Bienvenue sur Moonlight Rises !
N'hésitez pas à participer à l'évènement d'horreur !
FORUM DÉCONSEILLÉ AUX MOINS DE 16 ANS
Merci de privilégier les loups-garous, vampires et chasseurs pour avancer le contexte actuel !
De nombreux Postes Vacants & Scénarios sont très attendus !

Partagez| .

Dark was the night || Feat. Marvel Jenkins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar


Célébrité : Lee Pace


Messages : 32


Date d'inscription : 17/06/2014




MessageSujet: Dark was the night || Feat. Marvel Jenkins Dim 22 Juin - 18:27


Dark was the night

L’air était moite et humide, il allait sûrement se mettre à pleuvoir. Adonis ajusta sa veste sombre sur ses épaules. Il n’avait pas particulièrement froid – d’ailleurs, il était incapable de ressentir les températures – mais il avait appris, au cours des années, à agir comme un humain. Etant professeur à l’université, il trouvait important de ne pas avoir l’air trop mort. Il savait adopter des réflexes inutiles pour un vampire, comme se frotter les yeux, le nez, bailler, toussoter… Des artifices pour tromper la faible vigilance des mortels. Adonis traversa la rue et longea l’allée en surveillant ses arrières. A cette heure de la soirée, les quartiers du Bronx pouvaient être mal fréquentés et même si le vampire ne craignait pas grand-chose, il restait prudent. On n’était jamais à l’abri d’un chasseur ou d’un loup-garou enragé. Il fronça le nez en croisant un groupe de jeunes humains éméchés qui empestaient l’alcool et la cigarette. Il approchait des bars et ça se sentait. Au détour d’une rue il aperçut justement l’établissement qui lui appartenait, et dont il avait confié les rênes à Marvel, un vampire créé par sa fille. Il lui faisait assez confiance pour le laisser gérer le bar, mais si ce soir il venait lui rendre visite, c’était parce que de fâcheuses histoires étaient remontées jusqu’à lui et le contrariaient considérablement. Le problème en question avait un nom ; Raven, la fille de Marvel. Adonis poussa la porte du bar d’où s’élevaient d’inintelligibles brouhahas. Il percevait ici et là quelques bribes de conversations, dans une atmosphère chaude à l’odeur lourde d’alcool. Le vampire glissa dans la foule, entre les gens, jusqu’à rejoindre le comptoir où il saurait qu’il pourrait retrouver Marvel. Il l’aperçut justement à quelques mètres tandis qu’il se pencha légèrement pour le héler.

« Marvel. » Sa voix était calme et il n’éleva pas le ton, mais il savait que le concerné l’entendrait malgré le brouhaha ambiant. « J’ai à te parler. »

Adonis n’avait pas l’air particulièrement agacé, mais on pouvait deviner au ton grave de sa voix que cela n’annonçait rien de bon. Le vampire n’était pas du genre à être un donneur de leçons. Quand il se montrait sévère, c’était par pur souci de protéger ses semblables. Comme un bon père modèle, en quelque sorte. Il regarda à droite et à gauche ; personne ne semblait vraiment lui prêter attention, il était un type ordinaire au milieu d’une foule de gens. Cependant, même s’il doutait qu’on ose écouter leur conversation, il préféra trouver un endroit plus calme pour se retrouver seul avec le jeune Marvel. Il sauta habilement derrière le comptoir et quelques personnes accoudées non loin applaudirent tant de souplesse – Adonis n’y prêta pas attention. Il indiqua à l’autre vampire la porte de la réserve, une pièce certes un peu étriquée, mais qui les tiendrait loin des oreilles indiscrètes. Quand on fermait la porte, les bruits du bar étaient étouffés et la clameur bruyante du lieu ne ressemblait plus qu’à un vague bourdonnement.

« Je crois que tu sais pourquoi je suis là et de quoi je viens te parler. De qui, plutôt. »

Marvel était un gamin insolent, mais il n’était pas stupide. Adonis se doutait bien que le jeune vampire n’ignorait pas ce que son aîné voulait évoquer. D’ailleurs, Adonis s’assurait de surveiller assez étroitement Marvel, car non seulement il lui avait confié son bar, mais il savait que le jeune était friand de carnage et autres bains de sang – ce qui lui plaisait moyennement. Ce qui lui avait permis de survivre pendant 3000 ans sans jamais se faire prendre, c’était bien la discrétion. Un de ces jours, il finirait par réussir à lui faire rentrer ça dans le crâne, mais en attendant, il devait faire preuve de moult patience pour supporter Marvel. Il tenait particulièrement à le faire rentrer dans le droit chemin parce qu’il avait visiblement échoué avec sa propre fille, Daenerys. Adonis ne souhaitait pas voir sa descendance emprunter la même voie, et Marvel était son petit-fils, en quelque sorte. C’était normal qu’il prenne soin de lui, tout comme il prenait soin de tous les autres jeunes vampires qui se laissaient un peu trop aller à leurs instincts. Ce n’était pas pour rien qu’il lui avait offert ce boulot au bar – Marvel faisait d’ailleurs du très bon travail. En dehors de ça, il restait un peu turbulent, mais le problème du moment était sa fille.

«On m’a rapporté qu’on avait trouvé un humain presque mort non loin du bar. Non loin de mon bar. »

C’était de la très, très mauvaise publicité pour lui. Et c’était dangereux pour la communauté vampirique. Ils vivaient très bien dans l’ombre à partir du moment où ils restaient un minimum discret. Si des victimes étaient retrouvées régulièrement vidées de leur sang, ça devenait fâcheux. Si Adonis prenait soin de ses jeunes frère et sœurs de race, c’était bien pour une raison. Sa voix était calmé et posée mais son regard gris semblait plus sombre que d’ordinaire. Il était contrarié, c’était certain. Surtout qu’il considérait que Marvel était responsable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


ADMINISTRATEUR
Dieu de l'Orthographe ! 8D


The only heaven I'll be sent to is when I'm alone with you





Steal my life and make me yours
But hurry my dear
For I'm already bound to hell.





Célébrité : Aaron Taylor Johnson


Messages : 250


Date d'inscription : 05/03/2013




MessageSujet: Re: Dark was the night || Feat. Marvel Jenkins Mer 23 Juil - 20:36


Dark was the night

Ça avait pris toute la journée mais Marvel avait fini par trouver du personnel de remplacement. Comme c'étaient des humains, deux videurs étaient nécessaires. Confiner Raven à son appartement avait particulièrement énervé la jeune vampire mais, dans son état, la laisser sortir était trop risqué. Elle allait lui arracher la tête quand il rentrerait mais il n'avait pas le choix. Si elle ne se calmait pas... Il préférait ne pas y penser. Il avait plusieurs heures à passer au bar avant de devoir repenser à tout ça. Le brun comptait bien mettre cette histoire de côté et faire comme si rien ne s'était passé. Mais, bien entendu, la chance n'était jamais de son côté. Il avait passé dix ans avec une psychopathe sans cœur, était tombé inconscient dans un cimetière en pleine bataille contre un ennemi inconnu, s'était fait prendre en filature par un loup-garou bipolaire, avait chassé sur le territoire d'une danseuse aussi flippante que puissante, devait s'occuper d'un vampire nouveau né obstiné et impulsif et était tombé amoureux d'une pacifiste qui haïssait le mensonge. La chance n'était vraiment jamais de son côté.

Quand il entendit la voix de son patron et père de substitution - il se l'avouait à lui-même mais à personne d'autre - Adonis Kostalian, Marvel pria pour que ce ne fusse qu'une hallucination.

« J’ai à te parler. »

Ce n'en était pas une. Dommage. Il avait été stupide d'espérer que le vieux vampire n'entende pas parler des écarts de conduite de Raven mais on dit que l'espoir fait vivre. Marvel se retint de jurer, conscient qu'Adonis l'entendrait même s'il ne faisait que murmurer. Le maître des lieux ne se fit pas prier et l'emmena à l'extérieur de la salle par la porte de service. La réserve, génial ! Il n'avait nul part où fuir...

« Je crois que tu sais pourquoi je suis là et de quoi je viens te parler. De qui, plutôt. »

Ah ah, merci pour le suspense. Bien sûr qu'il savait de qui il était question. Crier ne servirait à rien mais qu'est-ce qu'il avait envie d'exploser là tout de suite ! Cette brune insupportable et capricieuse devenait de plus en plus forte et de moins en moins contrôlable. S'il ne trouvait pas de remède miracle très bientôt il allait devoir l'exiler voire la... Il avait ses raisons d'être énervé ! Mais Adonis n'y était pour rien donc, il ne déverserait pas sa rage sur lui. Est-ce que Shawer vivait toujours dans cette forêt au milieu de nul-part avec buffet à volonté de fermiers ?

« On m’a rapporté qu’on avait trouvé un humain presque mort non loin du bar. Non loin de mon bar. »

Un corps ? Un corps ? Et pas totalement mort en plus ? Ah, c'était de là que venaient les battements de cœur et non pas de quelqu'un qui l'espionnait. C'était rassurant, dans un sens. Et Personne n'avait découvert les deux humain bien morts que la furie avait laissé comme un cheveux sur la soupe près des immeubles brûlés.

Maintenant, s'il ne voulait pas tout révéler et faire passer sa protégée pour un monstre sanguinaire - l'était-elle ? - Marvel devait faire attention à se qu'il disait. Heureusement qu'il n'était plus humain et ne pouvait plus être trahis par les battements de son cœur ou la température de son corps. Il alluma une cigarette pour se donner un semblant de contenance et éviter de grands gestes traîtres. C'était la réserve, il ne risquait pas de gêner qui que ce soit.

« Vraiment ? dit-il sur un ton faussement innocent et légèrement exagéré. Un humain attaqué au milieu du pire quartier d'une ville remplie de créatures dangereuses ? J'ai du mal à y croire. »

Il jaugea son aîné pendant quelques secondes avant de rendre les armes. Il ne s'en sortirait pas aussi facilement cette fois. Pas de chasse aux fermiers ce soir, quelle tragédie.

« Raven est privée de sortie, si c'est ça qui t'inquiète. Ça aurait pu être pire. Tu l'as dit toi-même, il était presque mort. Et puis, j'ai fait bien pire juste après ma transformation. Je m'en sort bien avec elle. »

D'habitude - enfin, depuis qu'il essayait de mieux se tenir - Marvel se sentait mal quand il mentait. Mais là, il protégeait Raven. Il ne faisait rien de mal. Il pouvait s'en sortir, il avait uniquement besoin de temps. Et de poches de sang. Beaucoup de poches de sang.

_________________

Chaotic Neutral
What is a man but the sum of his memories ? We are the stories we live ! The tales we tell ourselves ! (Clay Kaczmarek) ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Célébrité : Lee Pace


Messages : 32


Date d'inscription : 17/06/2014




MessageSujet: Re: Dark was the night || Feat. Marvel Jenkins Dim 3 Aoû - 21:37


Dark was the night

Adonis plissa légèrement les yeux, avec la vague impression que Marvel se fichait ouvertement de lui. Il ne supportait pas ça, cependant, il essayait de ne jamais exploser de colère dans ces moments-là. En tant qu’aîné, il devait montrer l’exemple, conserver son calme, garder la maîtrise de ses émotions. Ça ne servait à rien de hausser le ton avec lui, de toute façon. Marvel était comme un adolescent capricieux, il fallait savoir lui parler pour en tirer quelque chose. Déjà, en lui confiant la gestion de son bar, Adonis lui avait prouvé qu’il lui faisait confiance. C’était important d’installer cette relation de confiance afin de peu à peu le tirer hors des mauvais chemins que sa créatrice, elle, avait choisi de prendre. Le vieux grec refusait catégoriquement que le jeune Marvel fasse les mêmes erreurs. Cette malheureuse histoire avec Raven était déjà un coup dur, Adonis ne pouvait pas tolérer que de telles choses arrivent une nouvelle fois. Même si c’était dans un quartier mal fréquenté, même si d’autres vampires régnaient également dans les ruelles de New York. Il préférait passer inaperçu, et si possible, que Marvel et sa fille passent inperçu également. Ca lui causerait du souci, qu’ils leur arrivent quelque chose, ou que des malheurs arrivent à cause d’eux.

« Ne te moque pas de moi, Marvel. »

Il n’était pas ici pour perdre son temps. Surtout pas à ce sujet. L’état de Raven l’inquiétait, l’état de l’humain qu’elle avait laissé derrière elle l’inquiétait, la manière dont Marvel gérait tout cela l’inquiétait. Il avait autre chose à faire que ruminer ses soucis comme ça. Il avait un travail, des copies à corriger et d’autres vampires à surveiller. Des jeunes créatures de la nuit inconscientes, il y en avait toujours un peu partout. Si Adonis ne pouvait pas forcément s’occuper de toutes les éduquer, il pouvait au moins passer derrière et arranger un peu ces scènes de crimes sanguinolentes. Le vieux grec fronça légèrement les sourcils aux paroles de son cadet. Marvel ne semblait pas mesurer la gravité de la situation ; pire, il semblait la prendre à la légère, comme si tout cela n’avait aucune importance. Adonis avait envie de s’arracher les cheveux. Aussi fou et insouciant que sa mère, celui-là. Il se donnait décidément beaucoup de mal pour le ramener à la raison, et même tous ces efforts semblaient l’essouffler inutilement. Marvel était têtu et ingérable quand il le voulait.

« Qu’il soit mort ou vivant, cela n’a pas d’importance, et je me fiche bien de ce que toi, tu as pu faire. Je te parle de Raven, tu ne t’en sors pas ‘très bien’ avec elle. »

Il passa la main dans ses cheveux en soupirant. Tout cela l’ennuyait grandement, il aurait aimé que Raven soit douce et docile, mais il pouvait rêver. Les jeunes vampires étaient fous et parfois même incontrôlables. Ils souffraient de cette soif intarissable, ils se découvraient de nouveaux pouvoirs, une nouvelle puissance. Ce n’était pas facile de perdre son humanité et certains le vivaient très mal. D’autres encore s’oubliaient totalement pour devenir de véritables montres sanguinaires. Adonis lui-même avait vécu sa ‘jeunesse’ tout seul, livré à lui-même. Des massacres, il en avait fait. A l’époque, ce n’était pas trop grave, mais aujourd’hui, ce n’était plus envisageable. Il y aurait des enquêtes, on relaierait l’information dans les journaux, à la télévision… Et la tranquillité des vampires serait mise à l’épreuve.

« L’enfermer n’arrangera pas les choses. Pas sur le long terme, en tout cas. Tu le sais aussi bien que moi. Tu te souviens de l’état dans lequel tu te trouvais après ta transformation. »

C’était comme mettre un animal sauvage en cage. Même si ça évitait le massacre, ça ne calmerait pas la faim de Raven. Adonis doutait fort qu’elle supporte très bien d’être privée de sortie, également. Enfermée, livrée à elle-même et contrainte de rester seule, elle finirait vite par avoir les nerfs usés. « Si tu ne fais rien, tu sais ce qui finira par arriver. », Annonça gravement le vieux grec. Un vampire qui ne pouvait pas se contrôler causait bien trop de soucis à la société. Au bout d’un moment, il fallait bien agir. De manière radicale. Adonis le savait parfaitement. Marvel le savait parfaitement. Malheureusement, si Raven n’arrangeait pas son comportement, elle serait vite concernée, et cela, personne ne le souhaitait vraiment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


ADMINISTRATEUR
Dieu de l'Orthographe ! 8D


The only heaven I'll be sent to is when I'm alone with you





Steal my life and make me yours
But hurry my dear
For I'm already bound to hell.





Célébrité : Aaron Taylor Johnson


Messages : 250


Date d'inscription : 05/03/2013




MessageSujet: Re: Dark was the night || Feat. Marvel Jenkins Mer 6 Aoû - 1:59


Dark was the night

Adonis, bien entendu, ne se fit pas berner par l'attitude nonchalante de Marvel. Il avait aidé plus de jeunes vampires que le barman n'en connaissait. Les dommages collatéraux n'étaient pas un secret pour lui et l'humaniste qu'il était souhaitait les éviter. Cependant, ce que peu de gens comprenaient, c'était que Raven se serait tuée s'il ne l'avait pas transformée et qu'il... Il ne voulait pas qu'elle meure, voilà tout ! Maintenant, il devait en subir les conséquences et l'aider à s'habituer à sa nouvelle nature mais il se moquait bien qu'une cinquantaine d'humains meurent dans le processus ! Si la moitié de la population New-yorkaise devait y passer, tant pis. Il sauverait Raven.

Ça, c'était ce qu'il se disait avant ; avant d'envisager qu'Heley se trouverait dans cette moitié sacrifiée de New York. Ou Morwyn, ou Kaithleen, ou Aaron (d'accord, c'était un vampire mais Raven s'intéressait à lui alors il n'était pas hors de danger). Et puis, il y avait tous les gens qui entouraient ces personnes, leurs amis, leur famille... Ça avait pris un certain temps mais, après un demi-siècle pratiquement dénoué de culpabilité, Marvel prenait conscience de ce que "suivre sa nature" impliquait. Il s'était senti incroyablement stupide quand tout cela l'avait frappé au visage et Morwyn n'était même pas là pour le faire boire et oublier.

Les récentes disparitions et les rumeurs sur les Blackwood n'amélioraient pas son morale...

« L’enfermer n’arrangera pas les choses. Pas sur le long terme, en tout cas. Tu le sais aussi bien que moi. Tu te souviens de l’état dans lequel tu te trouvais après ta transformation. »

Effectivement, ce n'était qu'une solution provisoire mais il devait réussir à la calmer avant de la laisser seule en présence d'êtres humains. Ce n'était pas comme s'il appréciait d'avoir une montagne d'énergie avec la mentalité d'une adolescente et la force d'un catcheur américain rôdant dans son salon. Pour le moment, il se pliait à sa volonté pour qu'elle évite de s'enfuir - même si cela impliquait les mêmes films d'action pratiquement tous les soirs, une tonne de poches de sang, des combats à deux heures du matin et tromper Heley de manière répétitives - mais il était conscient qu'elle se lasserait et retournerait explorer les bas fonds de la ville tôt ou tard. Il fallait simplement qu'elle prenne en considération la vie des autres au lieu de tous les voir comme des sandwichs sur pattes.

« Si tu ne fais rien, tu sais ce qui finira par arriver. »

Non. Non, il ne savait pas ce qui allait se passer en cas d'échec. C'était un palier qu'il n'espérait ne jamais franchir parce que si ça arrivait, il serait pris au dépourvu. Est-ce qu'ils devraient partir ? S'enfuir loin de la civilisation ? Raven ne s'adapterait pas au régime végétarien des vampires, pas assez vite en tout cas. Lui-même n'était pas sûr d'y arriver. S'ils devaient partir, il leur faudrait un approvisionnement régulier en sang et les hôpitaux étaient malheureusement pleins d'humains sans défenses. Personne n'accepterait de venir les nourrir au milieu de la forêt, sous terre ou en montagne. Ils n'avaient pas d'âge assez charitable sous la main. Et même si c'était le cas, combien de temps faudrait-il à la jeune vampire pour faire taire ses envies meurtrières ? Et si elle s'enfuyait pendant la nuit ? La perdre d'une telle manière, c'était signer l'arrêt de mort de dizaines de personnes, dont Raven. Elle riait à chaque fois qu'on lui parlait de loups-garous ou de chasseurs. Peut-être que si Adonis lui parlait, ça serait différent. Mais Malrvel ne voulait pas qu'il s'approche trop de sa protégée, qu'il sente l'odeur du sang sur ses lèvres comme sur ses vêtements, qu'il la juge trop sauvage, trop imprudente, trop égoïste. Son propre ego jouait également un rôle dans tout ça. Si le vieux vampire réussissait là où il avait échoué, il le vivrait très mal. C'était stupide, étant donné que la perte de Raven serait dix, cent fois plus horrible qu'une énième défaite face à son patron qui avait réponse à tout et ne s'énervait jamais, mais cette rancœur imaginaire restait là, dans un coin de son esprit.

Il fallait qu'il fasse quelque chose, oui. Il essaierait tout ce qu'il pourrait et si ça ne fonctionnait pas, il demanderait à Adonis de le seconder - et serait probablement obligé de faire la plonge et des services supplémentaires au bar en échange - mais il devait commencer par répondre à l'homme se tenant devant lui.

« Je vais tout arranger, ok ? Je vais peut-être, je dis bien peut-être, avoir besoin d'aide mais Raven n'attaquera plus personne. Je te le promets. »

La cigarette pratiquement terminée lui brûla les doigts et Marvel la lâcha sans rien dire. Encore une différence notoire entre la jeune vampire et la créature de la nuit qu'il était devenue : elle n'était pas habituée à la douleur. Que ce soit la soif où les blessures résultant des combats, elle réagissait au quart de tour et se vengeait dès qu'elle le pouvait. Il sevrait de victime quand il était là mais, livrée à elle-même, la jeune femme était capable de tuer un enfant au milieu d'une foule de gens simplement parce que l'odeur du sang la gênait. C'était quelque chose que le temps guérissait. En l'enfermant, Marvel espérait gagner assez de temps pour qu'elle cesse de se comporter ainsi. Si elle sortait avant d'en être capable...

« Si les choses tournent mal, je l'arrêterait avant qu'elle ne fasse du mal à quelqu'un. Je ferais ce qu'il faut. Pas comme... Enfin, tu sais. » dit il, un geste vague de la main accompagnant ses paroles.

Pas comme Elena Danenerys Standford. Marvel ne connaissait même pas son nom en entier, et il s'en moquait. Cette folle était sortie de sa vie à jamais. D'accord, c'était bizarre qu'elle se soit fait mordre par celui qui était aujourd'hui son patron mais il n'avait jamais repris contact avec elle depuis leur dernière dispute et il ne le ferait sans doute jamais. Raven pouvait être sauvée, elle était jeune, elle ne savait pas ce qu'elle faisait. Elena était parfaitement consciente de ses actes. Ça, Adonis ne semblait pas le voir mais tant pis. Si le dénis le rendait heureux alors Marvel n'allait pas interférer.

En ce qui concernait la jeune buveuse de sang, même s'il l'avait en quelques sortes promis, le vampire n'était pas sûr de pouvoir la tuer le moment venu. Parce que c'était ça, la solution finale. Si la rédemption était impossible, la tueuse sans remords qu'elle était devrait être mise hors d'état de nuire. Marvel n'avait aucune envie d'aller aussi loin. Il l'avait transformée pour qu'elle vive. D'ailleurs...

« Ça t'es déjà arrivé d'échouer ? Est-ce que l'un de tes protégés a déjà dépassé les limites de l'acceptable ? »

Sa voix restait un peu légère, les discutions sérieuses n'étant pas son point fort, mais son regard ne fuyait plus celui du professeur. C'était déjà ça. Ne plus être la cible de la conversation l'aiderait peut-être à trouver une solution miraculeuse. Et puis, écouter Adonis c'était comme lui demander de l'aide sans qu'il le sache...

_________________

Chaotic Neutral
What is a man but the sum of his memories ? We are the stories we live ! The tales we tell ourselves ! (Clay Kaczmarek) ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Célébrité : Lee Pace


Messages : 32


Date d'inscription : 17/06/2014




MessageSujet: Re: Dark was the night || Feat. Marvel Jenkins Sam 9 Aoû - 19:51


Dark was the night

« Tu auras besoin d’aide. De mon aide. Et je t’aiderai. »

Peut-être ? Non. C’était certain. Il allait avoir besoin d’aide. Adonis le voyait, le sentait. Et il était prêt à l’aider, quoi qu’il arrive. Plus pour Marvel que pour Raven, car il s’était malgré lui pris d’affection pour son élève, qu’il considérait un peu comme un fils turbulent. Il savait que le jeune vampire serait bouleversé, s’il arrivait quelque chose de grave à sa fille. Adonis craignait que Marvel ne fasse quelque chose de stupide sous le coup du chagrin ensuite, qu’il se laisse de nouveau aller à ses pulsions, quelque chose du genre… De toute façon, le vieux grec était toujours prompt à aider les jeunes vampires. Dans toute sa vie, il avait connu des cas pires que ça, de véritables bêtes sauvages, des montstres incontrôlables… Parfois même, il n’avait rien pu faire malgré ses efforts. Parfois, il avait dû être radical et éliminer le vampire en question, toujours à regrets. Il n’avait jamais vraiment aimé tuer, même s’il égtait doué pour. En tant que vampire, il était conçu pour la chasse, pour le meurtre. Il l’avait compris dès sa création, et tous les vampires le comprenaient très rapidement. Raven le savait également. Et justement, ce pouvoir, cette puissance, souvent, menait à la perte. Marvel lui promettait qu’il arrêterait Raven avant qu’elle ne fasse du mal à quelqu’un. Qu’il ferait ce qu’il fallait. Pas comme… Comme Lady Daenerys. Adonis pinça les lèvres, le visage aussi fermé qu’une porte de prison. L’évocation de la vampire, même si on avait tut son nom, le rendait toujours un peu sombre. Il se sentait malade de chagrin à ressasser ses souvenirs.

« Oui. Je sais. »

Il avait ce pincement au cœur terrible, douloureux, insupportable. Daenerys. Danerys qu’il avait aimée, chérie. Qu’il avait transformée. Il n’avait jamais voulu croire qu’elle tuait consciemment, qu’elle avait choisi sciemment cette voie du sang et de la bestialité. Il refusait de penser qu’elle savait vraiment ce qu’elle faisait. Penser qu’elle avait renoncé à son humanité le chagrinait trop. Il préférait se retrancher dans un déni total alors même qu’il n’osait plus lui parler. Ça lui permettait d’éponger un peu sa peine. Il en deviendrait fou de tristesse, sinon. Jamais, de toute sa vie, il n’avait éprouvé autant de regrets. Et une vie de regrets, ce n’était même pas une vie. Adonis se sentait un peu injuste de blâmer à ce point le comportement de Raven et de fermer les yeux à propos de Daenerys. S’il envisageait déjà l’élimination radicale de la jeune fille de Marvel, jamais, ô grand jamais il n’autoriserait qu’on touche à un seul cheveu de Daenerys. C’était complètement égoïste et totalement injuste, et le vieux grec s’en voulait un peu de penser de cette manière. Seulement, il ne pouvait pas s’en empêcher. Il tenait trop à sa fille et d’ailleurs, la situation était bien différente. Elena était bien plus âgée que Raven, bien plus dangereuse et bien plus puissante. On ne pouvait pas envisager de l’éliminer de la même manière. La question qui suivit fit légèrement tressaillir Adonis. Il n’aimait pas vraiment la tournure que prenait la conversation. Il était là pour sermonner Marvel, à la base, et voilà qu’il venait à s’épancher sur ses fautes passées.

« Ça m’est déjà arrivé, oui… J’étais probablement trop jeune pour vraiment prendre soin d’un enfant vampirique. » Soupira doucement le vieux grec, n’aimant pas vraiment revenir sur ces graves erreurs qu’il avait pu faire dans sa vie. « Il était instable, violent. Je n’ai pas réussi à l’empêcher de commettre l’irréparable. »

L’irréparable, c’était un meurtre, un carnage, une scène sanguinolente laissée à la vue des humains. C’était un accident qui laissait une plaie béante dans le cœur de l’entourage des victimes. C’était une erreur que Adonis aurait pu empêcher, s’il avait pris son rôle de ‘père’ plus au sérieux. Ça lui avait servi de leçon, en tout cas. Adonis n’avait jamais oublié et n’oublierait jamais. Il n’avait plus jamais commis la même erreur et c’était pour cette raison que le cas de Raven lui importait autant. L’accident du blessé retrouvé près du bar était comme un signal d’alerte. Dans un sens, Marvel avait raison, personne n’était mort, ce n’était pas si grave que ça, mais pour Adonis, il s’agissait du calme avant la tempête. Si Raven était capable de ça, pourquoi ne serait-elle pas capable de pire ? Et avec le pire viendrait l’irréparable. Puis avec l’irréparable… Le visage d’Adonis se fit plus sombre. Il plongea son regard gris dans celui de Marvel. Ils savaient tous les deux aussi bien l’un que l’autre ce que la jeune vampire risquait.

« J’ai dû agir. Il était perdu. Je ne peux pas dire que je n’ai pas essayé d’arranger les choses, pourtant. »

Il haussa brièvement les épaules, avec une certaine indifférence dans les yeux. Même si l’idée d’éliminer un vampire trop instable qui constituait un cas désespéré l’attristait, il savait que c’était la meilleure chose à faire. Après tout, il s’agissait de la vie de dizaines d’humains contre la vie d’un petit vampire. Le choix était vite fait. Une vie valait une vie. Celle d’un vampire ne valait pas plus parce qu’ils étaient immortels. Pour tout dire, Adonis ne faisait pas la différence entre humains et vampires, à ce propos. Il ne se sentait pas supérieur à eux parce qu’il se nourrissait de leur sang et possédait de grands pouvoirs. Il était simplement… différent. Le vieux grec passa la main dans ses cheveux, préférant chasser toutes ces réflexions dans un long souffle.

« Mais là n’est pas la question. Que prévois-tu de faire avec Raven ? », S’enquit-il d’un air impénétrable.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


ADMINISTRATEUR
Dieu de l'Orthographe ! 8D


The only heaven I'll be sent to is when I'm alone with you





Steal my life and make me yours
But hurry my dear
For I'm already bound to hell.





Célébrité : Aaron Taylor Johnson


Messages : 250


Date d'inscription : 05/03/2013




MessageSujet: Re: Dark was the night || Feat. Marvel Jenkins Lun 11 Aoû - 19:44


Dark was the night

Oui, évidemment. Marvel avait espéré que, peut-être, il existait une solution miracle mais Adonis avait bel et bien été contraint de tuer un autre jeune vampire. Génial. Heureusement qu’il n’était pas au courant pour les autres victimes de Raven. Il avait encore le temps d’arranger les choses avant que le Grec ne la condamne à mort. Ce n’étaient que trois humains, seulement trois ! Que valaient trois courtes vies humaines face à un immortel vampire ? Il y avait des milliards d’humains sur Terre, trois de plus ou de moins…

« Mais là n’est pas la question. Que prévois-tu de faire avec Raven ? »

Aaaaah, ça c’était exactement la question que le brun essayait d’éviter. Evidemment, il voulait aider Raven mais il n’avait pas la moindre idée de comment y parvenir… Sa seule expérience en la matière ayant été sa cauchemardesque captivité aux côtés d’une sociopathe qui n’en avait que faire des humains, il se voyait mal l’utiliser pour la jeune vampire. Ensuite, il y avait Aaron qui semblait comme un poisson dans l’eau au milieu d’une foule d’humains. Peut-être détenait-il la solution à son problème. Shawer était coincé dans sa phase sanguinaire et donc d’aucune utilité. Il y avait toujours la raison qui l’avait poussé lui-même à considérer les humains. Deux ou trois sacs de sang comme amis et elle réfléchirait à deux fois avant de vider le prochain qu’elle croiserait, non ? Malheureusement, si quoi que ce soit de vivant entrait dans le champ de vision de la brune, elle risquait de ne pas lui laisser le temps de parler. Un maï ou un sorcier pourrait faire l’affaire… Quant à son imprudence, rien n’allait l’empêcher de chercher des noises aux loups garous hormis une confrontation avec un spécimen en chair et en os. Elle se débrouillerait toute seule pour cela. Il ferait en sorte que Drake ne soit pas le premier lycan qu’elle rencontre, rien de plus.

Une chose était sûre, il ne pouvait accepter l’aide d’Adonis. Aaron ne tuerait jamais Raven. Ce n’était pas un assassin. Son très cher patron, par contre, venait d’avouer l’avoir déjà fait donc pas de compte rendu auprès du professeur d’université. Niet, nada, nein ! Raven se portait très bien, peignait des fleurs sur les murs de sa chambre et communiait avec ses amis les animaux dans la paix la plus totale.

« Elle était humaine il y a deux mois, elle a encore une conscience. Il faut seulement que son côté humain prenne le dessus. Si je la laisse en contact avec des humains, sans arrêter de la surveiller pour autant, ça devrait le faire. »

Ce n’était pas tout à fait la vérité mais pas un mensonge non plus. De son vivant, elle n’était pas du genre à étrangler des chatons ou à noyer le chien des voisins mais les mots altruiste et aimante ne lui correspondaient pas vraiment. Droguée, friande de bagarres et ivrogne sur les bords, elle était sans doute le pire candidat au vampirisme après Hitler et Mussolini. Et elle considérait les humains comme inférieurs… Mais il avait une stratégie imaginaire à consolider avant de penser à cela.

« Si je la chaperonne trop, je connais un autre vampire to-ta-lement pacifiste qu’elle apprécie presque plus que moi ET qui sait comment s’approvisionner régulièrement en poches de sang. »

Il écrasa la cigarette qui avait continué à brûler sur le sol. C’était idiot de s’attacher à cette habitude datant de sa vie humaine mais il ne pouvait s’en empêcher. L’idée d’avoir une addiction le rendait plus humain, plus vivant. Et plus faible, dans un même temps, mais la faiblesse le rendait moins intéressant pour les vampires du type de Jared et moins menaçant pour les loups stressés à l’approche de la pleine lune. Il adoptait la technique d’Adonis, il disparaissait. Raven n’était pas d’accord mais il se fichait de son avis, c’était sa vie - et il voulait contrôler celle de la jeune femme, ouais, il était complétement hypocrite.

« Comme elle se sent souvent inutile et que ça l’énerve, je lui ai dit qu’elle m’aiderait en même temps à m’en tenir au sang prélevé par les humains, loin des jugulaires. Elle a eu l’air d’apprécier. »

Ça, ce n’était pas un mensonge. Enfin, il avait vraiment prononcé ces mots, donc il disait actuellement la vérité, mais il n’essayait absolument pas de se nourrir uniquement avec des poches de sang. Une de temps en temps devant Raven, oui, mais ça s’arrêtait là. Qui sait, s’il réussissait à berner le vieux vampire, ce dernier pourrait se contenter de ses explications et le laisser retourner travailler. Les détecteurs de mensonge habituels ne fonctionnaient pas sur les morts-vivants. Pas de pouls qui s’accélère, pas de pupilles qui se dilates, pas de sueur au niveau de la nuque, pas de tics nerveux. Une vraie statue.

_________________

Chaotic Neutral
What is a man but the sum of his memories ? We are the stories we live ! The tales we tell ourselves ! (Clay Kaczmarek) ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Célébrité : Lee Pace


Messages : 32


Date d'inscription : 17/06/2014




MessageSujet: Re: Dark was the night || Feat. Marvel Jenkins Mer 13 Aoû - 2:23


Dark was the night

Adonis semblait peu convaincu mais il essayait de faire confiance à Marvel. Il avait probablement raison. Raven était sûrement encore un peu humaine, au fond. Elle avait probablement ce reste d’humanité qui l’empêcherait de sombrer. Il avait envie d’y croire, comme il croyait dur comme fer que Daenerys reviendrait à la raison. Il avait envie d’y croire pour tous ces humains qui risquaient fort de mourir sous ses crocs en croisant son chemin. Il avait envie d’y croire pour que Marvel ne l’ait pas transformée pour rien. Adonis craignait que la sauvagerie de cette fille ne finisse par attirer l’attention de mauvaises personnes. Il savait déjà que Jared avait été un peu intéressé par l’instabilité de Marvel et ça ne lui avait pas plu du tout. Ce vampire avait le chic pour déceler le pire chez les gens et le transcender en quelque chose de vraiment mauvais. Si Adonis était le chevalier blanc des vampires, alors Jared était en quelque sorte son opposé. Le vieux grec s’entêtait à prendre soin des jeunes âmes perdues tandis que l’ex-soldat, lui, les perdait dans quelque chose de plus sombre encore qu’il s’amusait à appeler son armée. C’était ridicule, effrayant et dangereux. Enfin. Marvel prétendait connaître les bonnes personnes, entre autre, un vampire capable de le fournir en poches de sang pour la dangereuse Raven. Adonis arqua un sourcil avant de doucement hocher la tête. Ça semblait un bon début et il espérait vraiment que tout cela fonctionne.

« Très bien. Si tu le dis. Si ça peut t’aider en même temps, alors je ne demande pas mieux. »

Il s’arrêta un instant de le regarder en redressant le menton, les yeux rivés sur la porte de la réserve. Avant même que quelqu’un n’entre, il se dirigea vers une petit caisse contenant quelques bouteilles de vin et au moment-même où un employé du bar poussait la porte, il la lui tendit. On ne trompait son ouïe de vampire, et surtout, il refusait qu’on le dérange quand il était en pleine conversation avec son poulain. Il claqua aussitôt la porte, faisant bien comprendre qu’il se refusait à la moindre intervention de plus. Il n’en avait pas encore fini avec Marvel. Le jeune vampire avait l’air persuadé de gérer la situation. Une si grande confiance, cela pouvait être rassurant, mais Adonis connaissait trop bien Marvel pour s’en contenter. Malheureusement, il ne connaissait pas bien la jeune Raven, et ne savait pas de quoi elle était capable. Il se doutait que son père tentait de la protéger et de dédramatiser la situation, mais entre l’indifférence de Marvel et ses propres craintes, Adonis ne savait plus trop à quoi se fier. Il allait visiblement devoir apprendre à lui faire confiance. Nul doute qu’il ouvrirait l’œil de son côté. Il ne laisserait pas le moindre cadavre joncher les sols des rues juxtant son bar. Il savait que beaucoup de vampires constituaient sa clientèle et il savait aussi que les quelques humains qui s’aventuraient au Bloody Fangs servaient souvent de dîner, mais la règle était claire et bien connue des clients ; pas de mort, pas de corps, et surtout pas près du bar. Adonis tenait à ce que son affaire tourne bien et ce, pour longtemps encore. Un scandale pourrait tout faire tomber en miettes, il refusait qu’une chose pareille arrive.

« Raven a intérêt à bien se tenir. Crois-moi, je serai au courant très vite si quelque chose arrive. Prends bien soin d’elle. »

Adonis ne savait pas trop ce qu’il attendait de lui. Une promesse ? Un simple ‘oui’ ? En fait, il savait que Marvel ne pourrait pas avoir le total contrôle de la situation. Les jeunes vampires étaient souvent trop instables. Même s’il parvenait à amadouer la douce Raven, le contrôle ne serait jamais total. Quand Adonis y pensait, il avait eu une sacrée chance avec Daenerys. En un an à peine, la belle avait réussi à se contrôler et reprendre le contrôle de ses instincts, ce qui était exceptionnel pour un vampire. Adonis lui-même n’avait pas eu à faire grand-chose pour l’aider. Daenerys avait été époustouflante et incroyable. Il ne pouvait que deviner la frustration de Marvel à ne pas pouvoir brider les humeurs de Raven. Le pauvre poulain devait se sentir impuissant, même s’il prétendait le contraire. Cependant, Adonis ne comptait pas se montrer plus tendre avec lui. Il aimait trop les humains pour se montrer laxiste avec la jeune vampiresse. Il tenait à la vie du moindre humain, qu’il soit bon ou non. En trois mille ans de vie – ou plutôt, de non-vie – le vampire avait appris à chérir la moindre existence. Chaque vie était précieuse, que ce soit celle d’un vampire ou d’un humain. Le regard gris du vieux grec resta rivé sur Marvel. Il le fixa longuement, comme cherchant à déceler le moindre indice qui le mènerait sur la piste d’un mensonge. Mais Marvel était immobile, impeccable, impassible. Adonis ne semblait pas pouvoir en savoir plus en lisant ses traits aussi figés que ceux d’une statue. C’était plus facile, chez les humains. Il fronça très légèrement les sourcils, presque imperceptiblement – Adonis se mettait rarement ostensiblement en colère.

« Tu n’as rien d’autre à me dire ? », Tenta-t-il avec détachement en espérant que le jeune vampire lui avoue des faits qu’il aurait pu taire. « Si j’apprends la moindre erreur, le moindre accident de la part de Raven, si j’apprends qu’un humain a payé les frais de son manque de contrôle, crois-moi, Marvel, je cesserai de te sermonner pour agir. »

Il était peut-être un peu dur. Peut-être trop sévère. C’était une sacrée menace que celle qu’il venait de proférer, mais Adonis ne voulait pas risquer la vie de plusieurs humains pour celle d’un vampire. Ce serait injuste. Dans la vie, il fallait faire des choix. Des choix parfois cruels. Choisir de maintenir un vampire en vie sous risque que ce dernier ne tue accidentellement ou même volontairement d’innocents mortels. Ou choisir d’éliminer un jeune monstre instable, dangereux afin de sauver la vie de plusieurs humains. Adonis serra les poings. Le choix était plus cruel pour Marvel car il s‘agissait de sa fille vampirique. D’un côté, il se prenait de pitié pour son pauvre poulain qui n’avait jamais demandé à ce que sa fille soit aussi incontrôlable. D’un autre, il ravalait sa compassion pour penser au bien des humains. Adonis aimait profondément ses semblables mais savait reconnaître une situation désespérée là où il en entrevoyait une. Si Raven ne changeait pas très vite, elle serait vite perdue. Comme… Comme Daenerys, faillit-il penser. Il pensa à ce qu’il ressentirait si un autre que lui s’en prenait à sa fille et il sentit sa mâchoire se tendre.

« Ou tu agiras. Prends tes responsabilités, Marvel. », Se reprit-il tout de suite après.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


ADMINISTRATEUR
Dieu de l'Orthographe ! 8D


The only heaven I'll be sent to is when I'm alone with you





Steal my life and make me yours
But hurry my dear
For I'm already bound to hell.





Célébrité : Aaron Taylor Johnson


Messages : 250


Date d'inscription : 05/03/2013




MessageSujet: Re: Dark was the night || Feat. Marvel Jenkins Mer 10 Déc - 17:33


Dark was the night

Le regard d'Adonis était sérieux et froid, presque effrayant. Le plus jeune perdit directement son attitude nonchalante pour passer sur la défensive. Il se surprit lui-même à imaginer devoir choisir entre Raven et son patron millénaire. Il s'était toujours considéré comme un lâche mais, s'il le devait, il n'hésiterait pas à défendre la jeune immortelle au péril de sa vie alors qu'il n'avait absolument aucune chance d'en ressortir vivant. Bien sûr, il n'agirait ainsi uniquement si Adonis lui voulait du mal sans raison, ce qui n'arriverait jamais.

« Tu n’as rien d’autre à me dire ? Si j’apprends la moindre erreur, le moindre accident de la part de Raven, si j’apprends qu’un humain a payé les frais de son manque de contrôle, crois-moi, Marvel, je cesserai de te sermonner pour agir. » Là, Marvel avait envie de s'énerver. Bien sûr, l'autre vampire n'avait rien à craindre de lui mais, bon sang, il jouait avec sa patience. Ce qu'il disait lui faisait mal ! Vraiment mal. Il savait que Raven était au bord du gouffre et qu'à la moindre erreur, il faudrait la tuer, il le savait ! En tant que "sauveur" et mentor, n'était-il pas sensé le faire garder espoir ? On aurait dit qu'il l'avait déjà condamnée alors qu'elle était tranquillement dans sa chambre, seulement deux étages au-dessus d'eux, à regarder des dessin animés ou des films d'horreur. Oh, il n'avait pas fini de parler : « Ou tu agiras. Prends tes responsabilités, Marvel. »

Cette phrase, cette menace, aurait dû le mettre hors de lui mais le ton du vampire millénaire fit disparaître cette idée de la tête du brun. Il se sentait pratiquement calme. Sans raison apparente, il pensa à Heley. Rien de bien important, juste son visage. Peut-être avait-il raison de se méfier autant de la jeune vampire, peut-être la vie de quelques alcooliques sans famille avait de l'importance. Il emmagasinait trop d'informations, c'était mal. Marvel se savait très influençable et l'expérience de son interlocuteur lui donnait des arguments percutants. Il devait mettre fin à cette conversation pour y repenser plus tard, changer de sujet ou fuir, mais faire quelque chose !

Il inspira et prit le plus d'assurance qu'il put : « Je peux gérer. J'ai... Une amie qui m'aide. S'il faut agir, je péterai pas les plombs. Tu as ma parole. » Il marqua une pause, ravalant sa fierté. La gratitude était toujours récompensée, il le savait. « Et merci de me laisser essayer. » La tension avait diminué, heureusement ; et même les battements de cœur affolés des clients qui commençaient à boire plus que de raison n'étaient pas suffisants pour lui donner soif. Dire que quelques mois plus tôt, il devait fuir dès que quelqu'un se coupait le doigt sur un morceau de verre cassé. Adonis était doué. Est-ce qu'il s'en rendait compte ?

Le barman releva la tête, l'esprit plus clair - plus vide. Il mettrait tout ça à plat quand il serait seul et tenterait d'expliquer la situation à sa colocataire improvisée. « Je peux retourner travailler, maintenant ou il te faut autre chose ? » Il avait fait de son mieux pour ne pas avoir l'air agressif.


_________________

Chaotic Neutral
What is a man but the sum of his memories ? We are the stories we live ! The tales we tell ourselves ! (Clay Kaczmarek) ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Dark was the night || Feat. Marvel Jenkins

Revenir en haut Aller en bas

Dark was the night || Feat. Marvel Jenkins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Fb] Dark side of universe (feat Makkura S. Akuma)
» Une longue nuit au Heaven's Night Feat Shinji
» In the Dark of the Night (MOPANGO)
» you took my hand through the night (feat Siwiwi)
» In the dark of the night || Eli

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moonlight Rises ::  :: Bronx :: Bars & Restaurants :: Le Bloody Fangs-