Bienvenue sur Moonlight Rises !
N'hésitez pas à participer à l'évènement d'horreur !
FORUM DÉCONSEILLÉ AUX MOINS DE 16 ANS
Merci de privilégier les loups-garous, vampires et chasseurs pour avancer le contexte actuel !
De nombreux Postes Vacants & Scénarios sont très attendus !

Partagez| .

Difficile d'oublier sa soeur quand on voit son reflet dans le miroir...Harper Gallagher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar


I'ma break these chains, ran through the rain. Never looked back, never quit, worked through the pain. This blood in my veins run cold when I hate Give enough to keep sane but I never lose hope. This is my time now, no time for tears to celebrate




Célébrité : Kathryn Prescott


Messages : 20


Date d'inscription : 28/08/2014




MessageSujet: Difficile d'oublier sa soeur quand on voit son reflet dans le miroir...Harper Gallagher Jeu 28 Aoû - 14:41


   
Lucia Harper Gallagher


   
Harp ▬ Loup-garou ▬ 20 ans ▬ Américaine ▬ Artiste peintre ▬ neutre ▬ Loup solitaire  ▬ Kathryn Prescott


   
This is how I look
    Miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle personne sur terre
   
Ma plus grande particularité était d'avoir une autre personne à mon image, ma soeur jumelle. Il était difficile de nous différencier, mais nos parents disaient qu'on avait un regard différent, surement que le mien exprimait cette sensation d'enfermement et de prison quand ils m'empêchaient de sortir, mais ça, c'était avant, tout changea après la mort de notre père. J'ai des yeux marron très expressif et je m'amusais plus jeune à me faire beaucoup de teintures surtout dans la variante du rouge, à présent, je laisse plus facilement ma couleur naturelle, le brun. J'aime porte des vêtements colorer, simple et souvent chaud, j'ai même l'habitude de toujours me balader avec mon sac à dos remplit de vêtements, on ne sait jamais quand on doit prendre la fuite. À cause de mon boulot, j'ai souvent de la peinture sur le bout des doigts, quand ce n'est pas sur le visage, je porte aussi des gants, car j'ai toujours peur de tomber en contact avec de l'argent, cela n'a pas que des avantages d'être loup-garou. Bon après si vous me demandez de me décrire quand je me transforme, je pourrais simplement dire que je ne me suis jamais regardée dans un miroir sous cette forme, mais pour en avoir vu, ça n'a rien de très charmant, loin d'un mignon petit loup qu'on voudrait câliner.
 




   
This is how I think
   Tout le monde est différent. Mais moi, je suis encore plus bizarre que tout le monde
   
On pourrait facilement me décrire comme une peste égoïste, je préférais sans doute le mot rebelle. J'ai toujours eu un esprit contradictoire, donnez-moi un ordre, je fais le contraire. Ce petit défaut aurait pu passer en grandissant, mais ma vie fait que c'est devenu mon seul moyen de survivre. Quand on vit dans la rue ou en prison, il y a des lois à respecter, ne faire confiance en personne, j'avais confiance quand ma soeur, les plus forts règnes, par change on a toujours réussi à se défendre, même si contrairement à ma soeur, je gardais plus souvent mon calme, oui cela aurait fait mauvais effet de me transformer. Enfin, je me contrôle à présent, même quand je suis sous la forme loup, l'avantage d'être née ainsi. Avant la mort de Libby, je ne pensais qu'à nous, à présent, je ne pense qu'à moi, je me fiche de savoir ce qui se passe chez le voisin et je ne suis pas du style à venir secourir une personne innocente, si elle voulait s'en sortir, elle aurait dû apprendre à se battre. J'ai un bon sens de l'observation ce qui m'aide beaucoup dans mon travail, oui, je fais des peintures dans les rues de New-york, des gens viennent souvent me demander des portraits, même si je dessine vraiment de tout. Je ne suis pas très cultivée pour la simple raison que j'ai arrêté l'école à l'âge de douze ans, alors savoir les présidents des États-Unis, les détails sur la guerre mondiale, la science... Enfin hormis en peinture, je suis à la masse dans tous les autres domaines, par contre je peux survivre à la rue, je sais voler, rentrer en douce dans des maisons. Cela peut compter en talent, non ?
 




   
This is how I lived
    C'est mon passé, mon histoire, mon vécu, mes aventures

   


Je peins tous les paysages qui m'inspirent, tous les portraits qu'on me demande, tout ce qui me traverse l'esprit, mais surtout, je peins son visage, son visage qui ressemble tant au mien, ce visage qui me manque même si je le vois chaque jour dans le miroir. Elle était mon identité, mon coeur, on était semblable et différente à la fois, elle était ma soeur jumelle, Libby. Nous sommes nées à Nederland, au coeur du Colorado, une grande ville forestière près des montagnes rocheuses, mon père était l'alpha de la meute Gallagher, marié à une simple humaine, vous pourriez trouver ce mot dur, mais quand vous connaîtrez toute mon histoire vous comprendrez que je ne peux pas respecter ma mère, ni même personne.

J'ai passé mon enfance protégée dans une certaine bulle, contrairement à ma soeur j'avais héritée du gène de mon père, j'étais née loup, à chaque pleine lune, je me transformais. C'était tellement effrayant de perdre le contrôle, mes débuts furent difficiles, je n'acceptais pas ma différence, j'étais sans arrêt surveillé, mon père me trouvait trop impulsive, je devais en plus apprendre à contrôler mes émotions, à être sa fille parfaite qu'il voyait déjà un jour devenir le chef de la meute. J'étais destinée à ne jamais quitter le Colorado et cela ne me gênait pas tant que j'avais Libby à mes côtés, certes, elle était née humaine, mais elle restait la moitié de mon âme, la seule qui avait de l'importance pour moi.

Tant que nous étions toutes les deux, rien ne comptait, je n'avais que très peu d'amis à l'école et si j'étais invitée dans d'autres familles hormis ceux qui faisaient partie de la meute, j'avais interdiction d'y aller. À cette époque, ma mère était mon modèle, j'aimais la façon dont elle soutenait mon père, je m'étais toujours dit que sa place dans la meute ne devait pas être facile et j'appréciais son courage à se tenir à son rôle, les humains étaient nos amis,toute façon, il y avait intérêt ma soeur en était une.

Nous étions comme des princesses, de sales petites princesses, plus on grandissait plus désobéir aux lois semblaient primordiales, je savais me contrôler à présent et je n'avais plus peur de me transformer à chaque crise émotionnelle. Comme nous étions heureuses, main dans la main, à courir à travers la forêt, choyer par nos parents qui nous pardonnaient tout.

Douze années à vivre dans l'insouciance, on se sentait intouchable, je me sentais surpuissante. Ce soir-là, nous avions ordre de rester à la maison, ma mère avait été très claire à ce sujet, mais c'était mal nous connaitre, de caractère contradictoire, j'incitais ma soeur d'aller au repère de la meute, je voulais lui montrer un beau paysage que j'avais découvert et ce ne fut pas le beau de spectacle à lequel je m'attendais. Des cris s'élevaient dans la forêt, deux loups-garous, dont un que je reconnaissais comme mon père, se battaient, nous avions tellement peur, personnes ne s'interposaient, puis notre père s'écroula se transformant en humain, il était mort. Là, on croisa le regard de notre mère, paniquée, elle nous ordonna de courir, surement qu'elle s'attendait qu'on rentre à la maison, d'autres cris résonnèrent, ma soeur et moi continuions de courir et nous étions sûrs que notre mère avait rejoint notre père dans la tombe.

La fuite devint notre quotidien, il nous fallait survivre, au froid, à la faim et tant de choses qu'on ne s'imagine pas quand on vit en sécurité dans une belle maison avec des adultes. Devoir se façonner seul, nous a éloigné des autres, comme un fossé avec le reste du monde. Plus d'école, plus de lois, on pourrait se dire que c'est une vraie liberté, mais celle-ci avait un prix, je pense que je n'ai jamais eu autant peur que la première année passer dans la rue. On se perfectionna au vol dans les maisons pour pouvoir manger, à se battre contre ceux qui nous attaquaient, il fallait aussi trouver des lieues plus lugubres les uns que les autres, pour dormir et être à l'abri du mauvais temps et surtout pour me cacher les soirs de pleines lunes. Nous n'étions plus des princesses, nous étions devenues des hors-la-loi.

Les deux années qui suivirent, nous avions parcouru les États-unis, on ne restait jamais très longtemps au même endroit, pour la simple raison qu'on ne s'attachait à personne, qu'on estimait avoir besoin de personne pour survivre, mais un jour, en pleine hiver, Libby tomba malade, le froid avait été le plus fort, la neige était partout, la nuit, je me transformais pour qu'elle se colle contre moi, mais cela me fatiguait, je devais trouver un moyen de la soigner. On réussit à arriver dans une ville où se trouvait une pharmacie, après avoir volé un pistolet dans une des maisons, ma soeur et moi, pénétrèrent dans la boutique pour récupérer des médicaments, nous n'avions pas fait gaffe que le propriétaire se trouvait là. Il ne me quittait pas des yeux, moi qui tenais l'arme tandis que Libby prenait des médicaments. En un fragment de seconde tout bascula, l'homme me sauta dessus, il voulait récupérer l'arme, j'aurais pu me transformer, perdre mon sang-froid, mais la peur de le tuer fut la plus forte. Pendant notre combat, je lâchais le pistolet, et d'un coup, un coup de feu fit son apparition, je ne lui avais pas tiré dessus, il ne m'avait pas tiré dessus, c'était ma soeur qui lui avait tiré dans l'épaule. Tout se passa si vite, les flics arrivèrent, l'interrogatoire fut si long, je ne disais rien hormis que je voulais voir Libby. La solitude me pesait, avant qu'il me ramène à Libby dans cet endroit qui deviendrait notre nouvelle maison, une prison juvénile.

Le monde en prison était encore plus dur que la vie dans la rue, les brutes faisaient la loi, pensant pouvoir nous faire plier à leur volonté, mais c'était mal nous connaitre, ma soeur devint nos muscles, je ne voulais surtout pas m'énerver et me transformer, je devais être prudente. Très vite les gens se mirent à éviter Libby par peur, certaine des filles préféraient encore se mettre sous ses ordres, elles pensaient surement être protégées, mais ma soeur ne pensait qu'à nous, tout comme moi. Le monde extérieur me manquait, j'étais comme un loup dans un zoo, je n'avais pas assez d'espace pour me défouler, pour être moi-même. Durant chaque période de pleines lunes, je déclenchais des bagarres, seulement pour qu'on m'envoie en isolement, c'était difficile à supporter d'être éloigné durant des jours de ma soeur, mais c'était le seul moyen de me transformer en toute tranquillité. Tandis que la nuit, le loup griffait tous les murs à la recherche d'une sortie, la journée, je dessinais sur un vieux calepin, c'est en isolement que je découvris mon talent, je dessinais souvent la forêt de notre enfance, les différentes expressions des autres prisonnières, très vite cette passion m'envahit à tel point que je rejoignais le club de peinture de la prison.

Il ne fallait pas croire que la prison m'avait éloigné de Libby, non, elle restait mon sanctuaire, celle sur laquelle je me reposais et dont je puisais les forces pour arriver à supporter ces enfermements. C'est vrai qu'ici, on était au chaud, on avait à manger, cela me prouvait bien qu'on ne pouvait pas tout avoir et je préférais être libre qu'au chaud. On sortit à 18 ans, au bout de trois ans de prison, il n'y avait personne pour nous accueillir à l'extérieur, mais on retrouvait notre liberté. La première chose que je fis fut de me transformer pour courir dans la forêt. Je pensais que plus rien ne pourrait nous arriver, qu'on avait la vie devant nous.

Pourquoi New-York ? Je ne me souviens plus de ce qui nous avait poussé à rejoindre cet endroit, mais cette ville était un bon moyen de tout recommencer à zéro, l'une avec l'autre. Très vite nos vieux démons refirent leur apparition, l'adrénaline du vol nous avait trop manquées pour arrêter, puis trouver un travail, c'était hors de question, on voulait profiter de la vie, s'amuser et penser qu'à nous. Je continuais à peindre pour passer du temps, tandis que Libby s'occupait à faire, je ne sais quoi, elle me parlait souvent d'une jeune femme qu'elle avait rencontrée, je lui disais qu'on ne pouvait avoir confiance en personne, qu'on se suffisait l'une à l'autre, deux corps pour une âme.

Ce soir-là, ma vie bascula, alors qu'on volait une maison comme à notre habitude, tout tourna mal, Libby se fit tirer dessus, j'étais sûre que c'était le propriétaire de la maison, qui d'autres cela pouvait être ? De toute façon, je n'avais pas le temps de m'occuper du tireur, je devais sauver ma soeur. Alors que je la conduisis dans la ruelle proche de la maison, elle s'écroula et je la pris dans mes bras pour qu'elle ne soit pas seule, il y avait tant de sang, je lui disais de respirer, j'appelais au secours pour que quelqu'un vienne nous aider. Mais personne, je ne pouvais pas la laisser seule, quand elle ferma les yeux, je la secouais pour la faire réagir de plus en plus rapidement, avant de comprendre que c'était la fin. Ma détresse me fit me transformer, je ne me contrôlais plus, me précipitant vers la maison, j'allai tuer le propriétaire, ignorant qu'il était innocent, de toute façon je m'en fichais, on m'avait pris ma soeur, je n'avais plus de raison de vivre et si le loup en moi voulait prendre le dessus, je le laisserais faire. Sans ma jumelle, je n'étais plus Lucia, en mourant, elle avait emmené la moitié de mon âme, mon côté humain.

Les mois avaient passé très vite, la douleur ne s'apaisait pas, je la voyais dans le moindre reflet de mon visage, je me haïssais d'avoir dû laissé son corps dans la ruelle et non du fait d'avoir tué l'homme que je pensais responsable de sa mort. J'étais retournée dans les terres de mon enfance, laissant le loup en moi prendre le dessus, hurlant ma peine à la lune, je mangeais les animaux de la forêt, je voulais oublier tout ce que j'avais perdu. Heureusement, ce coin des rocheuses étaient inoccupées, je pense n'avoir fait aucune victime humaine, certains passages restent flous je l'avoue et je ne me contrôlais plus vraiment, pour la simple raison que je n'en avais pas envie, le loup en moi avait rempli le manque de ma soeur.

Le soleil vint me picoter les yeux, je me réveillais en forme humaine près d'un arbre qu'il me semblait connaitre. Je me fichais d'être nu, c'était devenu une habitude, me levant j'aperçus des gravures sur le tronc, je passais ma main et mon coeur se comprima, on avait fait cela petite, les larmes furent les plus fortes, je pleurais enfin. Cela dura quelques heures, avant qu'une personne me découvre, celle-ci m'offrit sa veste et regardant autour de moi, je compris que j'étais revenue non loin d'où j'habitais avant. Cette femme faisait partie de l'ancienne meute de mon père, je me souvenais d'elle et je pense qu'elle me reconnut aussi. Gardant le silence, elle m'emmena jusqu'à l'homme qui avait tué mon père, je fus surprise qu'il me demande ce qui mettait arriver durant ses 6 ans et demi, mais je m'entêtais à ne pas vouloir lui répondre. Par contre, j'acceptais de séjourner quelques jours chez la femme qui m'avait retrouvé, les jours se transformèrent en mois. La vieille dame avait réussi à m'apaiser, souvent le chef de la meute venait me rendre visite, je pouvais voir qu'il n'aimait pas ma présence à Nederland et pourtant un jour, il me proposa de les rejoindre, si je pouvais enterrer la hache de guerre et le laissais commander en paix. J'étais un loup-garou de naissance, il ne pouvait pas avoir d'emprise sur moi et c'est cela qu'il n'aimait pas, je ne comprenais pas ce qui le poussait à vouloir m'accueillir, je préférais enquêter et alors que ce soir-là, je me décidais d'aller voir la maison de mon enfance, ce fut le choc.

Ma mère était en vie, elle jouait avec un petit garçon qui lui ressemblait tellement, il ne devait pas avoir plus de quatre ans, mais l'horreur fut de voir l'homme qui avait pris la place de mon père auprès d'elle, celui qui l'avait tuée, il n'avait pas pris que sa place dans la meute, il avait aussi pris sa femme. Je compris que c'était pour elle qui voulait faire un effort. Savait-elle que j'étais ici ? Est-ce qu'elle nous avait au moins rechercher ? Je pensais qu'elle était morte ce soir-là, en même temps que mon père, mais non, elle avait simplement refait sa vie. Je sentais la colère m'envahir et au lieu de rebrousser chemin, je lui fis face.

Elle ne parut pas du tout surprise de ma présence, elle savait, durant des mois, j'avais été auprès d'elle, mais elle n'était pas venue à moi. Je les haïssais, je les rendais responsables de notre vie de misère, de la mort de Libby, elle nous avait abandonnées à notre sort et ne trouva qu'un seul mot pour expliquer cela, "Je l'aimais !" Elle l'avait choisi lui et non son propre sang, à ce moment précis, je rêvais de la tuer de tous les tuer, mais à la place, je lui racontais tout ce qu'on avait vécu Libby et moi, lui faisant bien comprendre ses erreurs et que je ne lui pardonnerais jamais. La leçon était acquise, personne ne mérite ma confiance, mon père est mort à cause de l'amant de ma mère, ma mère nous a abandonnées, j'ai connu la vie dans la rue et celle derrière les barreaux d'une prison, j'ai connu la famine et le froid, mais surtout j'ai vu ma soeur mourir et j'ai tué à cause de ma tristesse. Je décidais de ne pas rester une minute de plus dans cette ville, il était temps que je tourne la page.

Je m'installais quelque temps à Boston où je peignais dans la rue, petit à petit, je retrouvais la paix. Puis ma route me conduisit à New-York, je pris la décision de rester vivre ici, lieu où l'âme de ma soeur s'était évaporée, je ne pourrais pas être plus proche d'elle que dans cette ville. Avec l'argent mis de côté, j'arrivais à louer une pièce délabrée dans un quartier malfamé. Ma vie n'était plus que peinture, je gagnais ma vie ainsi et souvent je dessinais le visage de ma soeur.

J'ignorais tout ce qui se tramait en ville, pour la simple raison que tout ce qui ne touche pas à ma personne ne m'intéresse pas, puis j'étais arrivée à New-York que depuis deux mois, d'accord, j'entendais parler des meurtres, des combats de rue, mais pour moi tout cela semblait normal, après tout, je n'avais connu que ce genre de vie. Un soir alors que je rentrais chez moi, un homme en piteux état me tomba dessus, c'était dans une ruelle éloignée, personne hormis nous deux, ce que je pouvais lire dans ses yeux, me rappelait beaucoup la prison, le regard des gardiens. Par pur instinct et d'une grande rapidité, je me transformais, il me sauta dessus et j'eus pour seul réflexe de le mordre tandis que l'argent sur lui me brûlait, j'arrivais à m'éloigner et à fuir. De retour en forme humaine, je réussis à rentrer chez moi, je soignais mes blessures en me posant une seule question. Qui était cet homme ? Pourquoi avait-il des armes qui pouvaient me tuer ? Cela ne pouvait pas être un chasseur, ça n'existe pas les chasseurs, ce n'est pas Supernatural ici, n'est-ce pas ?





   
Mon pseudo est Louloute, j'ai 26 ans et je suis disponible 4/7 jours. Pour le moment, je trouve le forum perfecto, et si j'avais un conseil à donner cela serait de faire un culte a ma soeur. Pour finir, j'ai bien trouvé les codes du Règlement, qui sont ECRIRE


    © Halloween de Never Utopia

   

_________________






Dernière édition par Lucia H. Gallagher le Jeu 28 Aoû - 21:11, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


ADMINISTRATEUR
Kneel before your alpha !




Buddy you're a young man hard man
Shoutin' in the street gonna take on the world some day
You got blood on yo' face
You big disgrace
Wavin' your banner all over the place





Célébrité : Jared Leto


Messages : 69


Date d'inscription : 29/10/2013


Localisation : Hell, probably...





MessageSujet: Re: Difficile d'oublier sa soeur quand on voit son reflet dans le miroir...Harper Gallagher Jeu 28 Aoû - 17:31


Bienvenue sur Moonlight Rises !


La nuit t'ouvre ses portes !

Bienvenue sur Moonlight Rises ! Tout d'abord, un grand merci à toi de t'être inscrite et de t'intéresser au forum ! Nous espérons te compter rapidement dans les rangs des membres validés, et avons hâte de te voir en jeu ! Maintenant que tu as posté ta fiche de présentation, il te reste une semaine complète pour la terminer ! Si ce délais est dépassé et que nous n'avons aucunes nouvelles de toi, ta fiche sera archivée et ton compte supprimé. Cependant, Relax ! Nous ne sommes pas des monstres ! Nous viendrons nous renseigner sur ton avancement ! Et sache qu'à tout moment si tu en fait la demande, un délais d'une semaine supplémentaire te sera accordé ;)N'oublie pas non plus de faire un tour dans le règlement si ce n'est déjà fait, et de trouver le code pour être validé ! Tu hésites encore pour ton avatar ? Va jeter un œil au bottin ici ! Et si il te reste encore quelques questions ou qu'il y a des points pas très clairs, n'hésite pas à aller ici, ou a contacter un membre du staff par MP ! Sur ce, nous te souhaitons encore une fois la bienvenue, en espérant que tu te plaises parmi-nous ! Bonne continuation !

Alooooooooooooooors tu viens de voler le nom de famille de mon futur perso, méchante ! Pour te rattraper, tu as l'obligation de rejoindre ma meute ^^.  

Sinon, ton histoire est absolument géniale - mais y a des fautes niark niark - et je trouverais bien un lien avec ce super nouveau persos et les miens   ! Super musique de signa aussi.




_________________
When nightmares crawl into our world, you can't wake up to stop them and you have to fight them. When nightmares crawl into our world, you can't sleep to escape them and you have to fight them but you can't fight them, you can't fight them. And they know where to find you.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Célébrité : Holland Roden


Statut : Célibataire



Messages : 68


Date d'inscription : 08/04/2014




MessageSujet: Re: Difficile d'oublier sa soeur quand on voit son reflet dans le miroir...Harper Gallagher Jeu 28 Aoû - 17:33

Welcomeuh :3

_________________

Anhya Whitney Jones
« Once Upon A Dream »
I know you, I walked with you once upon a dream. I know you, the gleam in your eyes is so familiar a gleam. I know it's true that visions are seldom all they seem but if I know you I know what you'll do you'll love me at once the way you did. Once upon a dream. Once upon a time I dreamed we'd be together in love forever. Once upon a night I was for a never a never ending.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


ADMINISTRATRICE
STUCK BETWEEN THE SHADOWS




"The call of the light is more powerful than anything. I'm not a killer."



"I'm a fighter against the destruction buried deeply in the heart of men "





Célébrité : Olivia Wilde


Messages : 85


Date d'inscription : 19/02/2013




MessageSujet: Re: Difficile d'oublier sa soeur quand on voit son reflet dans le miroir...Harper Gallagher Jeu 28 Aoû - 18:13


Bravo, tu es validé !


Et pour fêter ça, Pizza !


Félicitation, tu as réussi l'épreuve avec succès ! Tu es maintenant un membre à part entière du forum ! Tu peux désormais aller poster des demandes de liens pour te faire pleins de copains, et des demandes de RP pour enfin entrer en jeu ! Encore un grand merci de t'être inscris ! Le forum t'ouvres désormais ses portes pour te lâcher dans notre dangereux monde nocturne... Tu fais maintenant parti de l'aventure alors... à toi de jouer !



_________________

« DROWN ME INTO THE DARKNESS WITH YOU FOREVER »
Roxy&Lara ▬ If you loose your mind, if you drown yourself in the dark night, please just hold my hand and drown me with you because i'm tired, tired to try, i just want to be by your side forever no matter what and i couldn't support to live if you're not by my side. Take my soul take me all, babe I don't care if we are going to hell
   

(c) Myuu.BANG!

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


I'ma break these chains, ran through the rain. Never looked back, never quit, worked through the pain. This blood in my veins run cold when I hate Give enough to keep sane but I never lose hope. This is my time now, no time for tears to celebrate




Célébrité : Kathryn Prescott


Messages : 20


Date d'inscription : 28/08/2014




MessageSujet: Re: Difficile d'oublier sa soeur quand on voit son reflet dans le miroir...Harper Gallagher Jeu 28 Aoû - 18:23

Merciii, vous tous

Oui j'ai pris une chanson qui collait à l'état d'esprit de Lucia. Désolée pour le nom de famille, mais c'est ma soeur qui l'a choisit et j'ai l'honneur de t'annoncer que mon perso rejoindra la meute Teller, pas assez cruel pour rejoindre le sanguinaire Zack ^^ Pour les fautes, étant dyslexique, j'en fais beaucoup plus que la moyenne et les différents correcteurs qui j'utilise en laisse quelques-unes

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Difficile d'oublier sa soeur quand on voit son reflet dans le miroir...Harper Gallagher

Revenir en haut Aller en bas

Difficile d'oublier sa soeur quand on voit son reflet dans le miroir...Harper Gallagher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Il est parfois difficile d'oublier une personne qui t'a donné autant de souvenirs.
» Quand l'eau ruisselle et que les lucioles dansent
» Quand champ de blé se fait mine d'or
» ALEXANDRA (+) À quoi ça sert de sauver la vie quand on voit ce que vous en faites.
» Quand je GIF ma vie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moonlight Rises ::  :: Who are you ? :: Dossiers acceptés-