Bienvenue sur Moonlight Rises !
N'hésitez pas à participer à l'évènement d'horreur !
FORUM DÉCONSEILLÉ AUX MOINS DE 16 ANS
Merci de privilégier les loups-garous, vampires et chasseurs pour avancer le contexte actuel !
De nombreux Postes Vacants & Scénarios sont très attendus !

Partagez| .

Let's the beast in you ▲ Morwyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar


ADMINISTRATRICE
Why so serious ?




« If you could only see the beast you've made of me »





Célébrité : Ian Somerhalder


Messages : 36


Date d'inscription : 22/02/2013




MessageSujet: Let's the beast in you ▲ Morwyn Jeu 1 Aoû - 18:57






Let's the beast in you
Morwyn & Seth


Il faisait nuit, dans une ruelle sombre du Bronx. Du moins, si c’était le Bronx. Peut-être était-il tard, peut être que non… On pouvait être Mardi comme Dimanche, cela pouvait être la fin du monde, il pouvait y avoir des bêtes tueuses dehors… Seth s’enfichait. Il était là, affalé dans un canapé parmi les ordures ménagères laissées contre ce mur de béton grisé. Un bras sur le dossier, il tenait dans sa main une bouteille de Vodka a moitié vide. A moins que cela soit du Rhum… ou encore du Whisky… Il y avait une ou deux bouteilles vides au sol, oui vous voyez juste, il en était à la troisième. Le calme était plat, trop plat peut-être mais dans son état le jeune homme ne remarquait rien d’anormal. Seth était un garçon plus ou moins impulsif, qui buvait pour oublier ses problèmes, qui buvait donc en permanence, et cela devenait peu à peu un plaisir, même si son comportement en était parfois touché. Il avait du retard sur son loyer… il ne savait plus depuis combien de temps, six mois surement. Mais de toute façon peu l’importait, cet appart merdique n’avait aucun meuble, aucun objet si ce n’est son matelas, un tas de fringue et divers produits illicites. Il buvait pour oublier, buvait pour vivre une vie calme et sans problèmes. Alors qu’il s’exaltait de son breuvage et commençait à s’en renverser de partout sur lui, il vit dans la pénombre trois ou quatre silhouettes s’avancer vers lui. Peut-être étaient-ils plus… Bof. Ils s’avancèrent vers lui, Seth plissait fortement les yeux pour savoir à qui il avait affaire mais n’arrivait à se concentrer à rien.

« Hey McAllister, t’as mon fric ? »
lança le premier homme.

Le concerné ne répondit pas et se contenta de sourire à l’aveuglette, totalement saoule. Alors, le premier homme –qui était également celui qui avait parlé- l’attrapa par le col du tee-shirt pour le relever et d’une mine enragée colla son front au sien.

« Hé… Du calme du calme ! » Il réussit à se dégager et recula d’un ou deux pas en titubant. Il souriait alors en levant les mains en l’air.

« Pas besoin de ce mettre dans tout ces états messieurs… »

« Il est où notre fric ? » lança un deuxième.

« J’ai… J’ai eu un léger contre temps à vrai dire… »

Aussitôt qu’il eut terminé sa phrase, les mecs se jetèrent sur lui. Il avait vendu de la drogue au premier, qui lui avait fait une avance de sous pour en acheter plus. Mais tout le monde savait bien que Seth ne payait jamais ses dettes. Il n’avait ni ravitaillé ses stocks, ni gardé l’argent. Non, il avait tout dépensé dans l’alcool. Il se laissa taper, ruer de coup. Il tomba lourdement au sol, les cinq barbares au-dessus de lui. Il souriait, complètement dans les vapes. Des coups qu’il se prenait dans le visage, le sang giclait. Il la lèvre du bas ouverte en deux, peut être le nez cassé. Mais à quoi bon s’en soucier ?

« Ta mère doit regretter d’avoir mis au monde un chien pareil ! Elle ne te reconnaitra plus jamais après ça ! »

Soudain, Seth écarquilla les yeux. Il attrapa le poing levé de l’homme au-dessus de lui, fermement. D’une force surnaturelle il lui tordit le bras à l’envers et l’éjecta sur le côté pour se relever. Il serra les dents, une fureur voilée commençait à monter en lui. Il attrapa le chef de la bande par le col, plaqua violemment son front contre le sien, suant comme si il venait d’émerger de l’eau. La sueur se mélangeait au sang. Sa mère n’avait rien a voir là-dedans ! S’il avait voulu rater sa vie, c’était son choix et sa génitrice n’avait pas à y être impliquée. Il le lâcha brusquement, commença à respirer bruyamment. Alors, il s’effondra au sol, essayant tant bien que mal de se relever. Les gars de la bande le regardait en souriant, le traitant d’ivrogne. Seth, prit d’une douleur immense lui tiraillant les entrailles, se jeta contre le mur, tentant de s’agripper à quelque chose. Ses mains brulaient, les ongles de ses doigts crispés s’allongèrent et noircirent. Sa respiration saccadée laissa s’échapper un hurlement déchiré de douleur vers le ciel, lorsque ses crocs poussèrent et son visage s’allongea. Une croissance accrue de poil se manifesta peu à peu, recouvrant presque la totalité de son corps, son torse grandit déchirant alors son tee-shirt blanc et ses pieds se transformèrent en deux puissantes pattes arrières, lui faisant prendre une ou deux têtes. Alors, il se releva. Personne n’aurait pu imaginer que quelques minutes auparavant il était un jeune homme ivre. Il était monstrueux, grand et enragé. Il ne pensait plus, son instinct avait pris le dessus.

De sa hauteur, il observait les cinq hommes apeurés. L’odeur du sang vint s’ancrer dans son nez, et ses yeux devinrent totalement noirs. Il poussa alors un rugissement résonnant, et tandis que les hommes fuyaient, il les rattrapa et de ses gros bras puissants en étripa deux, égorgea deux autres. Les murs étaient remplis de sang, l’animal était possédé par son instinct surnaturel. Aussitôt, il entendit des martèlements au sol. Le dernier homme, le chef de bande, courrait du plus vite qu’il pouvait sans se retourner. Seth poussa alors a nouveau un rugissement dans la ruelle sombre, et se lança à la poursuite de sa proie. Il n’eut pas de mal à le rattraper, et se jeta sur son dos le faisant ainsi s’écrouler au sol. Il lui planta ses griffes dans les épaules, et lui mordit la nuque en lui arrachant les tendons. Tout le mur de la rue étroite était ensanglanté. L’odeur du sang était trop forte, l’animal s’enrageait de plus en plus. Affamé et assoiffé de tuer, il commença a déchiqueter le dos de sa victime, arrachant vêtements et lambeaux de peaux. Fourrant son long nez, il mangeait avidement tout ce qu’il trouvait. Il aurait pu entièrement le finir, mais quelque chose l’interpella. Sa perception aiguisée des bruits lui indiqua que quelque chose avait bougé, aux alentours. Une puanteur s’incrusta dans la truffe du Loup-Garou. Malgré sa vision sur développée, il ne voyait plus rien. Mais cette odeur n’était pas habituelle. On aurait dit… un mélange d’homme et de chat.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



_________________
Maybe time has come to make one

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Let's the beast in you ▲ Morwyn Mer 7 Aoû - 13:45






Let's the beast in you
Morwyn & Seth


Songeuse, Morwyn observait les différentes tenues qu'elle avait étalées sur son lit.
Ce soir, elle avait décidé de sortir prendre l'air. Rien de tel qu'une petite balade dans son quartier, le bronx, pour faire des rencontres animées ! Elle désirait tromper l'ennui, et ce n'était pas en regardant NCIS tous les soirs qu'elle allait y parvenir.
Donc, que choisir? Il y avait sa petite robe noire vintage, dans le style charleston, avec des bottes noires, tout à droite du lit. Elle l'élimina, jugeant que se balader dans le Bronx en robe courte et noire n'était pas la meilleure solution. On sait jamais, elle pourrait quand même tomber sur des dégénérés avec un problème à l'entrejambe ! Elle exclut donc du même coup sa mini-jupe en cuir ainsi que son débardeur dos nu.
Elle finit par opter pour un short en jean qu'elle enfila par-dessus des collants déchirés noirs et un tee-shirt rouge et noir avec des manches mitaines  noires séparables, reliées par un bout de de tissu et un bouton pression.
Petite séance maquillage devant le miroir, un pendentif en forme de croix d'argent au cou et un petit canif dans la poche (on est jamais trop prudents à New York City ! Remarque, contre des avions terroristes un canif ne servira pas à grand chose...), les doc marten's aux pieds et hop, elle était prête !
Elle sortit de son petit appartement d'un pas énergique et descendit les escaliers.
Dehors, la nuit était fraîche. Elle inspira une bouffée d'air et toussa aussitôt. L'atmosphère sentait l'alcool, la cigarette et le pot d'échappement. Il faudrait qu'elle pense à acheter moins de vêtements pour pouvoir déménager.
Elle jeta un coup d'oeil au ciel et put admirer la pleine lune derrière la couche grise de fumée. Pollution? Incendie? Qu'importe, du moment que c'était hors de portée du nez de la maï.  
Elle resta sans penser pendant un instant devant l'éclat de la lune. Elle était belle, claire. Trop belle pour ne pas être admirée de plus haut !
La jeune femme se glissa dans une ruelle voisine à son immeuble et s'agrippa à la gouttière d'un mur. Aussi agile qu'un... eh bien... qu'un chat, Morwyn grimpa rapidement, dépassant les étages les uns après les autres. Enfin, elle atteint le toit malpropre du bâtiment.
Elle se redressa, un petit peu essoufflée, et regarda de nouveau le ciel. Fronçant les sourcils, elle constata qu'à son plus grand malheur, la lune ne semblait pas s'être rapprochée d'un pouce. Heureusement qu'elle n'était pas humaine, ça l'aurait dégoûtée de monter aussi haut pour un résultat aussi minable.
Soudain, un rugissement résonna au loin. La jeune fille sursauta et manqua de tomber du bord du toit. Ce cri n'avait rien d'humain ! Avait-elle halluciné? Elle écouta, aux aguets.
Quelques secondes plus tard, un rugissement, plus fort cette fois, retentit de nouveau. Elle le localisa et sauta d'immeuble en immeuble dans sa direction. Il se passait quelque chose d'anormal.
Et les anormalités, elle connaissait.
Tandis qu'elle se rapprochait, elle entendit bientôt des bruits de luttes. L'odeur du sang lui picota le nez. Elle sentit qu'elle était tout près. Près du bord d'un toit, elle pencha la tête. Des amats de déchets lui bloquait la rue. Elle entendait d'horrible craquement venir du bas, et une respiration fétide lui nouait l'estomac. Peut-être que de l'immeuble d'en face, elle verrait mieux.
Epuisée, mais trop pressée pour récupérer, elle s'élança vers le prochain bâtiments. Le saut lui tordit une cheville et dévia sa trajectoire.
Ainsi, au lieu de tomber sur le toit d'une habitation, elle eut la joie d'atterrir sur un vieux canapé qui puait le moisi entre deux poubelles.
Le choc lui coupa le souffle. Elle mit quelques secondes à reprendre ses esprits et du retenir un hoquet en voyant le mur d'en face.
Il était couvert de sang. A son pied gisaient trois cadavres. Si on pouvait appeler ça des cadavres. Ils n'étaient même pas entiers.
La maï prit soudain conscience qu'une odeur dominait celle du sang. On aurait dit un chien mouillé. C'était atroce. Cachée derrière les ordures, elle se redressa juste assez pour contempler l'origine de la puanteur.
Une énorme créature se tenait là. Debout sur ses pattes arrières velues, elle était penchée sur la moitié d'un homme. Du sang recouvrait le sol et Morwyn aperçut un bout d’entrailles qui traînait par terre. Elle détailla le monstre. Un loup garou. Qu'est-ce qu'il était moche ! Pire que dans Harry Potter. Le loup avait tourné la tête vers elle et scrutait les ordures. Un grondement s'échappa de la gorge et il se redressa, des lambeaux de chair pendouillant de sa gueule. Ah ! Dégueu ! Il bouffait les gens !
La maï retint sa respiration. Le loup-garou huma l'air et se dirigea à pas lents vers la jeune femme qui se mit à réfléchir à toute vitesse. Si c'était comme dans Harry Potter, il ne savait pas ce qu'il faisait la nuit. Mais le jour il était gentil, non? Elle ne pouvait pas tuer un gentil professeur Lupin ! Bon, elle n'était même pas sûre de pouvoir le battre d'ailleurs...
Il devint évident qu'il l'avait sentie. Il allait la trouver ! Paniquée, Morwyn sortit d'un bond des ordures et s'enfuit à toute vitesse. Son coeur battait la chamade. Elle entendait le loup grogner et la poursuivre, mais elle aussi elle était rapide ! Elle bondissait de mur en mur, restant à basse altitude pour le déconcerter.
Un mur de bois se dressa soudain devant elle. Elle le franchit d'un bond, jeta un coup d'oeil en arrière juste à temps pour voir le loup-garou le fracasser, la bave aux lèvres. Elle prit conscience de l'endroit où elle était. Une décharge. Super. Eh mais oui, c'était super ! Elle pourrait se réfugier dans un endroit inaccessible en attendant l'aube...
Elle continua à fuir, regardant partout autour d'elle. Elle finit par trouver une sorte de long tuyau, assez large pour qu'elle puisse passer couchée.
Elle plongea dedans et rampa à toute vitesse. Le bras du lycan s'enfonça brusquement dans l'embouchure du tuyau et les griffes se plantèrent dans la chaussure de la jeune fille. Morwyn bénit les semelles larges quand le loup garou hurla de frustration en arrachant la doc de la maï, qui continua à ramper.
Elle se mit à peu près au milieu du tuyau et attendit, reprenant son souffle. Elle entendait les grondements du lycanthrope qui errait tout près d'elle.
Soudain, la taule se plia juste à côté d'elle. Elle poussa un cri de frayeur et se remit à ramper. Derrière elle, le tuyau se pliait sous les coups qui la poursuivaient, rendant le demi-tour impossible. Terrifiée, elle sortir rapidement pour se trouver en face du loup.
Morwyn n'avait jamais rien vu de tel. C'était la chose la plus moche et la plus effrayante qu'elle n'ait jamais vu. M'enfin, faut de tout pour faire un monde me direz-vous.
Le bras du monstre fendit l'air et déchira le tee-shirt de la maï, lui laissant de profondes griffures au passage. Elle se retrouva au sol, une douleur aigu à la poitrine.
En voyant le loup se pencher vers elle, la jeune fille fut prise d'une bouffée d'adrénaline. Elle plongea entre ses pattes, se saisit d'une barre de fer et, vive comme l'éclair, grimpa sur le tuyau pour abattre la barre sur la tête de la créature. Sonnée, la bête recula de quelques pas chancelants. Morwyn continua à frapper au même endroit et au bout d'un moment, le loup-garou finit par s'effondrer, assommé.
Haletante, la maï prit conscience de sa blessure. Elle la lançait terriblement. De plus, son haut était réduit en lambeaux. Elle était pour ainsi dire en soutien-gorge.
Elle s'occuperait de ça plus tard. Le loup-garou, pour l'instant.
Il était immonde. Il puait autant qu'une carcasse de chien galeux.
D'un autre côté, il était un humain, la journée. Comme le professeur Lupin. Elle n'allait pas tuer le professeur Lupin quand même !
Mais si elle le laissait pour mort, il finirait par se réveiller et tuerait des humains.
Soudain, elle aperçut une citerne adossée à un mur de la décharge.
Et des chaînes.

Vingt minutes plus tard, le lycan inconscient était enchaîné à la citerne. La maï lui avait d'abord enchaîné les mains, puis les pieds, et pour finir tout le corps.
Elle s'assit en face de lui et attendit. Si jamais il arrivait à se défaire, elle était prête à fuir. Bientôt, un grognement s'échappa des lèvres du loup. La maï retint son souffle quand il ouvrit les yeux.
Il se mit à se débattre de toutes ses forces. Mais rien n'y faisait. Il poussa des rugissements de rage. Puis il hurla de plus en plus fort.
Crispée sur son tonneau, la Morwyn le regarda lutter comme un beau diable jusqu'à ce que l'aube arrive.
Dès l'instant où la lune commença à laisser place au soleil, le lycanthrope perdit conscience.
Lentement, son museau rétrécit, ses poils se rétractèrent. Les muscles diminuèrent et bras et jambes raccourcirent.
La jeune femme resta muette devant la forme humaine de l'hideuse bête.
La vérité, c'était qu'il était terriblement beau gosse.
Vêtu de vêtements en lambeaux (néanmoins ils n'étaient pas déchirés à un certain endroit capital, c'était déjà ça) il était musclé, brun et jeune.
Il avait légèrement rétréci, et les chaînes s'étaient desserrées. Par précaution, la maï les réajusta avant de réveiller l'homme à l'aide d'un seau d'eau croupie.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

avatar


ADMINISTRATRICE
Oh, les jolis ballons ! o/




HOLY SHIT CUPCAKES ALERT !



That's MY cupcakes !





Célébrité : Zooey Deschanel


Messages : 100


Date d'inscription : 19/02/2013




MessageSujet: Re: Let's the beast in you ▲ Morwyn Mer 7 Aoû - 21:38






Let's the beast in you
Morwyn & Seth


L’animal retourna la tête en se relevant vers la source du bruit. De la chair pendait encore à sa gueule lorsqu’il repéra enfin la petite humaine. Du moins, si s’en était une… L’instinct animal de Seth ne lui faisait que distinguer les odeurs, mais au final, c’était une proie à tuer, c’est tout. Il l’avait repérée, et se dirigeait lentement vers sa proie, à l’affut. Mais contre toute attente, le gibier bondit et s’enfui. Alors, il la poursuivit. Elle paraissait voltiger, mais lui aussi pouvait sauter haut ! Il défonça ensuite un mur de bois, puis entra tout droit dans une décharge. Un lieu idéal pour jouer à se cacher. L’animal poursuivait toujours la Maï, qui s’enfonca soudainement dans un tuyau. L’animal brandit son puissant bras, qui réussit à attraper la chaussure de celle-ci. Observant ce qu’il avait péché, il déchiqueta le soulier avant d’hurler de de continuer sa traque. Il était lent, à l’affut, et la trouverai tôt ou tard. Le lycanthrope grognait férocement. Il donna, après hésitation un gros coup de poing dans la tôle. Apparemment, manqué ! Mais la proie sortit tout de même et se retrouva en face de son agresseur. Sans perdre un instant, la bête envoya sa « patte » et loupa de peu la petite proie. Il lui avait déchiqueté son haut entièrement, et l’avait à l’occasion éraflée. Le sang frais rentra à nouveau dans les narines de la bête qui inspira profondément avant de se pencher vers elle, comme prêt à la manger. Alors qu’il se jeta sur elle, elle l’évita de peu et grimpa en l’air et fracassa quelque chose sur la tête de l’animal qui ne compris pas tout de suite. Sa vision se brouilla, il tituba en arrière et les coups continuaient. Il poussa un grand râlement, avant de s’effondrer lamentablement au sol de tout son long. Puis plus rien, noir total. Lorsqu’il se réveilla un peu plus tard, il se retrouvait devant la Maï. Prit d’un instinct bestial, il commença à vouloir se jeter sur elle. Sauf que, contre toute attente, il n’y parvint pas. Il était enchainé, très fortement. Ruminant, il se débattit de toutes ses forces en tirant, et poussait des rugissements graves. Cela continua longtemps, très longtemps. Alors, la scène s’éclaira légèrement. L’animal n’eut pas le temps de souffler que d’un seul coup, le noir retomba sur lui.

Soudainement, quelque chose de glacial s’abattit sur lui. Il sursauta en inspirant profondément, la bouche ouverte et ouvrit grand les yeux. Où était-il donc ? Le dernier souvenir qu’il avait, c’était s’être assoupi sur le canapé, avec une bouteille à la main ! Il regarda autour de lui, affolé, et tenta de se relever en manquant de s'étouffer. Alors, il fit qu’il était enchainé de la tête au pied. Il tira vivement sur les chaines bien trop solides pour que de sa force il les brise. Il regarda autour de lui et constata avec dégout qu’il se trouvait dans une décharge. Il regarda alors en face de lui, se rappelant qu’il s’était reçu quelque chose de froid. Il y avait une jeune femme blonde aux mèches colorées, qui se tenait devant lui avec un seau. Il posa ses yeux alors sur son torse inondé d’eau sale et noire pleine de saletés diverses.

« Héééé ! Vous allez pas bien vous ? »


Mais quelque chose tilta dans sa tête. Alors qu’il posa la question d’un air indigné, il réalisa plus en détail ce qui se trouvait devant lui. La jeune femme avec le seau d’eau, surement celle qui l’avait enchainé, ne possédait plus de tee-shirt. Il lui manquait aussi une chaussure mais ça, c’était secondaire. Louchant quelques instants sur la poitrine de la demoiselle, il leva les sourcils et souriait d’un air satisfait.

« Je te dérange peut être ? Enfin… pas que cela ne me déplaise, mais tu sais, un minimum de pudeur n’est pas si mauvais ! » lacha-t-il d’un air sarcastique, tout en regardant la poitrine de la blonde, hypnotisé.

Il remarqua alors ensuite les traces de griffures qu’elle avait et les éraflures aux bras. Fronçant légèrement ses gros sourcils bruns, il prit le soin de s’observer lui. Dessous les chaines, son tee-shirt tenait par lambeaux. D’ailleurs, il n’était même plus blanc mais mélangé entre le marronâtre et le rouge…sang. Hum… Il était aussi pieds nu, et son pantalon avait craqué à de nombreux endroits. Il regarda une nouvelle fois la jeune femme, et souffla d’un air blasé.

« Aah… Qu’est-ce que j’ai fait encore cette fois ? »


Seth se transformait à toutes les pleines lunes, mais aussi chaque fois qu'une émotion trop forte le dépassait. Il faisait parti de ses gens qui préféraient laisser faire leurs problèmes plutôt que de les résoudre. Aussi, il ne cherchait pas à se contrôler et aurait pu faire n'importe quoi cette nuit là. De plus, il était convaincu que tout le sang sur ses vêtements et sa peau ne venait surement pas de la jeune Maï qui était plutôt en forme pour une proie déchiquetée. Oui, il avait senti qu'elle était une Maï. Mais là, encore une fois, il s'enfichait. Il se contentait d'observer ce qu'il avait devant lui, qui n'était ni plus ni moins qu'une jolie fille en sous-vêtements.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



_________________


'cause in a sky full of stars
"Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre" ~ Tu sais ce qui a de plus douloureux dans un chagrin d’amour ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais. (skins) ©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Let's the beast in you ▲ Morwyn Mer 7 Aoû - 23:15






Let's the beast in you
Morwyn & Seth


Le loup garou se réveilla en sursaut et regarda autour de lui, perdu. Morwyn fronça le nez : la puanteur de l'eau croupie mélangée à l'odeur de chien était insupportable ! Elle déposa le seau au sol dans un crissement. Le type se débattait avec ses chaînes, mais, se rendant compte qu'il ne pourrait pas se libérer, s'aperçut qu'il était trempée d'eau sale et s'adressa à Morwyn d'un air indigné.

« Héééé ! Vous allez pas bien vous ? »

La maï haussa un sourcil, en colère. Non mais c'était quoi cette façon de lui parler? Dire qu'elle l'avait épargné ! elle aurait pu le tuer ou l'abandonner au milieu du terrain, mais non, elle avait eu la gentillesse de poireauter jusqu'à l'aube ! Et il ne la remerciait même pas de sa mansuétude ! Quelle ingratitude... S'il continuait à l'énerver elle finirait par prendre de la boue pour lui mettre dans la bouche ! Elle était en position de force après. Il était enchaîné, et elle, libre de ses mouvements ! Elle pourrait même lui écrabouiller la figure qu'il ne pourrait rien faire !
C'était un bon passe-temps, en fait. Peut-être qu'elle pourrait lui faire subir un interrogatoire. Bonne idée.
Elle remarqua soudainement que le loup-garou ne la regardait plus dans les yeux mais bien plus bas. La vérité, c'était qu'il était obnubilé par sa poitrine. Morwyn n'avait même pas besoin de baisser les yeux pour le savoir. Son tee-shirt était plutôt décolleté.
Son tee-shirt?!

« Je te dérange peut être ? Enfin… pas que cela ne me déplaise, mais tu sais, un minimum de pudeur n’est pas si mauvais ! » fit-il en souriant avec une grande satisfaction, sans lâcher la poitrine de la jeune fille des yeux.


« Quoi... »

La maï baissa les yeux un poussa un petit cri. Son tee-shirt ! Elle avait oublié qu'elle n'en avait plus !
Elle se cacha avec les mains, puis se détourna, retira ses mitaines et essaya tant bien que mal de son confectionner un haut. En fait ça ne changeait rien, c'était comme si elle avait rajouté un deuxième soutien-gorge. Elle pinça les lèvres et se retourna d'un air digne, faisant comme si elle n'en avait rien à faire.
La jeune homme la regardait avec un air décontenancé. Il soupira en avisant ses blessures.

« Aah… Qu’est-ce que j’ai fait encore cette fois ? »

Morwyn fronça les sourcils. Il se fichait d'elle ? Il ne s'en rappelait même pas ! Mais quel loser ! Elle allait devoir tout lui expliquer. Ce fut à son tour de pousser un soupir.

« Franchement, déjà que tu m'as soûlée toute la nuit, maintenant tu vas aussi je pourrir ma matinée... »

Elle s'accroupit à côté de lui et écarta deux chaînes peu serrées. Les mains de l'homme étaient enchaînées par-dessous les chaînes qui le tenait à la citerne. Elle dut passer les bras entre deux chaînes pour aller lui libérer les mains à l'aveuglette. Elle s'efforça de ne pas rougir en les lui effleurant à de multiples reprises, se concentrant sur sa puanteur et son aspect de la nuit dernière.
Enfin, elle entendit les chaînes tomber dans un bruit sourd.
Elle retira ses bras et déclara :

« Voilà, tu peux te libérer tout seul maintenant non? A moins que tu ne sois trop empoté... »

Puis elle se mit à lui parler des évènements :

« Cette nuit, tu as étripé 4 mecs, ensuite je suis arrivée, tu m'as poursuivie jusqu'ici, tu m'as blessée et déchirer MON TEE-SHIRT, ensuite je t'ai frappé la tête avec une barre en fer et je t'ai ligoté pour attendre l'aube.
Des questions ? »

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas

avatar


ADMINISTRATRICE
Why so serious ?




« If you could only see the beast you've made of me »





Célébrité : Ian Somerhalder


Messages : 36


Date d'inscription : 22/02/2013




MessageSujet: Re: Let's the beast in you ▲ Morwyn Jeu 8 Aoû - 0:58






Let's the beast in you
Morwyn & Seth


L« Franchement, déjà que tu m'as soûlée toute la nuit, maintenant tu vas aussi je pourrir ma matinée... »

Fort caractère, qui plus est. Gardant son sourire en coin, il regarda la jeune femme s’accroupir devant lui pour lui défaire les chaines qui lui ligotaient les mains. Lorsqu’elle lui effleura les bras, il sentit instinctivement qu’elle était légèrement gênée. Il là regarda alors, haussant les sourcils d’un air séducteur, jusqu’à ce que les chaines tombent et qu’elle se relève. Il sentit un réel soulagement de pouvoir bouger ses mains librement, sans le fer lui lacérant les poignets !

« Voilà, tu peux te libérer tout seul maintenant non? A moins que tu ne sois trop empoté... »

Il regarda alors à nouveau l’amas de chaines qui l’encerclaient, et tout en donnant plusieurs gros coups d’épaules, réussit à la desserrer et la fit tomber. Il se releva alors lentement, se dégageant les pieds et s’étira longuement la nuque et les bras.

« Cette nuit, tu as étripé 4 mecs, ensuite je suis arrivée, tu m'as poursuivie jusqu'ici, tu m'as blessée et déchirer MON TEE-SHIRT, ensuite je t'ai frappé la tête avec une barre en fer et je t'ai ligoté pour attendre l'aube. Des questions ? »

« Ouch… » dit-il en grimaçant, d’un air pas tellement intéressé. « Ah oui… ces mecs là… arf, c’pas bien grave, je leur devait une certaine somme de fric que j’avais pas vraiment enfaite. »

Il s’avança tout en détaillant du regard la jeune femme qui se tenait devant elle. Il ne pouvait pas réellement résister à l’idée de s’amuser avec les filles, surtout quand celles-ci se retrouvaient à moitié nues devant lui, et qu'elles paraissaient inaccessibles… Ses mesquineries et son physique lui avaient jusqu’alors étaient plutôt avantageux, même si la Maï semblait difficile. Il savait également très bien qu’il ne fallait pas que leurs lèvres se touchent. On pouvait dire que c’était un petit inconvénient…

« Pourquoi tant de violence ? »
déclara-t-il indigné, en faisant allusion à la barre de fer et au ligotage. « Je t’aurais surement épargnée, si tu te serais mieux cachée. »

M’enfin, ça, il n'en savait rien. Et puis de toute façon, il ne voulait pas le savoir. Selon ses dires, il avait vraiment l'air d'un monstre sous sa forme lupine. Mais ne gardant que très peu de souvenirs, il ne savait ni son degrés d'agressivité, ni à quoi il ressemblait ! Peut être un jour lui enverra-t-on une photo par la poste qui sait ? Il s’approcha d’elle, et lui tint le menton avec deux doigts, pour qu’elle lève la tête et le regarde dans les yeux. « Je suis si hideux que ca ? » lâcha-t-il, moqueur.

Il la contempla encore quelques instants en plantant ses yeux bleus dans les siens, puis la lâcha et parti s’asseoir sur un bout de parechoc qui trainait là. Le trouvant inconfortable, il se leva et prit le métal d’une main. Avec l’autre, il frappa un grand coup pour tordre l’objet en deux, ce qui marcha à merveille. Il le relâcha ensuite, s’étant alors constitué un fauteuil de métal. Il croisa les jambes et tout en s’affalant sur les débris, déclara :

« Et en ce qui concerne ton haut… Je le préfère largement comme ça ! Après… ce n’est qu’une question de gouts ! »

Il était clair que n’importe qui lui aurait déjà donné une bonne correction. Mais ne connaissant pas forcément bien les Maï, il ne pouvait pas savoir à quoi s’attendre. Puis elle avait l’air très dynamique, ce qui rendrait la tache séduction surement plus difficile.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart




Spoiler:
 

_________________
Maybe time has come to make one

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Let's the beast in you ▲ Morwyn Jeu 8 Aoû - 21:52






Let's the beast in you
Morwyn & Seth


Le loup-garou se dégagea de ses chaînes en les forçant un peu avec ses épaules, puis se releva et s'étira tranquillement, comme si le fait de s'être réveillé enchaîné avec de l'eau croupie puante sur le corps en plein milieu d'un terrain vague était tout à fait anodin.

« Cette nuit, tu as étripé 4 mecs, ensuite je suis arrivée, tu m'as poursuivie jusqu'ici, tu m'as blessée et déchirer MON TEE-SHIRT, ensuite je t'ai frappé la tête avec une barre en fer et je t'ai ligoté pour attendre l'aube. Des questions ? »

« Ouch… » dit-il en faisant la grimace, tout en ayant l'air de s'en fiche comme de l'an 40. « Ah oui… ces mecs là… arf, c’pas bien grave, je leur devait une certaine somme de fric que j’avais pas vraiment en fait. »

La jeune maï écarquilla les yeux. Il avait assassiné quatre humains et ça ne lui faisait absolument rien? Nada? Elle n'en avait tué qu'un, et encore, accidentellement, et ça lui tourmentait encore de temps en temps la conscience ! Bon, d'un certain côté, il avait tué quatre types qui n'avaient pas l'air très nets, et elle avait tué son petit ami en l'embrassant, ça faisait une différence... Elle sortit de ses pensées à temps pour remarquer que l'homme la parcourait son corps du regard. Morwyn se sentit légèrement indignée qu'on la déshabille ainsi du regard sans essayer de le masquer. Le loup avait remonté ses yeux vers la poitrine de la fille, qui agita les mains devant le visage pervers de l'autre en disant sèchement :

"C'est plus haut que ça se passe !"

« Pourquoi tant de violence ? » fit l'homme. Morwyn le regarda sans comprendre de quoi il parlait.« Je t’aurais surement épargnée, si tu te serais mieux cachée. »

Ah, il était fâché du fait qu'elle l'avait assommé puis ligoté? Non mais n'importe quoi ! Est-ce qu'elle devait lui rappeler qu'elle avait trois entailles sur le poitrail, qui lui faisait mal qui plus est? Il ne l'aurait jamais épargnée ! Il avait même faillit la tuer... Quel imbécile vraiment ! Elle aurait mieux fait de le laisser au beau milieu du terrain vague. En plus il puait, avec son odeur de chien additionnée à celle de l'eau sale. Elle secoua la tête d'un air agacé et répliqua avec une pointe de colère froide dans la voix :

"Tu m'aurais dévorée comme si j'étais un steak si je ne t'avais pas assommé !"

Mais le loup-garou ne semblait pas vraiment l'écouter. Il se rapprocha d'une démarche féline (étrange pour un loup, non?) et la jeune femme détourna la tête d'un air hautain. Mais le jeune homme avait l'air d'en avoir décidé autrement puisqu'il lui saisit le menton entre le pouce et l'index pour lui relever la tête. Elle dut alors le regarder dans les yeux, le coeur battant. Il était vraiment très près. Elle sentait son souffle chaud sur son visage.

« Je suis si hideux que ca ? » fit-il d'un air moqueur, presque amusé par la situation.

"Euh... " balbutia la maï, perdue dans les yeux bleus du loup-garou.

Ils se regardèrent encore quelques instants, puis il la relâcha pour aller s'asseoir sur un pare-choc de voiture. La jeune femme reprit ses esprits et le regarda se relever, tordre le métal en deux d'un coup de poing et s'étaler sur les restes, qui formait presque un siège métallique.

La maï alla se planter devant lui en ayant l'intention de lui dire qu'il puait le chacal mort, mais il ne lui en laissa pas le temps :


« Et en ce qui concerne ton haut… Je le préfère largement comme ça ! Après… ce n’est qu’une question de gouts ! » déclara l'homme d'un air supérieur, un petit sourire en coin au visage.

A la suite de cette affirmation pour le moins osée, Morwyn revint sur terre et le rouge lui monta aux joues. Pas un rouge de gêne cette fois mais plutôt de fureur.


Elle lui colla une claque violente qui résonna dans tout le terrain vague, puis s'éloigna d'un air digne.
Mais elle n'eut pas le temps d'aller bien loin puisque des bras musclés lui saisirent les poignets. Sans trop comprendre comment, elle se retrouva face au loup qui la maintenait contre lui par les bras.

"Quoi? Tu veux qu'on s'embrasse pour se dire au revoir?" ironisa la maï.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas

avatar


ADMINISTRATRICE
Why so serious ?




« If you could only see the beast you've made of me »





Célébrité : Ian Somerhalder


Messages : 36


Date d'inscription : 22/02/2013




MessageSujet: Re: Let's the beast in you ▲ Morwyn Jeu 8 Aoû - 22:04






Let's the beast in you
Morwyn & Seth


Sans se faire prier, la jeune Maï alla vers le Loup-Garou souriant et lui donna une énorme gifle. Ah ouais, c’est qu’elle avait de la force cette petite !  Seth toucha sa joue, sentant des griffures. Au final, il l’avait quand même bien mérité. Mais cela le fit sourire de plus belle. Lorsqu’il la vit s’éloigner, il se releva  et la rattrapa vivement par le bras. C’était pas drôle si elle partait déjà, il commençait à peine à s’amuser ! Elle se retourna, se retrouvant plaqué contre l’homme plein d’eau croupie.

"Quoi? Tu veux qu'on s'embrasse pour se dire au revoir?"
ironisa la maï.

Cette remarque le fit sourire de plus belle, et il ria légèrement, d’un air amusé.

« Qui a dit qu’on devait se dire au revoir ? On vient à peine de se rencontrer ! » ironisa-t-il à son tour.

Il n’avait pas vraiment envie qu’elle parte, car il savait pertinemment qu’il allait après ca encore une fois se retrouver seul, à boire, où à se battre contre les gens réclamant leur argent. Lorsqu’il rencontrait une jolie fille, en général il ne se faisait pas prier, et rares étaient celles qui lui résistaient bien qu’il sentait l’ordure et l’alcool. Peut-être qu’ici c’était l’eau croupie ? Si c’était ça, elle ne pouvait en vouloir qu’à elle-même, après tout c’était elle qui lui avait balancé un seau au visage !
Il resta là à la contempler quelques instants, ses yeux plantés dans les siens pour la mettre encore plus dans la gêne. Lorsqu’il en jugea que c’était assez, il la lâcha et répliqua :

« Oh, bon, ca va ! J’ai compris, va rejoindre tes amis félins et abandonne moi à mon triste sort ! » Il avait décidé de jouer la victime. Certes, cela ne lui allait pas spécialement bien, mais quand même ! Il s’éloigna d’une démarche non-chalante, et grimpa à nouveau sur un tas d’ordure.

« De toute façon, je n’ai pas besoin de toi pour mon contrôler. » hasarda-t-il.

Cette phrase était vachement mal placée, et il l’avait sortie sous le coup, pour ne pas manquer d’arguments. Enfaite, il aurait mieux fait de se la fermer. Alors qu’il trébucha malencontreusement en se prenant les pieds dans un câble, il tomba nez à nez avec une bouteille d’alcool. Il la prit, et constata avec dépit que celle-ci était vide. Alors, il la balança devant lui, et parti se briser à 10 mètres plus loin.

« La poisse. » s’exclama-t-il d’un soupir.

Tout en restant assis sur son trone de déchets, il posa les bras sur ses genoux et regarda son acolyte un peu plus bas.

« Au final, je serais pas contre un petit bisou, au point où j’en suis… »

Puis il se laissa tomber en arrière et s’étala de tout son long sur les débris. Oui, au point où il en était… Il pouvait se permettre de se salir encore plus. De toute façon, personne ne verrais ou sentirais la différence…

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



_________________
Maybe time has come to make one

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Let's the beast in you ▲ Morwyn Ven 9 Aoû - 2:09






Let's the beast in you
Morwyn & Seth


Il souriait comme s'il était très amusé par la situation. Morwyn, elle, ne trouvait pas ça drôle du tout. Le jeune homme eu un petit rire et déclara d'un ton ironique :

« Qui a dit qu’on devait se dire au revoir ? On vient à peine de se rencontrer ! »

La maï était tellement collée contre le loup qu'elle était presque sûre qu'il pouvait sentir son coeur battre à cent à l'heure. Mais qu'est-ce qu'il avait contre elle à la fin? Il n'avait rien d'autre à faire dans sa vie? Visiblement non... Mais il fallait quand même avouer qu'il était beau... Enfin sauf quand on se rappelle de la tronche qu'il a les soirs de pleine lune. Et aussi quand on enlevait l'odeur de chien qu'il dégageait. Mais bien entendu on n'arrive pas trop à penser à ça quand notre visage est à dix centimètres du sien, n'est-ce pas?
Les joues de la maï rosirent légèrement. Mais il allait arrêter de la regarder dans les yeux?

Enfin, il se sépara d'elle et lâcha :

« Oh, bon, ca va ! J’ai compris, va rejoindre tes amis félins et abandonne moi à mon triste sort ! » fit l'homme d'une voix plaintive.

Morwyn haussa les sourcils, amusée. Il jouait plutôt mal la comédie ! Elle s'attendait presque à le voir se mettre à genoux et lever la tête vers le ciel en demandant pourquoi Dieu était si cruel avec lui...
Le loup-garou monta sur un amas d'ordure.

« De toute façon, je n’ai pas besoin de toi pour mon controler. » lança le jeune homme.

"Je te rappelle que tu as bouffé quatre gars ! C'est ça que tu appelles te contrôler?" tiqua la jeune fille.

Mais le lycan ne semblait pas l'avoir entendue. Il se prit les pieds dans quelque chose qui était hors de portée de la vue de Morwyn et tomba sur le tas de déchets. La maï aperçut une bouteille. Il la saisit et la jeta en voyant qu'elle était vide. Elle éclata en morceaux quelques mètres à côté de la fille.

« La poisse. » s’exclama-t-il d’un soupir.

Morwyn ne savait plus trop quoi dire. Le changement soudain d'attitude du loup la déconcertait un peu. Elle tenta de déchiffrer l'expression du jeune homme perché sur le tas d'ordure, mais avec le soleil derrière lui, elle ne voyait pas grand chose de plus que sa silhouette. Elle cligna des yeux, légèrement éblouie.


« Au final, je serais pas contre un petit bisou, au point où j’en suis… »

L'homme se coucha dans les déchets et disparu de la vue de la maï. Cette dernière monta sur l'éboulis et se pencha au dessus du loup-garou. Ils se regardèrent un moment sans expression particulièrement, puis la jeune femme se mit à le fixer intensément. Puis, elle rapprocha de plus en plus son visage du sien.
Ils étaient maintenant si près que seulement deux centimètre séparaient les lèvres du lycan de celles de la maï.

"Et qu'est-ce qui te fais dire que moi, je ne serais pas contre?" souffla la jeune femme, une lueur de provocation dans le regard.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart




Dernière édition par Morwyn Underwoods le Ven 9 Aoû - 2:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar


ADMINISTRATRICE
Why so serious ?




« If you could only see the beast you've made of me »





Célébrité : Ian Somerhalder


Messages : 36


Date d'inscription : 22/02/2013




MessageSujet: Re: Let's the beast in you ▲ Morwyn Ven 9 Aoû - 2:16






Let's the beast in you
Morwyn & Seth


A peine s’était-t-il allongé qu’il sentit comme un poids sur lui. La jeune Maï venait de lui bondir dessus, elle était penchée à quelques centimètre de lui. Tout d’abord surpris de la réaction de la jeune femme, il fut content lorsqu’il constata que sa ruse avait plus ou moins bien marchée. Sans qu’il n’eut à bouger, elle rapprocha encore plus son visage du sien. Seth esquissa un sourire mais observait cependant avec méfiance les lèvres de la jeune femme. Non pas qu’il ne mourrait pas d’envie de plaquer ses lèvres contre les siennes, mais il n’était pas non plus suicidaire. Mmmh… Quoique.

"Et qu'est-ce qui te fais dire que moi, je ne serais pas contre?"
souffla la jeune femme, une lueur de provocation dans le regard.

Toujours souriant, Seth posa deux de ses doigts au menton de la jeune blondinette, et toisa ses lèvres quelques instants avant de repousser lentement son visage. Sans qu’elle s’y attende, il l’attrapa vivement par la taille et inversa les rôles. Maintenant, c’était lui qui était perché au-dessus d’elle. Il planta ses yeux bleus translucides dans les siens et le visage toujours si proche dit d’une voix basse :

« Ce n’est pas toi qui me l’a proposé ? » lâcha-t-il d’un air amusé.

Il voulait tout faire pour la faire rougir encore plus. Il savait au fond de lui qu’il se passait une attirance charnelle, un petit jeux entre eux. Seth savait très bien que d’ici demain il ne la verra plus jamais, mais ça n’empêchaient pas de s’amuser ! Toujours perché au-dessus d’elle, son torse chaud collé contre celui de la Maï, il ne pouvait nier que le contact de leurs peaux était très agréable. Il la fixait toujours, alternant entre ses yeux et sa bouche. Il était vraiment tenté de le faire, mais au final il ne voulait pas être paralysé. L’alcool, l’errance et le sang lui manqueraient trop ! Les minutes passèrent et la Maï ne semblait pas bouger.

« Plutôt calme, pour une tigresse ! » ironisa-t-il alors.

Aussitôt qu’il eut terminé sa phrase, un craquement retentit sous la blondinette. De la ferraille. Il se détacha des yeux de la Maï, étonné. Puis ils commencèrent à s’enfoncer lentement.

« Surtout, ne bouge pas d’un poil » lui conseilla-t-il. Ce qui était dangereux dans ce genre de situations, c’était premièrement qu’ils étaient sur un tas énorme de débris. Deuxièmement, qu’ils ne savaient pas la profondeur du trou qu’il y aurait en dessous d’eux ; et troisièmement, il y avait des tas d’objets hirsutes, sales et pointus. Tout d’un coup, tout tomba, et eux avec. Seth serra très fort les paupières, et ils retombèrent exactement comme ils étaient, c’est-à-dire au-dessus de la Maï. Elle avait du se faire un sacré plaquage au dos, heureusement qu’il avait retenu son poids en mettant les bras par terre. Il se releva et regarda au-dessus de lui, ils avaient bien dû faire deux mètres de chute. Il constata enfaite que tout l’amas de débris sur lequel ils tenaient auparavant tenait en équilibre sur une planche de bois. Celle-ci avait donc craqué, et tout était tombé. Géniaaal ! Il regarda alors une nouvelle fois sa camarade. Une chance que leurs lèvres ne se soient pas touchées, il serait déjà mort !

« Ca va ton dos ? »

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



_________________
Maybe time has come to make one

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Let's the beast in you ▲ Morwyn Ven 9 Aoû - 2:18






Let's the beast in you
Morwyn & Seth


"Et qu'est-ce qui te fais dire que moi, je ne serais pas contre?" souffla la jeune femme, une lueur de provocation dans le regard.


Les yeux à la fois pleins d'envie et de méfiance, le loup-garou s'autorisa un sourire avant de saisir le menton de la maï (c'était une manie chez lui) et d'éloigner doucement ses lèvres des siennes. Morwyn sourit également, satisfaite de sa "petite victoire".
Mais soudain, le type lui prit la taille entre les mains et la renversa sur le dos, se plaçant au dessus d'elle dans le même mouvement. Surprise, elle laissa échapper un petit cri d'indignation. L'homme se rapprocha d'elle de façon à être aussi près de son visage que tout à l'heure.
Les deux créatures se regardèrent yeux dans les yeux pendant un petit moment d'un air taquin. Puis, le lycan lui murmura :

« Ce n’est pas toi qui me l’a proposé ? » lâcha-t-il d’un air amusé.

Morwyn fit un petit gloussement moqueur. Le corps du loup était collé contre elle et il la réchauffait agréablement. De plus il avait le torse très doux, et leurs visages étaient si proche qu'elle pouvait voir chaque détail. Ses yeux bleus pâles, ses lèvres... La maï remarqua que le regard du loup passait de ses yeux à sa bouche, comme s'il hésitait. Elle décida alors de le provoquer encore plus en passant les mains sous son tee shirt déchiré. Elle lui sourit, avec une question dans les yeux "Seras-tu capable de toucher ces lèvres meurtrières?" Apparemment non.
Ils restèrent ainsi pendant un petit moment.

« Plutôt calme, pour une tigresse ! »
ironisa-t-il alors.

Alors que Morwyn s'apprêtait à répliquer, elle sentit un craquement métallique dans son dos. La surprise se lut sur le visage de la maï. Le duo commença à s'enliser au milieu des débris, comme dans un océan de sable mouvant.

"Qu'est-ce que..." fit la blonde en se redressant légèrement.

« Surtout, ne bouge pas d’un poil » l'interrompit le lycan.

Instinctivement, la maï obéit et s'immobilisa, serrée contre le jeune homme. Son regard effaré passer du visage de l'homme aux déchets qui s'amoncelaient autour d'eux. Des bouts de ferraille, de la taule, de la nourriture pourrie... La jeune femme se demandait comment ils allaient se sortir de cette situation. Elle se raccrocha de plus belle à l'homme. Puis, elle sentit le "sol" céder sous eux.
La petite blonde lâcha un cri de surprise et fourra la tête dans le cou du loup-garou. Ils percutèrent brusquement le sol, ce qui coupa le souffle de la fille. Une douleur lancinante lui traversa le dos et sa plaie à la poitrine se rouvrit. Au dessus d'elle, le jeune homme se releva.
Elle tenta de faire de même mais une douleur à la colonne vertébrale l'en empêcha. Elle resta donc au sol pour reprendre ses esprits.

« Ca va ton dos ? »

La voix du brun la ramena à la réalité.

"On peut dire ça comme ça..."


Elle se redressa lentement en évitant de trop bouger et avisa le bras de l'homme. Elle l'agrippa alors sans lui demander son avis et s'aida de celui-ci pour se relever.

Du sang gouttait des trois traces de griffures qui s'étaient rouvertes. La jeune femme fit la grimace.

"Il manquait plus que ça..."

Elle posa un regard brûlant sur le lycanthrope.

"Tu veux vraiment me tuer ou quoi?"

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas

avatar


ADMINISTRATRICE
Why so serious ?




« If you could only see the beast you've made of me »





Célébrité : Ian Somerhalder


Messages : 36


Date d'inscription : 22/02/2013




MessageSujet: Re: Let's the beast in you ▲ Morwyn Ven 9 Aoû - 2:20






Let's the beast in you
Morwyn & Seth


"On peut dire ça comme ça..."

Elle se redressa en s’agrippant aux bras du lycan, qui se laissa faire. Il était tout de même un minimum humain et, même si il avait la fâcheuse habitude à laisser les gens dans leurs crasses, là il ne pouvait pas partir sans rien dire. Parce que par expérience, il s’en veut toujours une fois que c’est trop tard. Il constata également qu’en plus de son dos surement fracturé, les plaies de la Maï venaient de se rouvrir.

"Il manquait plus que ça..."


Il devait avouer qu’elle n’avait pas tort. Le climat avait, pour le coup, bien redescendu…

"Tu veux vraiment me tuer ou quoi?"


Le concerné écarquilla les yeux. Non mais genre c’était de sa faute ! Si les débris étaient tombés, il n’y était pour rien ! Et puis elle n’aurait pas failli mourir si elle n’avait pas croisé sa route la nuit dernière. Une mauvaise foi profonde l’envahie. Il se releva alors, face à la blondinette et ne put s’empêcher de râler.

« Alors ca, c’est la meilleure ! Parce que c’est de ma faute si tout est tombé ? Tu voulais que je fasse quoi, que je m’écroule sur toi ? Si tu passes un si mauvais moment, tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même, tu n’avais qu’à pas croiser mon chemin ! »


Il commençait à s’énerver. Surement un peu trop fort, car ses yeux virèrent au jaune l’espace d’une seconde. Il lui tourna le dos quelques instants, le temps de se calmer. Il soufflait bruyamment, la respiration haletante. La moindre émotion pouvait réveiller son instinct et le rendre indomptable. Il n’avait jamais cherché à se contrôler, et le moindre coup de gueule contre quelqu’un pouvait le pousser à se transformer. L’accuser ne lui avait visiblement pas plus. Il se concentra sur un des seuls bons souvenirs qui lui restaient. Puis, sa respiration redevint plus calme. Il sera les poings, puis regarda son corps. Comment se faisait-il qu’il n’avait pas pris sa forme lupine ? Il avait réussi à se contrôler ?

Il se retourna soudainement et toisa la fille, toujours au sol. D’un air déterminé, il marcha vers elle et s’accroupie devant elle. Il fronça alors ses sourcils épais, concentré dans ce qu’il allait faire. Il regarda attentivement les griffures qu’il lui avait faites, et sans détourner le regard arracha les restes de son tee-shirt. Il l’enroula en un chiffon, et alla derrière elle, toujours accroupi. Il déplaça ses cheveux devant elle, pour que cela ne le gêne pas et fini et aussi délicatement que possible il lui passa le chiffon devant elle, pour lui nouer dans le dos. Il serra bien fort, un peu trop peut-être mais au moins il stoppera tout ça avant qu’elle parte.

« Le climat à bien refroidit on dirait… » dit-il pour combler le silence.

Il ne pouvait s’empêcher de contempler de dos, le corps de la jeune femme. De sa nuque jusqu’à sa taille. Malheureusement, on pouvait dire qu’il avait loupé une belle occasion… Lorsqu’il eut fini le dos, il effleura quelques instants les épaules de la Maï, avant de se relever. Il ne comprenait toujours pas pourquoi il n’avait pas perdu le contrôle de lui-même.

Se changeant les idées, il se dit qu'il fallait bien qu'il sorte d'ici un jour; et se plaçant au dessus du trou cherchait un moyen de s'agripper, sans tout effondrer. En vain. Alors, désespéré il entama d'une voix irritée:

"Raaah ! T'as une idée de comment sortir d'ici sans que tout nous tombe dessus ?"

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



_________________
Maybe time has come to make one

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Let's the beast in you ▲ Morwyn Ven 9 Aoû - 2:21






Let's the beast in you
Morwyn & Seth


"Tu veux vraiment me tuer ou quoi?"

Morwyn avait lâché cette phrase plus pour râler que pour exprimer ses sentiments. A vrai dire elle était épuisée : elle avait couru presque toute la nuit, s'était blessée, puis était tombée dans un trou au milieu de déchets. Ce n'était pas franchement glorieux et ça avait le don de lui pomper son énergie d'un seul coup.
Le loup garou la fixait avec des yeux écarquillés -d'abord de surprise, puis de colère.
Il se positionna en face de la blonde et déversa toute son amertume :

« Alors ca, c’est la meilleure ! Parce que c’est de ma faute si tout est tombé ? Tu voulais que je fasse quoi, que je m’écroule sur toi ? Si tu passes un si mauvais moment, tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même, tu n’avais qu’à pas croiser mon chemin ! »

Morwyn resta muette de stupéfaction. Certes, elle avait fait preuve de mauvaise foi, mais ce n'était pas une raison pour s'énerver autant ! Elle était tellement prise au dépourvu qu'elle ne dit rien et resta assise en l'observa. Elle crut apercevoir un éclat doré dans ses yeux, comme s'ils avaient tourné au jaune pendant un court instant. L'homme lui tourna le dos un respirant bruyamment. Inquiète, la maï ne fit pas un mouvement. S'il perdait le contrôle et prenait sa forme de lycantrope, elle ne serait pas de taille à fuir, et encore moins à lutter contre lui. La jeune femme retint son souffle alors que la respiration du brun ralentissait lentement. Elle le vit contracter les poings et baisser la tête, comme s'il regardait son corps.
Il fit volte face pour fixer intensément la blonde maintenant en face de lui. Puis, il se rapprocha d'elle d'un pas sûr pour s'accroupir et regarda la blessure de la maï en fronçant les sourcils.
Les joues de la jeune femme rosirent légèrement devant le regard scrutateur du loup. Il faut dire que le fait d'être en soutien-gorge ne l'aidait pas vraiment à être à l'aise. L'homme retira son tee-shirt déchiré (dont il ne restait pas grand chose, d'ailleurs...). Intriguée, Morwyn le laissa passer dans son dos et lui soulever ses cheveux blonds pour les placer devant elle. Elle comprit alors ce qu'il comptait faire.
Doucement, il ajusta le "bandage" devant elle et le nouer au milieu de son dos en serrant un peu trop, mais bon, il fallait qu'il tienne bien vu qu'ils s'étaient stupidement coincés au milieu d'un trou rempli de déchets.

« Le climat à bien refroidit on dirait… » commenta l'homme.

Ses paroles résonnèrent dans le silence de plomb.

"Oui..."

Elle sentit alors les mains de l'autre sur ses épaules. Elles les touchaient à peine. La jeune femme tourna la tête pour lui jeter un oeil interrogateur mais le lycan se releva sans rien ajouter.

Pendant un petit moment, il sembla observer la grotte de débris dans laquelle il se trouvait, puis il lança :

"Raaah ! T'as une idée de comment sortir d'ici sans que tout nous tombe dessus ?"

La jeune femme réfléchit. Elle pourrait peut-être appeler quelqu'un pour qu'on vienne les sortir d'ici, mais qui? Elle aurait du mal à expliquer à ses amis humains où elle s'était faite toutes ces blessures et comment elle s'était fourrée dans cette situation. Puis elle pensa à Lara. Mais oui ! Lara était une sorcelière, elle trouverait sans doute un moyen de les aider !
La maï sortit son portable de la poche de son short mais soupira à la vue de l'icône qui s'affichait sur l'écran. Pas de réseau.
Elle se leva alors avec difficulté, en évitant de bouger son dos, et calcula la hauteur qui les séparaient de l'air libre. Il devait y avoir environ deux mètres. Si elle avait été seule et en pleine forme, elle aurait pu sauter jusqu'en haut. Mais c'était risqué, tout d'abord par que le tas de déchets et de ferraille pourrait s'effondrer et ensuite parce que avec son magnifique dos, elle ne pourrait jamais atteindre l'embouchure.

"J'ai peut-être une petite idée, mais c'est risqué" déclara la maï. "Tu pourrais me faire la courte échelle, et ensuite remonter en sautant... enfin si tu peux sauter haut sous forme humaine... Sinon je peux toujours aller chercher quelqu'un une fois en haut." continua-t-elle. "Mais c'est un peu foireux, des débris risquent de te tomber dessus pendant que je remonte..."

Devant l'air sceptique du loup-garou, elle ajouta :

"Ou alors on se fait une armure avec les morceaux de fer qui traînent ici et on creuse !" ironisa la maï. "C'est au choix."

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas

avatar


ADMINISTRATRICE
Why so serious ?




« If you could only see the beast you've made of me »





Célébrité : Ian Somerhalder


Messages : 36


Date d'inscription : 22/02/2013




MessageSujet: Re: Let's the beast in you ▲ Morwyn Ven 9 Aoû - 2:22






Let's the beast in you
Morwyn & Seth


Comme si elle eut une illumination, la blondinette sorti son portable de son short et essaya de capter du réseau, en vain. Elle se leva avec difficulté, dépitée, et regarda en haut.

"J'ai peut-être une petite idée, mais c'est risqué"
déclara la maï. "Tu pourrais me faire la courte échelle, et ensuite remonter en sautant... enfin si tu peux sauter haut sous forme humaine... Sinon je peux toujours aller chercher quelqu'un une fois en haut." continua-t-elle. "Mais c'est un peu foireux, des débris risquent de te tomber dessus pendant que je remonte..."

Seth n’était pas vraiment convaincu. Comment pouvait-il sauter ? Porter la Maï et lui faire la courte échelle, ça encore ça va. Mais il ne pouvait pas vraiment sauter 3 mètres sous sa forme humaine, sans appui, sans base. Comme pour le convaince, elle ajouta :

"Ou alors on se fait une armure avec les morceaux de fer qui traînent ici et on creuse !" ironisa la maï. "C'est au choix."

La deuxième option, pour le coup ne lui paraissait pas être une si mauvaise idée. Il leva un sourcil en souriant à sa collègue, d’un air obligé. Bon bon, au moins elle, elle sortirait obligatoirement !
Il se plaça en dessous du trou et attrapa la Maï par la taille pour qu’elle se hisse plus facilement sur ses épaules. Une fois en haut, il lui tenait les tibias de sorte à ce qu’elle ne perde pas l’équilibre. Idiot vu la nature de la jeune femme certes. Mais on ne sait jamais, peut-être la douleur que lui faisait son dos était trop forte pour qu’elle se concentre ? Quoi qu’il en soit, il lui serra fort les jambes et, lorsqu’elle fut debout sur ses épaules il s’accroupit en regardant en l’air. D’un seul coup, il se releva, sautant à une grande distance du sol. Ainsi il lui permit de s’accrocher aux rebords des débris, dont quelques-uns s’écroulèrent. Seth se protège le visage avec ses avant-bras, mais en reçut rien. Maintenant qu’elle n’était plus sur lui, c’était à lui de monter.

Il se gratta la tête, ne savant pas vraiment quoi faire. Il regardait frénétiquement autour de lui, ainsi qu’en haut, où il y avait la source de la lumière. Il finit par saisir de nombreux débris, en déplaça d’autres avec les pieds, et s’empila un monticule de déchets très bancal et pas vraiment stable… Il essaya de le tenir encore quelques secondes pour le faire tenir en place. Il ignorait de quoi il avait l’air, comme ca. Un homme à moitié à poil, dans une décharge, coincé dans un trou de déchet, et plein d’eau croupie sèche. Génial ! Arf, il n’avait pas envie de rentrer chez lui uniquement pour prendre une douche mais bon, il fallait bien qu’il s’habille !

Il recula dans le peu d’espace qui lui restait, et couru en se courbant légèrement en avant. Il prit un peu d’élan et sauta en agitant les bras sur son magnifique tas d’objets artisanaux. Il s’appuya de tout ce qu’il put sur ses talons et s’élança en l’air. Il réussit de peu a s’accrocher à quelques débris et resta une dizaine de secondes à pendre au-dessus du trou. C’était pas classe du tout ça… Il finit par se relever, un peu essoufflé. Lorsqu’il se retrouva en face de la Maï, il lui sourit à nouveau, légèrement gêné.

« Bon, on dirait bien qu’on a réussi à sortir, finalement ! »


Il la toisa encore un petit instant, puis comme si il eut une illumination, regarda autour de lui comme si il cherchait une proie. Il huma l’air un instant, et dévala les débris. Il en délogea quelques-uns, puis en sortit un large tee-shirt gris et salit par la crasse. D’un air triomphant il remonta voir sa collègue, et lui tendit le tee-shirt.

« Tiens, c’est toujours mieux d’avoir un truc sur le dos quand on sort en ville ! Tu vas quand même pas traverser New-York comme ca ! » dit-il d’un air sarcastique.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



_________________
Maybe time has come to make one

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Let's the beast in you ▲ Morwyn Ven 9 Aoû - 2:23






Let's the beast in you
Morwyn & Seth


Le loup garou sourit en haussant un sourcil. Eh ben oui, mais après tout c'était de sa faute s'ils en étaient là ! Il fallait s'enfermer dans une pièce au lieu de sortir une nuit de pleine lune ! Il ne pouvait en vouloir qu'à lui-même...
Il sembla prendre une décision car il s'approcha de la maï, qui se trouvait sous le trou, et la saisit par la taille en la soulevant un peu. Ainsi, la jeune fille put plus facilement se placer sur ses épaules.
L'effort qu'elle devait faire pour éviter de trop bouger les vertèbres occupait toutes ses pensées. Une fois qu'elle réussi à poser ses pieds sur les épaules du lycan, il l'aida à garder l'équilibre en lui tenant les chevilles de ses deux mains.
Elle se redressa lentement, et au bout de ce qui lui sembla une éternité, elle parvint enfin à rester debout.
Puis, soudain, il bondit. La blonde s'étira vers le trou et s'agrippa à son bord. Elle remonta en évitant de faire tomber des débris, mais une petite quantité se déroba quand même.
La jeune femme s'écarta du trou, un peu inquiète. Comment allait faire l'homme pour remonter? Elle n'osait pas s'approcher pour regarder, de peur de faire s'effondrer totalement le monticule.

Si elle ne pouvait pas voir le loup-garou s'affairer, elle entendait tout de même le bruit des débris qu'il semblait rassembler sous le trou. Elle devina qu'il en faisait un tas d'une taille respectable et se prépara à attendre un moment avant qu'il puisse se pointer hors de la "grotte".
Songeuse, elle regarda le ciel. Il devait être environ neuf heure du matin. Le ciel était pâle et gris, mais on distinguait un point lumineux derrière les nuages épais.
Un bruit de course la ramena alors brusquement à la réalité.
La tête et les bras du lycanthrope surgirent du trou. Il restait là pendant un moment, accroché au bord sans vraiment remonter. Morwyn retint un ricanement moqueur en se souvenant qu'il l'avait aidée à monter.

Au bout d'un moment, il se redressa et se releva hors du trou, la respiration légèrement haletante. Il fit un sourire un peu gêné à la maï et lui déclara :

« Bon, on dirait bien qu’on a réussi à sortir, finalement ! »

« Oui ! » répondit la jeune fille.

Elle ne savait pas trop quoi dire d'autre. Un petit silence s'installa durant lequel ils se dévisagèrent sans rien ajouter, puis le loup partit d'un seul coup. La maï trouva que c'était une façon étrange de s'en aller, en plein milieu d'une "conversation", mais elle s'aperçut que l'homme revenait vers elle. Il tenait dans sa main ce qui ressemblait à un torchon gris et avait l'expression du type qui vient de gagner un tournoi.
La jeune femme haussa un sourcil.

« Tu comptes faire quoi avec ce truc? Te laver? Sans vouloir faire la rabat-joie, ça va plus rajouter de la crasse qu'autre ch... »

« Tiens, c’est toujours mieux d’avoir un truc sur le dos quand on sort en ville ! Tu vas quand même pas traverser New-York comme ca ! » la coupa-t-il d'un air ironique, en lui tendant la chose grise qui se révéla être un tee-shirt.

Morwyn la saisit du bout des doigts avec dégoût.

« Ne me dis pas... que je vais devoir porter ce... ce truc ?! » s'exclama la jeune femme, une pointe d'indignation dans la voix.

Oui, elle accordait une grande importance aux vêtements et se sentit donc profondément insultée face à l'amusement du loup-garou.
Elle poussa un soupir résigné avant d'enfiler la chose de mauvaise grâce. La mine boudeuse, elle regarda le résultat dans ce qui semblait être la fenêtre d'une voiture. Elle ressentit alors une douleur psychologique en voyant son reflet. Elle était décoiffée, sale, portait un tee shirt qui ressemblait à un morceau de tissu crade et son dos la lançait terriblement.
Elle se tourna alors vers l'homme.

« Bon, Machin ! » fit-elle d'un ton sarcastique. La maï venait de se rendre compte qu'elle ignorait complètement le nom du loup-garou.

« Mon dos me fait mal, j'ai pas dormi de la nuit et j'habite minimum à un quart d'heure de marche d'ici. » enchaîna Morwyn. « Autrement dit, je pense que rentrer seule dans cet état est la mauvaise idée du siècle. Donc, si tu pouvais juste... me raccompagner ? »

Sa voix était devenue moins impérieuse vers la fin. ça sonnait vraiment comme si elle avait eu un rencard et qu'elle demandait à l'homme du rendez-vous s'il voulait venir chez elle d'une façon subtile.
Pfouah.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas

avatar


ADMINISTRATRICE
Why so serious ?




« If you could only see the beast you've made of me »





Célébrité : Ian Somerhalder


Messages : 36


Date d'inscription : 22/02/2013




MessageSujet: Re: Let's the beast in you ▲ Morwyn Ven 9 Aoû - 2:25






Let's the beast in you
Morwyn & Seth


« Ne me dis pas... que je vais devoir porter ce... ce truc ?! »
« Je crois bien que si. »

La Maï s'indigna sous le regard amusé du Loup-Garou. Elle fini après un long moment d'hésitation par l'enfiler et contempla son reflet avec dégout. C'est clair qu'elle était beaucoup moins sexy tout à coup. M'enfin, elle était toujours potable, vu son état à lui !

« Bon, Machin ! » lanca-t-elle à Seth, qui sorti de ses pensées.
« Je t'en pris mademoiselle, appelle moi Seth ! ! » lanca-t-il, sarcastique à son tour.

« Mon dos me fait mal, j'ai pas dormi de la nuit et j'habite minimum à un quart d'heure de marche d'ici. » Eh ben, ca lui en faisait des problèmes. Il se demandait bien comment elle allait réussir à rentrer chez elle, seule, en un seul morceau. « Autrement dit, je pense que rentrer seule dans cet état est la mauvaise idée du siècle. Donc, si tu pouvais juste... me raccompagner ? »

Ah. Oui. Pourquoi ne s'en était-il pas douté plutôt ? C'était pourtant flagrant comme le nez au milieu de la figure... Voilà maintenant qu'il allait servir de Carosse à la petite blonde, si c'était pas beau ça ! Ben ouais, il allait devoir la porter parce que si elle lui avait demandé de la raccompagner c'était pas pour rien. Si elle voulait juste qu'il lui tienne compagnie, d'une manière ou d'une autre son état aurait été le même. Là, ca sous-entendait qu'elle voulait qu'on l'aide à marcher, au cas où elle tomberait. Un gros boulet quoi. Pourquoi accepterait-il hein ? Il pouvait très bien repartir dans ses poubelles, récupérer sa bouteille puis s'éclipser dans un appart inhabité ! Et bien non. Pour une raison qu'on ignorera probablement toujours, il hocha la tête et accepta. Il fronca les sourcils, incapable de savoir pourquoi il avait fait ca. C'était dingue, quand même ! Ca aurait été n'importe quelle autre personne, même la prostituée du coin, il l'aurait laissée dans la boue et serait reparti vivre sa petite routine de clodo alcoolique. Boah, on est pas à dix minutes prêt...

Sans lui demander son avis, il prit la Maï par la taille et la souleva pour qu'elle aille sur ses épaule. Il commenca à se mettre en route, mais seul petit hic, il ne savait pas où aller.

« Eeeh... Sinon tu vis où ? » dit-il gêné, en continuant sa route.

Une fois la destination tête, il accéléra le passa et se mit même à courir. Ca devait être beau à voir comme scène, tiens. Un mec dégueulasse à moitié à poil, qui porte une fille à la coiffure apocalyptique avec un tee-shirt crade et dont l'une des bottes s'était barrée en route. Une fois arrivé de l'immeuble où résidait la petite Maï, il la déposa au sol par la force de ses bras. Puis il la regarda, en se grattant la tête ne sachant pas trop quoi dire.

« Bon bah... voilà. »


Gros blanc. Mais que lui arrivait-il bordel ? Pourquoi est-ce qu'il ramollissait comme ça ? Elle allait encore lui faire des piques mesquines, et il n'arriverait même pas à répondre ! Cependant, une question lui trottait en tête.

« Et au faite, c'est quoi ton p'tit nom ? » lanca-t-il en jouant des sourcils.

Puis il se mit à sourire mesquinement comme il l'avait fait tout le long. Et, sans qu'il ne se contrôle encore une fois, il fit quelque chose de bizarre. Il s’avança inconsciemment vers elle et lorsqu'il croisa ses yeux, il n'arriva pas à s'en détacher. Ses yeux bleus, profonds, avec une lueur de malice. Son regard se corsa, et il s'approcha encore. Il se trouvait désormais à quelques mètres d'elle, et n'arrêtait pas de la fixer. C'était tellement bizarre, il ne pensait plus à rien. D'habitude, quand il désirait une fille, il jouait avec elle et tout allait tout seul. Mais là, c'était différent. Il ne savait même plus ce qu'il voulait, tout ce qu'il savait c'est qu'il y avait une sorte de magnétisme qui l’empêchait de partir.

Il commença alors à alterner son regard vers ses yeux et sa bouche. Température croissante, respiration saccadée. Mais il se passait quoi merde ?! Même avec toute la volonté du monde, il ne pouvait pas bouger ! Il était figé ! Un silence trop important. Il posa alors son pouce et son index sur le menton de la jeune femme et lui releva légèrement la tête. Il s'approchait encore et encore de son visage. Puis, fixait désormais seulement sa bouche. Alors qu'il s'en rapprochait dangereusement, ferma les yeux. Il sentait le souffle de la Maï se taper contre son visage. Alors qu'il frollait presque ses lèvres, un bruit inattendu éclata. Seth redressa vivement la tête et vit qu'un chat venait de renverser une poubelle en fer au sol. Son regard affolé ne comprenait plus rien. Il regardait frénétiquement autour de lui, puis lorsqu'il regarda la Maï à nouveau, la lâcha immédiatement et se recula à deux mètres d'elle en une fraction de secondes.

Le visage troublé, il respirait désormais mal. Un gros stress montait en lui. Mais pourquoi s'était-il approché comme ca ? Il n'y comprenait rien, c'était absurde ! Raaaaaaaah ! Il se recroquevilla sur lui même et se tirait les cheveux. C'est pas vrai, c'est quoi cette sensation ? Du stress immense, qui grandissait encore. Il sentait son coeur comme si il allait sortir de sa poitrine, et il entendait également celui de la jeune blonde. Il la regarda une dernière fois dans un râle, puis parti en courant aussi vite que l'éclair. Il courrait dans la rue, empruntant toujours les plus complexe pour qu'elle ne le suive pas. Il prit appuie sur les parois d'un mur et monta sur un toit d'une maison. Là, il ragea et continuait de sauter violemment de toits en toits.

Finalement fatigué, il s'arrêta sur l'un d'eux, et s'assit, posant son bras sur l'un de ses genoux. C'était quoi exactement cette fille, une envouteuse ? Il s'allongea sur le toit, le regard dans le vide. Ca faisait peur, il fallait qu'il l'oublie. Qu'il l'oublie et vite.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



_________________
Maybe time has come to make one

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Let's the beast in you ▲ Morwyn Ven 9 Aoû - 2:26






Let's the beast in you
Morwyn & Seth


L'expression moqueuse de Seth -car c'était comme ça qu'il s'appelait- vira soudain à l'hésitation. Son regard était maintenant beaucoup moins pétillant. Morwyn haussa un sourcil. Il n'allait quand même pas oser la laisser rentrer chez elle dans cet état ?! Ce serait complètement dégueulasse ! Alors qu'elle lui avait sauvé la vie ! Enfin, elle ne l'avait pas tué, mais ça revenait au même. N'importe qui à sa place aurait mis fin à la vie du loup-garou avant qu'il ne reprenne conscience. Mais elle, avec son coeur d’artichaut, elle avait bêtement attendu qu'il se réveille. Et voilà le résultat : puante, blessée, hirsute, décoiffée, mal habillée, sur les nerfs, agacée énervée furieuse ! Et bientôt gisant dans un coin sombre du Bronx, puis kidnappée par des malfrats en quête de rançons (enfin, c'est pas comme si on pouvait la prendre pour une gosse de riche dans son état...) puis droguée de force pour subir l'humiliation de sa vie à chanter au karaoké d'une voix de perruche enrouée.

Contre toute attente, le lycan acquiesca, puis fronça les sourcils. Euh, ça voulait dire quoi ces deux actions contradictoires? Il acceptait ou non? Fallait savoir ! Bon, il avait l'air plutôt résigné... La petite maï se détendit légèrement. Être crispée, ça n'améliorait pas le mal de dos. Il faudrait qu'elle pense à aller chez le médecin... Il lui faudrait peut-être vendre des vêtements (ben oui, vu que ces pauvres docteurs sont très très pauvres, ils font payer très très cher leurs consultations !).
Alors qu'elle tapait du pied, celui qui avait la chaussure, Seth la prit à la fois brusquement et délicatement par la taille pour la porter à ses épaules. La jeune femme retint un cri de surprise et s'accrocha comme elle put au cou du loup-garou. Elle devait vraiment avoir l'air d'une SDF droguée qui faisait une grave régression, à se faire porter comme une petite fille à un concert.

Il commença à marcher, sortant tout d'abord de la décharge. La jeune fille sentait son tee shirt qui tentait de se coller au sang coagulé de sa griffure. Du coin de l'oeil, elle vit les regards des passants qui s'attardaient légèrement sur le duo. C'était quoi leur problème? Il était si étrange que ça? Elle se passa en revu, ainsi que Seth, et poussa un long soupir, obligée de donner raisons aux individus.
Bercée par le rythme des pas de l'homme, Morwyn faillit sombrer dans le sommeil quand Seth interrompit sa léthargie.


« Eeeh... Sinon tu vis où ? » dit-il gêné, en continuant sa route.

La blonde mit quelques instants à analyser la question, puis quelques secondes de plus à réfléchir. Puis elle déclara enfin son adresse au loup-garou. Heureusement, ce n'était pas très loin (elle avait dû s'en rapprocher inconsciemment durant la course poursuite).

- C'est là. indiqua la maï quand ils furent arrivés devant l'immeuble aux murs gris.

L'homme la saisit de nouveau et la passa par dessus-lui pour la reposer au sol.

« Bon bah... voilà. » déclara Seth.

La jeune fille s'appuya contre la porte de son immeuble. Un long silence s'ensuivit. La gêne commune qui régnait la dissuada de railler le lycan -d'ailleurs, elle ne savait pas quoi dire. Etait-ce le moment de rentrer chez elle? Pourtant, elle avait l'impression qu'il manquait quelque chose à la conversation...

« Et au fait, c'est quoi ton p'tit nom ? » lanca-t-il en jouant des sourcils.

Il lui sourit par la suite d'un air charmeur, en recommençant en la taquiner par la seule expression de son visage. Le regard pétillant de malice, Morwyn le laissa se rapprocher peu à peu. Les yeux dans les yeux. Comment se souvenir que l'homme était, il y a quelques heures à peine, une immonde bête féroce ? Qu'il avait failli la tuer? Maintenant il était là, tout près. Elle ne savait pas quel iris fixer. Un sentiment qu'elle n'arrivait pas à déchiffrer.

- Morwyn, répondit-elle enfin, dans un souffle à peine audible.

Elle ne savait plus si elle jouait avec lui ou si c'était lui qui jouait avec elle. Faisait-il exprès de l'hypnotiser ainsi, de stopper l'activité de son cerveau? Cela faisait-il partit de son but depuis le début? La jeune maï n'arrivait plus à réfléchir...
Il était trop près, beaucoup trop près... Elle voyait chaque détail de son visage, sa bouche aussi... Ses yeux s'étaient détachés des iris de la maï, il fixait ses lèvres avec intensité... Comme elle...
Encore une fois, il lui saisit le menton entre deux doigts. Doucement, comme dans un film au ralenti, ils leurs lèvres se rapprochaient lentement. La jeune blonde ferma doucement les yeux. Son intuition lui disait que l'homme avait fait de même. Le coeur battant la chamade, elle sentit sa respiration sur son visage. Elle savait que leurs lèvres étaient séparés par à peine quelques petits millimètres...
Un brusque bruit de ferraille lui fit soudain rouvrir les yeux. Perdue, la jeune femme vit un chat s'éloigner en courant d'une poubelle qui était désormais au sol. Morwyn croisa de nouveau le regard de Seth.
A cet instant, elle ne comprit plus ce qui arrivait. Le loup-garou s'écarta d'un bond, l'air complètement paniqué. Mal à l'aise, Morwyn se décolla de la porte. Elle venait de frôler son deuxième meurtre. Le sol se mit à tanguer sous ses pieds. Non ! Il ne fallait pas que ça recommence ! Elle ne distinguait plus l'affolement de Seth du sien.
Alors qu'elle partait se réfugiait dans son appartement à la vitesse de l'éclair, elle entendit le jeune homme détaler. Peut-être même était-il parti avant qu'elle ne se précipite dans le hall, elle n'en savait rien...
La maï grimpa les escaliers en courant et claqua la porte de son appartement derrière elle avant de se laisser doucement glisser contre le mur.

Il ne fallait plus qu'elle le revoie.
C'était trop risqué.
Elle pourrait le tuer.
Encore.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Let's the beast in you ▲ Morwyn

Revenir en haut Aller en bas

Let's the beast in you ▲ Morwyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» The Beast Below [OneShot 162X]
» The Beauty & the Beast
» Morwyn, où les chroniques de Démone-Lame [en cours]
» (Beast wars) episodes vf
» Itchi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moonlight Rises ::  :: Bronx :: décharge publique-