensemble des humanoïdes.

« Vous vous plaisez au bowling ? Ça ne doit pas être très intéressant. »

Hum, il aurait sûrement dû se présenter d'abord. Ou au moins lui dire qu'il l'avait vue au bowling. Tant pis, il n'était pas habitué à faire les choses dans l'ordre, de toute façon. Le cœur de la brune battait à un rythme proche de la normale, à présent et les quelques onces de peur qui émanaient encore d'elle ressemblaient plus à de l'appréhension qu'à une frayeur totale. Il tendit sa main droite vers elle.

« Zachariah Blackwood. Je peux vous raccompagner ? »
© Gasmask    

_________________
When nightmares crawl into our world, you can't wake up to stop them and you have to fight them. When nightmares crawl into our world, you can't sleep to escape them and you have to fight them but you can't fight them, you can't fight them. And they know where to find you.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


FIRE & ICE
Tear my heart appart.






Célébrité : Arden Cho


Messages : 43


Date d'inscription : 29/07/2014




MessageSujet: Re: One night to remember one day it will all just end. ✖ Zachariah&Harleen. Mer 12 Nov - 18:21


Whatever you do, don't be afraid of the dark.
   feat. Zack & Harley
Rise, I'll rise, I'll rise! 30STM
Harleen tentait tant bien que mal de maîtriser sa peur, chose qui s'avérait plus facile à dire qu'à faire ! Enfin, la jeune femme ne pensait pas s'en sortir si mal que ça, pour le moment, si on omettait son choix pitoyable de lieu de repli : les ruelles du Bronx, pouvait-on faire pire ? Il était trop tard pour faire machine arrière et la native de Séoul n'avait pas d'autre option que faire front à celui qui la suivait. Elle demanda à l'inconnu qui il était et ce qu'il lui voulait, peut-être y avait-il une chance pour que tout ceci soit un énorme malentendu ? Dans ce quartier, à cette heure... Certainement pas. La barmaid s'attendait à voir l'imposante silhouette lui répondre mais l'ombre demeura immobile et muette, comme si elle n'était pas vraiment là. Un frisson parcourut l'échine de l'étudiante lorsque, finalement, la situation évolua. Un autre homme émergea des ombres, rappelant la silhouette à lui comme il aurait pu rappeler son chien aux pieds. Serrant la mâchoire, Harley n'osait pas bouger. Elle regarda la première ombre s'éloigner, puis disparaître, en se demandant ce qu'il se passait. Était-ce un genre d’agression organisée pour frapper au hasard ? Ou bien était-elle tombée dans un piège qui lui était tout spécialement destiné ?

« Veuillez l'excuser, il ne pouvait pas vous répondre. Il ne parle pas. » L'attitude et le ton employé par l'homme se voulaient plutôt détendus, comme pour mettre Harley en confiance... Et cela fonctionnait assez bien, dans une certaine mesure, puisque la tension qu'elle ressentait depuis le moment où elle avait compris qu'elle était suivie était en train de redescendre peu à peu. Elle demeurait méfiante, bien sûr, surtout en considérant le fait que l'inconnu n'avait absolument pas répondu à ses questions. « Vous vous plaisez au bowling ? Ça ne doit pas être très intéressant. » Harley esquissa une grimace, avant de ré-adopter un masque neutre. Cette remarque était loin de la laisser indifférente, cela prouvait qu'elle n'était pas une cible au hasard dans cette histoire. « Ça paye le loyer. » répondit-elle sur un ton qu'elle aurait aimé calme et froid mais qui, malheureusement, était bien trop tremblant pour avoir l'effet escompté. Elle ne savait même pas pourquoi elle lui avait répondu, à cet inconnu, ni pourquoi elle essayait de se calmer au lieu de prendre ses jambes à son cou... Non, à vrai dire, ça elle le savait : si elle tentait de courir ou de crier, elle était perdue. C'était ça, le Bronx.

Son cœur s'était un peu ré-accéléré lorsqu'elle avait parlé mais elle était parvenue à reprendre un peu le dessus, aussi se mit-elle à bouger un peu, histoire de ne pas se retrouver crispée par des crampes musculaires au bout de deux minutes. L'homme s'était rapproché et Harleen pouvait à présent distinguer ses traits. Elle ne savait pas trop si elle devait se sentir soulagée par le fait qu'il ne soit pas masqué : cela signifiait-il qu'il n'avait aucune mauvaise attention ou, au contraire, qu'il s'assurerait par la suite qu'elle ne serait jamais en mesure de l'identifier ? La demoiselle préféra ne pas penser à cette éventualité, il valait mieux qu'elle conserve les idées claires au lieu de céder à la panique. « Zachariah Blackwood. Je peux vous raccompagner ? » finit par annoncer l'homme, la main tendue vers elle comme une bouée de sauvetage.

L'humaine hésita quelques secondes puis, timidement, elle lui serra la main. Pourquoi ? Elle n'en savait rien ! Peut-être était-ce une manière de se prouver à elle-même qu'elle pouvait le faire, survivre à l'une des plus grosses frayeurs de sa vie. Après tout, son arrivée en Amérique avait fait naître en elle tellement d'idées nouvelles de grandeur et de liberté, peut-être était-il enfin temps de vérifier si elle était capable ou non de vivre dangereusement ! « Harleen... Mais je suppose que vous le savez déjà. » ne put-elle s'empêcher d'ajouter en arquant un sourcil. Puisqu'il savait qu'elle travaillait au bowling et qu'il l'avait fait suivre, il connaissait certainement son nom ! Elle lâcha la main étonnamment chaude du dénommé Zachariah et laissa quelques secondes de silence s'installer entre eux, juste le temps pour elle de prendre une grande inspiration et de décider si elle tentait le tout pour le tout ou non, au point où elle en était. « D'accord... Merci. » dit-elle sur un ton qui se voulait indifférent. C'était un peu étrange de remercier l'homme qui était à l'origine de la situation bizarre dans laquelle elle se trouvait mais c'était plus fort qu'elle, son éducation voulait qu'elle se montre polie avec lui en vue de sa proposition.

Ils se mirent en route, sortant de la ruelle pour regagner l'avenue principale. Harleen ne disait rien, elle se concentrait pour ne pas laisser transparaître son appréhension dans sa façon de marcher, ignorant à quel point ses efforts étaient ridicules puisque le loup-garou à ses côtés savait tout de son état rien qu'en écoutant son rythme cardiaque. Malgré tout, elle s'obstinait à prétendre que tout allait bien, se le répétant sans cesse jusqu'à en être pratiquement persuadée et, par conséquent, pratiquement détendue. Seul le bruit de leurs pas sur le pavé venait troubler le silence, et peut-être était-ce ce détail qui pesait le plus sur l'esprit de la barmaid. Avait-il organisé toute cette mise en scène uniquement pour la raccompagner sans rien dire ? Quel genre de psychopathe faisait cela ?! Elle lançait de temps à autre des coups d’œil en direction de son imprévisible compagnon mais le visage de celui-ci semblait parfaitement serein. Que cachait-il ? Elle ne tarderait certainement pas à le savoir...
© Gasmask    

_________________


i see the bad moon rising


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


ADMINISTRATEUR
Kneel before your alpha !




Buddy you're a young man hard man
Shoutin' in the street gonna take on the world some day
You got blood on yo' face
You big disgrace
Wavin' your banner all over the place





Célébrité : Jared Leto


Messages : 69


Date d'inscription : 29/10/2013


Localisation : Hell, probably...





MessageSujet: Re: One night to remember one day it will all just end. ✖ Zachariah&Harleen. Mar 23 Déc - 2:18


Cover your eyes, the devil's inside
 feat. Harley & Zack
Rise [...] high up above it and see 30STM
L'alpha sourit en percevant une pointe de sarcasme dans la voix de la brune. Effectivement, elle n'avait pas le côté stoïque et discret de Charlie mais chaque loup est différent, en particulier les bêtas. Tout ce qui lui importait était son efficacité et sa loyauté. Après, si elle était du genre à lancer une pique avant d'achever ses victimes, ce n'était pas son problème. Ça mettrait même un peu d'animation. A première vue, elle n'en imposait pas tellement. Ce n'était ni une tueuse aux airs d'innocente comme Sia, ni une montagne de muscle comme Elijah, ni une femme fatale au regard de glace comme Hazel. Et malgré tout, elle dégageait assez de sa personne pour qu'on ne la prenne pas pour cible dans une virée meurtrière. Harleen s'approcha. Sans trembler, même si sa poigne restait fragile, elle serra la main du lycan et la tension dans ses épaules diminua un peu. « Harleen... Mais je suppose que vous le savez déjà. » Adaptation, bravoure et intelligence : le tout en une seule phrase. Cette fille devait cartonner aux entretiens d'embauche. Mais elle avait raison, il connaissait son nom. Harleen Chung. De quoi diversifier les couleurs des Blackwoods. Ils n'avaient pas encore de loup d'origines asiatiques. Elle accepta poliment sa proposition et ils sortirent de la ruelle pour se diriger vers le domicile de la jeune femme.

Le chemin n'était pas très long, mais, s'il piquait sa curiosité, l'humaine ferait sans doute durer la conversation une fois arrivés à destination. Dans le cas contraire, cela prouverait le peu d'intérêt qu'elle représentait en réalité. Il se permit donc de rester silencieux quelques instants et d'écouter le rythme inconstant des battements de cœur de la barmaid. A sa grande surprise, ils retrouvèrent une vitesse normale. Il s'attendait tout de même à que sa présence fasse persister une aura de stress autour d'elle. Comment devait-il le prendre ? Bon, il laissa son ego de côté pour cette fois. Elle était plus forte que prévu, c'était un atout pour la meute. Il devait d'abord penser au bien commun avant de se préoccuper de sa fierté - et le bien commun se limitait aux loups sous ses ordres, bien entendu.

Finalement, après un tournant qui les rapprochait un peu trop de la partie "vampire" du Bronx - il avait recherché le trajet et savait qu'ils resteraient néanmoins dans la zone neutre -, Zachariah se décida à parler.« J'aurais une proposition à te soumettre. Il n'y a aucune obligation mais sache que, si tu acceptes, c'est irrémédiable. » Il la laissa analyser l'information et se mettre en condition. Leurs pas ralentirent presque instantanément. Le loup n'était pas sûr de qui avait freiné le premier. Il était très difficile de quitter une meute une fois qu'on en faisait partie, surtout quand celle-ci vous aidait à supporter les plus rudes transformations. Les solitaires voyaient leur puissance et leur résistance réduites pas l'absence des leurs pour les soutenir. Et quand bien même il la laissait en vie après qu'elle ait réussi à les quitter, elle ne pourrait jamais revenir en arrière. La lycanthropie ne pouvait être inversée, même par la magie des sorciers. Jules l'aurait destitué depuis longtemps, si c'était le cas.

Il espérait que la première mutation de la jeune femme se passe bien, mais même les meilleures auxquelles il avait pu assister étaient effroyablement douloureuses. Ni les muscles, ni les os n'étaient habitués à une telle pression. Plus l'individu était frêle de base, plus il souffrait pour prendre la forme imposante d'un hybride mi-loup mi-humain. La mâchoire était sûrement le pire. A part pour les ex-porteur d'appareils dentaires, cette partie du corps ne bougeait globalement plus après la pré-adolescence. Alors la faire doubler de volume faisait un mal de chien - et énormément de bruit. Mais peut-être aurait-elle la chance de voir sa première pleine lune cachée par un ciel nuageux. Cela ralentissait le processus.

L'éclairage public du coin laissait à désirer. Un lampadaire clignotait de l'autre côté de la rue et éclairait par intermittence une poubelle renversée. Les immeubles se ressemblaient dans leur architecture tout en affichant des tags colorés qui les différenciaient clairement. Certains des numéros d'entrées étaient peints à la bombe sur les portes. Le leader attendit encore quelques secondes avant d'éclairer Harleen quant au deal qu'ils allaient peut-être conclure. Une fois le chat au coin de la rue perdu dans l'ombre d'une voiture garée, il tourna son visage vers elle et parla d'un ton moins détaché. « Ce n'est pas exactement légal mais ça dépasse largement les compétence de la police new-yorkaise. » fit-il avec un sourire fier. « Croyez-vous aux loups-garous, Harleen ? Je ne parle pas des gros chiens qu'ils montrent dans certains films grand public. Non, ici, il s'agirait plutôt de monstres d'histoires d'horreur. » Il se tut à nouveau pour assurer la brune qu'il ne blaguait pas. Bien entendu, il n'avait toujours pas mis à plat sa proposition mais il fallait y allait doucement avec les humains - quoique ce mot qualifie rarement se manière d'agir. Sa question soulevait déjà assez d'étrangeté en elle-même. Si l'idiote se montrait incrédule, il ne resterait que la démonstration physique... Loin de lui l'idée de forcer les choses expressément pour en arriver là. Enfin, il sentait la jeune femme ouverte au monde surnaturel. Plus qu'il ne l'était, en tout cas. Il se transformerait un autre jour. Une simple vision de ses capacités de régénération devrait suffire. « Bien que ces monstres-là possèdent une force jamais décrite dans aucune fiction. » ne put-il s'empêcher d'ajouter. Il avait la fâcheuse habitude de flatter son espèce dès que l'occasion se présentait.
© Gasmask    

_________________
When nightmares crawl into our world, you can't wake up to stop them and you have to fight them. When nightmares crawl into our world, you can't sleep to escape them and you have to fight them but you can't fight them, you can't fight them. And they know where to find you.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


FIRE & ICE
Tear my heart appart.






Célébrité : Arden Cho


Messages : 43


Date d'inscription : 29/07/2014




MessageSujet: Re: One night to remember one day it will all just end. ✖ Zachariah&Harleen. Mar 23 Déc - 22:09


Whatever you do, don't be afraid of the dark.
   feat. Zack & Harley
Rise, I'll rise, I'll rise! 30STM
Harleen ne comprenait rien de ce qu'il lui arrivait. Certes, travailler dans le Bronx n'était peut-être pas le meilleur moyen d'éviter les ennuis, mais jamais elle n'aurait pensé que ce genre de mésaventure puisse lui arriver... La seule fois où elle rentrait du bowling sans escorte, elle se faisait aborder dans une ruelle par un type louche qui, au lieu de l'agresser d'une manière ou d'une autre, avait agi en gentleman, si on pouvait trouver des gens de cette espèce dans ce quartier de New-York, pour la raccompagner en toute sécurité. Le soucis ? C'était que tout ceci avait tout l'air d'un coup monté ! Et le plus ironique, dans tout ça ? C'était que la barmaid faisait tout son possible pour oublier ce détail. Pire, chacun de ses pas lui faisaient prendre conscience que la terreur qui l'animait se faisait grignoter peu à peu par un sentiment d'excitation plutôt agréable, provoqué par l'adrénaline que ce danger inopiné lui faisait produire. La demoiselle bien sage et disciplinée rêvant d'aventures dignes des plus grands Comics était en proie à un dilemme : fuir, abandonner ses chimères pour revenir au confort de sa petite vie bien rangée, ou oser, se montrer curieuse face à cet événement irréaliste qu'elle vivait en ce moment-même, et prendre un nouveau chemin.

« J'aurais une proposition à te soumettre. Il n'y a aucune obligation mais sache que, si tu acceptes, c'est irrémédiable. » prononça finalement le dénommé Blackwood, sa voix brisant le silence en résonnant à travers la rue déserte et mal éclairée. Harleen tressaillit. D'une part, parce que cette prise de parole l'avait prise au dépourvu, elle qui avait laissé retomber sa vigilance malgré ses grandes promesses intérieures poru se plonger dans ses pensées, et d'autre part parce que sa curiosité venait d'être piquée au vif. Sans s'en rendre compte, la jeune femme ralentit la cadence, ses méninges tournant à plein régime ne lui permettant pas de marcher plus rapidement. Sourcils froncés, se mordillant la lèvre, la scientifique luttait intérieurement entre la prudence que lui intimait son éducation et l'envie d'en savoir plus qui la rongeait de l'intérieur. Zachariah, visiblement, ne comptait pas l'influencer : il lui laissa le temps d'assimiler la nouvelle sans esquisser le moindre mouvement. Elle devait se décider seule, et c'est ce qu'elle fit. « De quoi s'agit-il ? » demanda-t-elle sur un ton résolu, levant par la même occasion le regard en direction du visage de son accompagnateur.

« Ce n'est pas exactement légal mais ça dépasse largement les compétence de la police new-yorkaise. » renchérit l'homme en arborant un sourire emprunt de fierté. Illégal ? Le cœur de la chimiste fit un bond dans sa poitrine. Cet inconnu sorti de l'ombre d'une ruelle du Bronx avait tout d'une malédiction pour une jeune étudiante innocente et sans histoire... Mais Harleen, avec ses rêves de grandeurs, ne pouvait s'empêcher de se demander s'il n'était pas tout simplement le fruit de son imagination, envoyé par elle ne savait qui pour la tester, la mettre à l'épreuve quant à ses intentions réelles pour l'avenir, elle qui y pensait beaucoup mais n'agissait toujours pas. « Croyez-vous aux loups-garous, Harleen ? »

L'étudiante fixa Zachariah d'un regard interloqué. Qu'est-ce que c'était que ce cirque ?! Oh, non... Elle était bien tombée sur un psychopathe, finalement. Un fou obsédé par les loup-garous ! Comment avait-elle pu imaginer que cette histoire se terminerait autrement que très très mal ? Ils se trouvaient dans le Bronx, après tout ! Une sueur froide coula le long de l'échine de la jeune femme, son esprit s'embrouilla de nouveau, à présent que la notion de danger imminent refaisait surface. « Hum... Je... » bafouilla-t-elle sans que, visiblement, cela gêne son interlocuteur. « Je ne parle pas des gros chiens qu'ils montrent dans certains films grand public. Non, ici, il s'agirait plutôt de monstres d'histoires d'horreur. Bien que ces monstres-là possèdent une force jamais décrite dans aucune fiction. » Harleen était totalement immobile, à présent. Et incapable de parler, également. Elle regardait le lycanthrope détailler sa pensée, le visage aussi neutre que possible. Il se montrait on ne peut plus sérieux et convaincu de ce qu'il avançait à propos de ces créatures que la demoiselle avait toujours tenues pour acquises comme appartenant au folklore plutôt qu'à la réalité.

Elle sentit ses poils se hérisser sur sa peau tandis que son regard plongeait dans celui de Zachariah. Bien rapidement, une force invisible lui intima de baisser les yeux, ce qu'elle fit. Son esprit se mit alors à lui envoyer des signaux, les récents faits divers attribués par les autorités de la ville lui revinrent en mémoire et la firent grimacer. Était-il possible que... ? Elle secoua la tête de gauche à droite, tentant de revenir à la raison. Un inconnu lui parlait de loup-garou, et elle se transformait subitement en demoiselle crédule ?! Cela ne lui ressemblait pas ! Non, son esprit scientifique exigeait des preuves, la rationalité de ce monde ne pouvait pas être mis à mal d'un revers de main ! « Je ne vous suis pas... Êtes-vous en train d'insinuer que les loups-garous existent ? » osa-t-elle dire en arquant un sourcil, après une longue inspiration. La meilleure chose à faire avec un tordu persuadé de ce qu'il avance, c'est encore de rentrer dans son jeu si on veut avoir une chance de s'en sortir vivant. Harleen avait misé sur cette option, prenant Zachariah pour un détraqué... Et elle tenait tellement à rendre son personnage crédible qu'elle se permit de renchérir : « Pouvez-vous le prouver ? »

Si seulement elle avait su à qui elle avait à faire... Si seulement elle était capable de lire dans les pensées et de prévoir que son interlocuteur était, en effet, sur le point de chambouler toutes ses convictions... Si seulement.
© Gasmask    

_________________


i see the bad moon rising


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


ADMINISTRATEUR
Kneel before your alpha !




Buddy you're a young man hard man
Shoutin' in the street gonna take on the world some day
You got blood on yo' face
You big disgrace
Wavin' your banner all over the place





Célébrité : Jared Leto


Messages : 69


Date d'inscription : 29/10/2013


Localisation : Hell, probably...





MessageSujet: Re: One night to remember one day it will all just end. ✖ Zachariah&Harleen. Dim 8 Fév - 15:33


Cover your eyes, the devil's inside
feat. Harley & Zack
Rise [...] high up above it and see 30STM
Le début d'angoisse qui se dégageait de la jeune femme aurait fait sourire le loup s'il ne se forçait pas à garder un visage neutre. Malgré le but qu'il s'était fixé et pour lequel il devait mettre Harleen en confiance, son ego restait démesuré. Rendre son entourage mal-à-l'aise, voire complétement terrifié, était pour lui une fierté. Dans sa jeunesse, il célébrait chacune de ses réussites dans ce domaine ; quand un épicier ou une pâtissière lui donnait tout l’argent de la caisse en tremblant alors qu’il ne portait même pas d’arme sur lui, c’était une grande victoire. Aujourd’hui, des dizaines d’adultes tous aussi imposants et compétents les uns que les autres se mettaient au garde à vous quand leur alpha donnait ses ordres. Il doutait que ce fusse ainsi pour la meneuse des Tellers, et encore moins pour Elijah. C’était une raison de plus pour expliquer l’expansion largement supérieure des Blackwoods vis à vis des deux autres meutes. Nourrir l'esprit de compétition entre ses loups et les autres hybrides new-yorkais était pour Zach un devoir. Il devait les empêcher de créer des liens avec ceux qui risquaient de devenir leurs ennemis. Certains, plus intuitifs que les autres, faisaient monter jusqu'à leur leader les noms de leurs amis proches ou membres de la famille qu'ils aimeraient voir transformés et enrôlés dans la meute. Toutes les demandes ne pouvaient être remplies mais de nouveaux membres étaient toujours une bonne nouvelle alors autant s'assurer la reconnaissance de quelques recrues en même temps ; c'était faire d'une pierre deux coups. Il se ferait un plaisir d'en parler à la brune si elle s'avérait aussi capable qu'on le lui avait fait comprendre.

Moins détendue, donc, Harleen s’était éloignée du lycan d’une quinzaine de centimètres. Que ce fut consciemment ou par réflexe, Zachariah nota ce changement dans son attitude non sans animosité. Il était de bonne humeur, mais pas au point de lui courir après si elle décidait de s’enfuir. Il écourterait la discussion inévitable qu’il aurait avec Sia à son retour en affirmant qu’une fuyarde ne pouvait pas devenir bêta, même s’il n’y croyait pas totalement. Les lieutenants devaient succéder à leur alpha si ce dernier était incapable de faire son travail ou simplement mort, ce qui était impossible à faire s’ils continuaient à se battre jusqu’à l’annihilation. Fuir le combat permettait également de s’occuper des loups restés en retrait, si l’issue du combat était incertaine, et d’amener des renforts ou cacher les blessés jusqu’à ce qu’ils puissent de nouveau faire face à l’ennemi. Tant qu’on courait vite, cette technique pouvait être efficace - et les lycans couraient tous très vite.

Pour l’instant, l’humaine restait immobile. Elle semblait… Réfléchir ? Évidemment, c'était légitime. Cependant, quand elle parla de nouveau, ce n'était ni sur un ton intéressé, ni pour demander des précisions. « Je ne vous suis pas... Êtes-vous en train d'insinuer que les loups-garous existent ? » La question lui arracha un grognement plus animal qu'humain qu'il assourdit dans le col de son manteau. Insinuer ? N'avait-il pas été parfaitement explicite ? L'incrédulité mal placée des humains, qu'est-ce que ça pouvait l'énerver ! Ils étaient plus nombreux à croire aux extra-terrestres qu'aux créatures qui vivaient pourtant au milieu de leurs métropoles mondiales. Un morceau de pierre avait poussé toute leur espèce à craindre le 21 décembre 2012. Ils buvaient les mensonges recopiés sur les pages astrologie des magazines et mettaient de véritables carnages meurtriers sur le dos de simples êtres humains sous prétexte que la "folie" pouvait décupler leurs forces ! Depuis quand un citoyen lambda était-il capable d'arracher le cœur de l'un de ses semblables à mains nues et à travers ses vêtements ?

« Pouvez-vous le prouver ? » Hum, stratégie. Elle avait sans doute évalué ses chances de s'en sortir en sprintant à zéro et opté pour la tactique. Elle le prenait pour un dingue, pourquoi pas. Il pouvait jouer les dingues. Elle aurait un souvenir de leur rencontre. Une preuve.

Un sourire carnassier déforma le visage de l'alpha alors qu'il faisait un quart de tout pour faire face à l'humaine. L'idée de la mordre directement - de préférence en infligeant des dégâts - lui effleura l'esprit, mais il se retint pour ne pas perdre l'alliée de poids qu'elle était. Il n'avait pas oublié les qualités observées plus tôt. Même son comportement actuel n'était pas tout à fait dénué de sens. Aussi préféra-t-il s'en tenir à une petite démonstration de force en deux Actes. La plupart des appartements du quartier étaient à vendre ou simplement abandonnés et la moitié des habitants restants était composée de créatures surnaturelles. Il n'aurait donc pas à s'en faire si les choses dérapaient. Personne n'allait le dénoncer pour tapage nocturne. « Une scientifique empirique, commença-t-il en laissant couler sa voix comme une vague sur du sable, je m'en doutais. » Il soupira avant de continuer, laissant délibérément la jeune femme dans le doute quant à sa "santé mentale". Après tout, pourquoi rendre les choses trop faciles ? « Mais je n'ai jamais affirmé être un loup-garou. Émettre des conclusions sans avoir tous les éléments présente certains dangers. » Son sourire s'agrandit quand il sortit ses griffes à l'intérieur de ses poches. Le fond était déjà troué, derniers vestiges des récents excès de colère de l'alpha contre les recrues sensées veiller sur Drake - le solitaire malade mental aux facultés impressionnantes, malheureusement décédé. « Je pourrais être quelque chose de bien pire. » Sur ces mots, il attrapa l'avant-bras gauche de la jeune femme de manière ce que sa paume soit face à lui et entailla la peau frêle de l'intérieur de son poignet d'un mouvement du pousse. Il relâcha immédiatement son étreinte pour qu'elle puisse examiner la blessure. Il montra ensuite à Harleen, très brièvement, ses ongles qui reprenaient une apparence normale.

L'Acte I était terminé. C'était la phase la moins susceptible d'attirer l'attention. Dans la pénombre, aucun humain n'aurait pu comprendre ce qui s'était passé. Ça avait sans doute l'air d'une autre dispute bénigne, si courantes dans le quartier. En revanche, la suite était un peu plus spectaculaire. L'objet qu'il sortit de la ceinture de son jean, auparavant caché par ses vêtements, était reconnaissable même sous un ciel sans lune : un revolver. Prenant position, il se mit de profil par rapport à la brune pour poser son pied droit sur un muret adjacent - l'observation de ses recrues l'avait rendu témoin de certaines bavures dont il ne voulait pas faire l'expérience. « Alors, non je ne vais pas te tuer, si c'est ce que tu imagines. » Il parlait d'un ton détendu tout en chargeant l'arme. « Je vais seulement te donner une évidence plus nette de ma nature. » Le mécanisme s'emboîta dans un clic qui informait le porteur que l'arme était prête à tirer. Sans mise en garde - il l'aurait prévenue si elle n'avait pas été aussi méfiante - le loup appuya sur la détente. La balle à bout portant traversa aisément son pantalon, sa peau, puis les muscles de son mollet, ressortit sans toucher d'os et termina sa course en roulant du trottoir jusqu'à la route mal pavée. Ce n'était évidemment pas sans douleur, mais après s'être pris sa première balle, les autres semblaient faites d'air pulvérisé et non de métal brûlant. Il s'en remettrait sans cicatrice, ce n'était pas de l'argent. Par contre, s'il voulait faire démonstration de sa guérison accélérée, il devait se débarrasser du sang autour de la blessure. Il sacrifia donc une partie de son pantalon - bien abîmé mais pas irréparable - en agrandissant le trou déjà présent. C'était principalement à ça que servait l'imperméable noir : cacher ses vêtements trop endommagés pour tenir dans le registre du "politiquement correct".
© Gasmask    

_________________
When nightmares crawl into our world, you can't wake up to stop them and you have to fight them. When nightmares crawl into our world, you can't sleep to escape them and you have to fight them but you can't fight them, you can't fight them. And they know where to find you.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: One night to remember one day it will all just end. ✖ Zachariah&Harleen.

Revenir en haut Aller en bas

One night to remember one day it will all just end. ✖ Zachariah&Harleen.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» GRACE & ANDREAS ▪ a night to remember [hot]
» It's gonna be a night to remember (feat. Maxym)
» Wednesday Night Raw # 60
» Le 20 juin... Remember Cosmos 1999...
» Perfect night ♪

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moonlight Rises ::  :: Bronx :: rues & ruelles-